Archives de Tag: Restos de Québec

Brunch de la chasse au Laurie Raphaël

Jusqu’au 16 novembre, le Laurie Raphaël célèbre les saveurs automnales grâce à son Brunch de la chasse. Inutile d’attendre un grand événement dans votre vie (anniversaire ou autre) pour découvrir cet établissement de Québec : profitez des quelques samedis et dimanches encore disponibles pour aller vivre cette expérience et simplement célébrer le bonheur d’être en congé et de bien manger!

Dans la dernière année, la petite famille derrière le Laurie Raphaël s’est creusée les méninges pour varier les expériences gastronomiques : les nouvelles formules de menus, le brunch de la cabane à sucre, les changements dans la déco, etc. On ressent l’heureuse combinaison entre l’influence des deux jeunes (Laurie et Raphaël) et l’énergie et l’expérience de Suzanne et Daniel. Malgré leur réputation sans tâche et leur clientèle bien établie, l’établissement ne lésine pas dans les démarches pour se surpasser, diversifier ses genres, aller chercher une nouvelle clientèle, sortir de la perception du grand restaurant gastronomique et offrir des trips culinaires inoubliables.

Dans le cas du Brunch de la chasse, on fait ressortir notre petit côté sauvage en nous présentant de la viande des bois et de bons poissons fumés maison. Dans tous les plats proposés, rien n’est laissé au hasard : tout est matière à impressionner, à se dépasser en cuisine. Et le résultat est concluant.

Mimosa Brunch de la chasse

Mimosa et lichen fumé

Comme le dit Sylvie dans son billet sur le même sujet, les show de boucane en cuisine, très peu pour moi. Mais le Laurie a choisi de nous offrir un Mimosa à l’orange et au sirop d’argousier, servi au-dessus d’un bol où une fumée de lichen est emmagasinée. Le résultat? Une fois qu’on a levé la coupe pour prendre une gorgée, une belle odeur de bois fumé s’échappe et on se croit littéralement plongé en forêt. Ça augure bien!

Entrées de toute beauté

Se succèdent ensuite trois entrées bien exécutées. D’abord une brouillade d’oeufs servie en coquille, dans lequel se marient des champignons sauvages et du cerf déshydraté. Léger, onctueux, délicieux.

Brouillade d'oeuf Brunch de la chasse

On poursuit avec un mini bénédictin à l’oeuf de caille poché, à la truite fumée et à la sauce hollandaise au thé des bois : une bouchée aussi cute que délicieuse (par contre, je ne suis pas arrivée à distinguer le goût du thé des bois ni le charme de l’oeuf de caille parce que le goût du fumé de la truite était dominant. Ceci dit, c’était excellent, mais un peu dommage pour ces excellents produits qu’on tentait de mettre en valeur).

Mini bénédictin Brunch de la chasse

Puis une soupe à la citrouille magnifiquement présentée, servie avec canard fumé et glace de chèvre au cèdre, qu’on a fait figer à l’azote liquide. Le mix est surprenant et réussi.

Soupe à la citrouille Brunch de la chasse

Place au bison!

En plat principal, j’ai opté pour la bavette de bison, servie avec purée et morceaux de betteraves, kale frit, autres légumes et poudre de charbon d’oignons. Si l’assiette est spectaculaire, alors que le plat repose sur une vitre accotée sur de belles feuilles d’automne, les saveurs le sont tout autant. Ça fond en bouche. Mention spéciale au service de la sauce dans un os de moëlle. Un beau wow.

Bavette de bison Brunch de la chasse

Juste avant le dessert, on nous a proposé une pommette de tire farcie au foie gras. Sérieusement, une des meilleures choses que j’ai mangées EVER!

Pommette foie gras Brunch de la chasse

Comptoir des desserts à se rouler à terre

Comment faire retomber une salle complète de clients en enfance? Leur proposer un bar à desserts. Guimauves maison au citron, barbapapa à l’érable, jello au sirop d’argousier, chou à la crème praliné, tarte tatin… Tout est délicieusement préparé par le pâtissier maison et présenté de façon impeccable.

Desserts Brunch de la chasse

Réservez dès maintenant pour profiter des dernières dates d’ici le 16 novembre!

Merci au Laurie Raphaël pour la belle invitation. Une fois de plus, je me suis régalée et j’ai eu bien du plaisir. Même si on m’a invité, les opinions exprimées sont 100 % les miennes.

