Archives de Tag: Verrines

Oser organiser un cocktail dînatoire

Ceux qui me suivent sur Facebook, Twitter ou Instagram l’ont constaté : je cuisine de plus en plus des cocktails dînatoires. D’abord pour ma famille, puis dernièrement, l’instant d’une soirée, je me suis transformée en traiteur pour la fête d’une amie.

Le défi : cuisiner pour 30 personnes! Les contraintes : installer le tout dans une salle sans accès à un frigo et un four. Bonjour les glacières et les mets froids! Malgré cela, et le fait que je suis habituée de cuisiner des bouchées chaudes, j’ai réussi à créer un menu savoureux qui a su plaire aux gens présents (merci pour les bons commentaires, c’était génial!).

bouchées

Bien que les cocktails dînatoires peuvent sembler compliqués, il suffit d’être organisé. Quelques trucs :

  • Faites de l’espace dans votre frigo!
  • Ayez suffisamment de plats style Tupperware et de sacs Ziploc
  • Faites des listes des ingrédients pour vos courses (Costco, boucherie, épicerie)
  • Décortiquez chacune des recettes en tâches à faire (il sera bien plus facile de prévoir, d’organiser votre temps… et cocher les tâches déjà faites devient très satisfaisant!)
  • Procurez-vous des verres à shooter en plastique, des petites cuillers, des baguettes de bois, des cure-dents et des plateaux de service
  • N’oubliez pas de tout assaisonner avant de servir!

liste

La simplicité a bon goût

S’il y a une chose que vous devez retenir, c’est que bouchées savoureuses ne riment pas avec compliquées. Je mise beaucoup sur la simplicité. Mes bouchées comprennent en moyenne quatre ou cinq ingrédients.

verrine mangue

Liste de mes bouchées favorites :

minis pitas

roulés tortilla saumon fumé

Choisir sa formule

Bien qu’on puisse faire le service des bouchées, on peut aussi choisir la formule buffet, qui permet de diversifier ses plats. En effet, en trichant un peu sur le concept bouchées, on peut compléter le repas avec quelques salades faciles à faire. Voici mes trois préférées :

  • Salade de fusilis, morceaux de chorizo poêlés, fèves vertes et mayo aux tomates séchées (Ricardo)
  •  Salade grecque
  • Salade de pommes de terre grelots, bacon, échalotes et mayo maison

Salade de fusilis

Salade de pommes de terre grelots

Finir en sucré

Encore une fois, inutile de trop se casser la tête. Pourquoi ne pas transformer vos desserts préférés en verrine? Tout se décompose. Du tiramisu au gâteau de type brownies, il suffit d’y aller en étape, plutôt que de tout assembler dans une assiette. Utiliser des petits verres à shooter ou des petits pots Masson pour différents types de portions.

dessert en pot masson

Pour d’autres infos :

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Recettes, Sorties

Question de donner un coup de pouce au Père Noël

Cet article s’adresse principalement aux gens qui ont des foodies dans leur entourage et qui auraient besoin d’idées pour les combler à Noël. J’ai dressé une liste non exhaustive de cadeaux à la fois utile (priorité), cute et agréable à recevoir. Je vous invite à la bonifier dans la section commentaires, car j’ai sûrement laissé de côté d’autres bonnes idées!

Livres de cuisine

Je trippe livres de cuisine. Chaque année, j’en demande au moins deux-trois. Plusieurs nouveautés en cette fin d’année, dont le troisième livre de Josée Di Stasio (quelqu’un peut m’expliquer le concept « photo floue » sur la couverture?) et celui de Stefano Faita (vu à seulement 14,95 $ su’ Wal-Mart).

Mon choix se porte par contre sur l’ouvrage de Catherine Lefebvre, nutritionniste, conférencière, chroniqueuse et blogueuse, intitulé Les Carnivores infidèles. Dans ce livre, on retrouve de nombreuses recettes (beaucoup de photos, on aime) pour végétariens ou pour ceux qui, comme moi, ne tiennent pas à manger de la viande à tous les repas, mais qui ont franchement besoin d’inspiration pour cuisiner végé! Truc très intéressant, Catherine a demandé à des amis, blogueurs et twitteux de lui proposer des recettes, ce qui rend le tout encore plus humain. Après avoir testé le Tofu Général Tao (selon Laurent Lasalle), je suis convaincue que cette recette, de même que ce livre, peut convaincre plusieurs carnivores de sauter la clôture à l’occasion!