 

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Accueil

Il Matto : encore et toujours si bon

Il y a de ces invitations que je ne peux refuser. Comme celle d’essayer de nouveaux éléments sur le menu du Il Matto. Depuis que Rocco Cortina a ouvert ce petit resto italien de la rue Myrand il y a 8 ans, il avait le même menu. On le comprend : l’endroit fonctionne à plein régime, les clients sont fidèles et satisfaits de la bonne bouffe familiale servie. Nul doute que les ajouts qu’il propose plairont aux anciens comme aux nouveaux clients, car ils s’inscrivent dans ce que le Matto a de meilleur à offrir.

Il Matto

Entourée d’amis blogueurs, je sais rapidement que je vais passer une soirée mémorable, alors qu’on m’offre un verre où sont combinés Prosecco et Fragoli, une liqueur à la fraise des bois. Une belle façon de commencer une soirée.

Comme nous étions invités à goûter plusieurs éléments du menu, il est à noter qu’on nous a servi des demis ou quarts de portion. Fiez-vous donc uniquement à la présentation mais non pas à la quantité pour juger!

Tartare, carpaccio et cie

Absent sur l’ancien menu, le tartare de saumon avec fenouil croquant, servi avec petites chips maison, fait partie des nouveautés. Un bon tartare, comme on les aime.

tartare de saumon Matto

S’en est suivi un beau carpaccio de boeuf, avec mayo dijonnaise, parmesan, roquette et câpres frits (miam les câpres frits), qui donnent une superbe twist à ce classique italien.

carpaccio de boeuf Matto

Viva la polenta

Vint ensuite les entrées chaudes, toutes deux servies sur de la polenta, aliment qu’on voit partout ces temps-ci. « C’est drôle, parce qu’aujourd’hui, la polenta, ça fait très raffiné, alors que quand j’étais petit, on nous en faisait manger pour être bien bourré sans que ça coûte trop cher! », nous raconte Rocco.saucisses-polenta Matto

On déguste la saucisse maison avec calabrese, nappée d’une belle sauce tomate, servie sur polenta. C’est bon pas possible. On enchaîne avec les ris de veau pop corn, bien frits à l’extérieur, tout bon à l’intérieur, accompagnés de champignons et de la fameuse polenta. Un autre coup de coeur.

Ris de veau-polenta Matto

Pasta!

J’avoue qu’à chacune de mes visites au Il Matto, j’ai opté pour les merveilleux agnolettis ou les célèbres papardelles aux champignons sauvages, deux plats divins. Ce soir là, on nous offre un trio de pâtes, composés de spaghettis carbonara, de penne à la romanov et des fameuses papardelles. D’autres excellents alternatives s’offrent donc à moi la prochaine fois.

IMG_3419

Risotto et Sambuca

Est-ce à cause des trop nombreux shooters de Sambuca pris dans un bar de Montréal le soir où j’ai découvert cette boisson qui fait qu’aujourd’hui, comme la Téquila, je suis incapable d’en sentir l’odeur, encore moins d’en boire? Qui sait. Chose certaine, cette hantise pour ledit alcool ne m’a pas empêché d’adorer la crevette Sambuca servie sur risotto au citron. Un plat qui nous a tous séduit.

crevette sambuca

Nous avons terminé avec un beau carré d’agneau servi sur risotto aux champignons sauvages (ça goûtait les papardelles!). Encore une fois, un bon choix.

carré d'agneau Il Matto

Coup de coeur vinicole de Rocco

C’est au moment où Rocco nous raconte pleins d’anecdotes en lien avec son resto et sa vision de la bouffe italienne – familiale et réconfortante – qu’il nous offre le privilège de goûter à l’un de ses coups de coeur vinicole. C’est à ce moment qu’il nous confie qu’encore aujourd’hui, une bonne partie des recettes (sauces, saucisses, pâtes) de l’établissement sont celles de sa mama. Adorable.

il Matto vino

Comme si on avait encore faim…!

Une planche où trônent trois variétés de desserts vint clore ce repas – comme si on avait encore faim. Un brownies, une pizza style queue de castor à la mascarpone et aux petits fruits et une crème brûlée à l’érable me comblent, sans nous faire oublier la fameuse Bomba, célèbre dessert de l’établissement.

desserts il matto

J’aime ce resto

Drôle de conclusion, vous direz. Mais c’est vrai. Je ne saurais dire ce qui fait le charme du Matto. La bonne bouffe et le bon vin, certes. La cuisine italienne a ce côté rassembleur et convivial que peu d’autres cultures culinaires détiennent. Attablée avec d’autres blogueurs et Rocco, qui se levait régulièrement pour aller saluer sa clientèle, je ne pouvais m’empêcher de me dire que je devais revenir très bientôt, entourée de d’autres gens que j’aime. Un bon plat, un bon verre de vin et des êtres chers, n’est-ce pas ça, la dolce vita?