Comme je suis bourrée de paradoxes, je vous propose un livre très « viande », soit Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la cuisson des viandes d’Yves Baudry. Paru en 2009, ce livre, dont j’avais déjà entendu beaucoup de bien, est cette année tombé dans mes coups de coeur pour la multitude de conseils sur le choix de la pièce de viande et de techniques de cuisson. Boeuf, veau, porc, agneau, gibiers; aucune bête n’est laissé de côté!

Livres sur le vin

J’ai beaucoup de livres sur les vins. Certains sur le vin en général (les cépages, les dégustations, les termes à utiliser), d’autres sur les bonnes bouteilles à boire. Et comme vous connaissez ma mission, soit boire et faire découvrir des vins de 25 $ et moins, je vous recommande le Guide Aubry 2012. On y trouve 100 suggestions des meilleures bouteilles à 25 $ et moins, disponibles à l’année en SAQ. Petit guide pratique où chaque bouteille est photographiée… Pour les plus visuels d’entre nous, ça peut être très pratique pour retrouver une bonne bouteille dont on a oublié le nom!

Gadgets et autres trucs pratiques

Ce n’est pas les accessoires de cuisine qui manquent. En voici quelqu’uns :

Un siphon : ceux et celles qui me suivent sur Twitter auront été témoin de ma passion nouvelle pour mon siphon, ce magnifique appareil servant, entre autres, à faire de la crème fouettée, de la crème chantilly et des espumas. Il en existe de nombreux modèles (de prix très variable). Je vous conseille d’en prendre un qui fait autant du chaud que du froid, on peut sauver ainsi beaucoup de temps de refroidissement – le mien est un ISI qui ne fait que du froid malheureusement. Il faudra aussi acheter les capsules de gaz, vendues généralement en paquet de 10 cartouches (11 $ la boîte). Les prix peuvent varier.

Un zesteur : petite rape qui, d’entrée de jeu, peut sembler peu pratique. Au contraire, ce petit instrument fait plus que zester les citrons, oranges et autres agrumes. On peut l’utiliser pour le gingembre, le parmesan, les grains de cardamome. etc. Il faudra débourser une vingtaine de dollars.

Une mandoline : un petit appareil magique, tout simplement. Pratique pour émincer et râper, entre autres. Si on fait bien attention à nos doigts, on peut faire de la magie avec une mandoline!

Une tasse/balance de Ricardo : Oui, j’aime Ricardo, mais ce n’est pas pour cette raison que j’ai listé cet article. Chez-moi, je manque d’armoires à rangement. Donc à la vue de cette tasse à mesurer qui est aussi une balance électronique, je me suis dit : « Pourquoi se procurer deux articles alors qu’un peut tout faire! »

De belles coupes à vin : Je vous l’avoue, je n’ai pas de coupe à vin à 20 $ chacune. Je bois du vin à 25 $ et moins, on se rappellera! Celles photographiées tombent dans mes goûts.

Les verrines : elles sont très tendance, les vedettes des cocktails dînatoires. Il y en a de toutes les sortes : petits verres style shooters, cuillères tonkinoises, petits bols, etc. On en trouve de tous les prix, dans plusieurs endroits (autant au Dollorama que dans les magasins spécialisées).

Depuis quelques années, on voit beaucoup de ces jolis petits coffrets qui incluent des accessoires de service ou de cuisson et un livre de recettes sur cette thématique. Sur les tablettes, on trouve entre autres des mini-wok, des moules à cupcakes, des cuillères tonkinoises, des verrines, etc. Ça fait un petit cadeau tout-inclus sympa, parfait pour les échanges de cadeaux!

Et pour les retardataires

Si vous êtes à la dernière minute, je vous conseille d’y aller avec les indémodables chèques-cadeaux. Évidemment, on pensera aux restos. Si vous choissisez de faire découvrir un nouveau resto à la personne à qui vous achetez le chèque-cadeau, offrez un montant proportionnel au coût d’un repas. On m’a un jour offert un chèque-cadeau d’un grand resto, mais adapté à ma réalité. Je venais d’accoucher, le bébé était miniature, on ne sortait pas beaucoup et on avait plus ou moins le temps de cuisiner. Voilà qu’on avait simplement à commander par Internet notre repas et il nous le cuisinait pour emporter. Ainsi, pas besoin pour nous de se trouver une gardienne, et on prenait une bouteille de notre cellier (ce qui avait probablement un impact sur le prix du chèque-cadeau).

Sinon, il y a les moins connus mais très appréciés chèques-cadeaux pour des cours de vin et/ou de cuisine. Personnellement, j’adore!

Alors Père Noël, vous êtes plus inspiré maintenant?

3 Commentaires

Classé dans Accueil, Découvertes