À lire également sur le sujet, les textes de Sylvie Isabelle, Miss Papila, Tastevino et Tranche de pain.

Merci à Rocco Cortina pour la belle dégustation, ainsi qu’à Mathieu de Claise communication pour l’invitation (et les retweets!).

Poster un commentaire

Classé dans Accueil

Boire un verre sur le chantier du Tournebroche

En plus du plaisir de partager et d’écrire, il y a de chouettes côtés à être blogueuse bouffe. Les invitations à des événements de toute sorte en font partie. Et cette semaine, j’ai vécu une toute nouvelle expérience : tester des éléments du menu d’un futur restaurant et finir la soirée en buvant un verre sur le chantier!

Tournebroche

C’est au Patriarche que nous avions rendez-vous, afin de déguster des éléments qui se retrouveront dans le menu du Tournebroche, qui ouvrira ses portes en avril sur la rue St-Jean. Les copropriétaires du Patriarche, Guy Collin et Stéphane Roth, se sont associés à Justin Keating de l’Hôtel Vieux-Québec, où sera situé le Tournebroche, à l’ancien emplacement des Frères de la Côte.

On mangera quoi au Tournebroche?

Persuadés qu’il y a un marché pour les rôtisseries, Collin et Roth veulent réinventer le concept des fameux restos où l’on sert du poulet rôti, en faisant du Tournebroche un endroit plus « haut-de-gamme » côté bouffe, tout en restant accessible.

Au menu de notre dégustation :

  • 2 types de poulet bio
  • 1 pintade
  • 2 types de grilled-cheese (mon préféré : celui au jambon fumé avec un peu de fromage Cru des érables)
  • peau de poulet (qu’on servira en grignotine – je capote!)
  • sauces maison faites à base de fond (et non avec de la « pourdre »)
  • ketchup maison
  • pain bio
  • 2 entrées de gravlax de flétan, etc.
  • plusieurs vins, qu’on gardera très accessible pour convenir au menu et au style qu’on veut donner au resto

On nous a même fait choisir notre pomme de terre préférée parmi 4 variétés. Je vous dis : de vrais cobayes!… : )

Je m’en voudrais de passer sous silence leurs merveilleux desserts. On nous explique d’abord qu’on veut donner une place d’honneur à la crème brûlée, en en proposant une différente tous les jours de la semaine. On a donc goûté pas 1, pas 2, pas 3 mais bien 4 sortes de crème brûlée! Guy, Stéphane : je dois l’avouer, comme il en restait, je me suis resservie. Elles étaient simplement trop bonnes!

Mais bon, je me suis fait prendre à mon jeu car quelques minutes plus tard, on nous présentait le punch du repas : un super pouding chômeur avec crème glacée maison. C’est donc littéralement en me roulant que je me suis rendue sur le chantier du Tournebroche pour un dernier verre et un coup d’oeil aux travaux.

Pour surveiller l’avancement des travaux et être parmi les premiers clients à visiter l’endroit, suivez le Tournebroche sur leur page Facebook.

Merci à Guy, Stéphane et Justin pour l’invitation et la chouette immersion dans votre univers!

2 Commentaires

Classé dans Accueil, Découvertes, Sorties

Entre terre et mer au Café du monde

Impossible de cacher mon amour pour le resto Jaja la pizz. Même mes enfants s’y sentent comme chez-soi. On peut aussi me voir régulièrement au comptoir bar du Paris Grill, tartare et verre de blanc à la main. Alors quand on m’a invité à goûter le menu Terre et mer du chic Café du monde, aussi du groupe Restos Plaisirs, je n’ai pas hésité un instant.

café du monde

Mon dernier passage au Café du monde datait d’il y a deux ans déjà. Depuis, la brasserie parisienne a subi une véritable cure de rajeunissement. Une cuisine agrandie, une grande véranda qui a remplacé une partie de la terrasse, d’où la vue sur le fleuve est magnifique. Celle-ci permet d’accueillir plus de clients, 365 jours par année, beau temps mauvais temps. Fidèle aux autres Restos Plaisirs, le branding est travaillé et raffiné. Le gris, le noir et le turquoise sont à l’honneur.

déco café du monde

Rosé du Beaujolais et huîtres

L’établissement s’étant vu décerner le titre de Bistrots Beaujolais, le 1er au Canada, on nous fait débuter la soirée avec un verre de rosé de cette région, un Laurent Gauthier, 100 % Gamay. Savoureux, il tombe pile dans mes cordes.

Rosé Beaujolais Gamay Café du monde

Quelques plateaux d’huîtres encore vivantes nous sont servis. Trois variétés les composent, dont les French kiss, mes préférées.

huîtres café du monde

Puis Jean-Nicolas, notre dévoué serveur, nous propose l’huître servi sur shooter de Clamato. Tout simplement bon! Côté présentation, fallait y penser : l’effet est très réussi!

shooter clamato et huître café du monde

À table pour le terre et mer

C’est à une table ensoleillée (oui oui ensoleillée!) qu’on nous installe afin de déguster le menu Terre et mer, disponible jusqu’au 16 juin prochain.

menu café du monde

Composé de 3 entrées et 8 plats principaux, le menu met le homard à l’honneur. D’autres plats proposent plutôt pétoncles ou chorizo. Le choix s’annonce difficile, impossible de trancher! Poutine au homard avec Tomme des demoiselles et bisque de homard? Duo canard et pétoncles? Homard Thermidor? Paëlla? Damn, la vie est difficile!

menu terre mer café du monde

Mon côté amateure-de-viande-qui-s’en-fait-peu-et-grande-lover-de-homard me fait finalement céder pour le traditionnel Surf & Turf. Mais pour débuter en beauté, la bisque de homard donne le ton. Onctueuse, parfaitement assaisonnée et couvrant quelques morceaux de homard, elle est bourrée de saveurs. J’en aurais pris une chaudière. Sans farce.

Bisque homard

Pour le plat principal, rien à redire : servi avec une généreuse portion de beurre à l’ail, mon demi-homard est excellent. Mon filet mignon sauce moutarde est tendre et la cuisson est parfaite. Le riz, bien que très traditionnel, accompagne très bien le tout.

surf and turf

Bien que je sois couverte de jus du homard gracieuseté de ma voisine de table (merci Véro!), le vin est bon, la bouffe est délicieuse, je suis bien entourée. La soirée est bonne! En voici la preuve : une gang de foodies en bavette et heureux de l’être!

foodies en bavette

Finir en sucré

Pour dessert, j’ai opté pour une très bonne tarte aux pommes et sucre… Mais le plat qui a volé la vedette est sans aucun doute la crème glacée frite en pâte phylo. À voir comment Sylvie et Jeff ont gratté leur bol à la cuiller, j’en conclus que c’était délirant!

Question service : impeccable (on reconnait la constance du groupe!). On a pu compter sur Jean-Nicolas (très divertissant!) et Jean-François, qui nous a proposé quelques bons vins pour accompagner ces plats de fruits de mer et de viande.

Côte de Py

Bref, le Café du monde, c’est le genre d’endroit qu’en tant que habitant de la ville de Québec, on oublie trop souvent de fréquenter, parce que situé dans un coin un peu touristique. Ce n’est pas donné, il va s’en dire. Mais on est assuré de bien y manger car la qualité et la fraîcheur des produits sont au rendez-vous. Selon certains blogueurs, paraît qu’il faut absolument goûter au boudin! J’y retournerai donc prochainement!

Pour savourer le menu Terre et mer, il faut faire vite car ça se termine le 16 juin!

Je remercie l’équipe du Café du monde et du groupe Restos Plaisirs, dont Martine Plante et Pierre Moreau, pour la belle invitation. Merci à Sylvie et Alexandra de Tac Tic Marketing, comme d’habitude!

1 commentaire

Classé dans Sorties

Blogue et dégustation au Laurie Raphaël

Tout récemment, le Laurie Raphaël a convié les blogueurs bouffe de Québec à un 5 à 7 de lancement de son nouveau blogue, Sous le passe du Laurie Raphaël. Vous l’avez consulté? Qu’attendez-vous!

Venant compléter la foule d’infos sur le site du Laurie, le blogue nous plonge dans l’envers du décor, dans l’univers des patrons. On a l’impression de faire partie de la brigade. On mise sur la proximité, par les séances de bavardage occasionnelles. On lit plus que de simples nouvelles; on a accès au journal intime des deux restos.

De plus, comme le résume bien Sylvie Isabelle, c’est une excellente façon de rejoindre une nouvelle clientèle. Comme le resto a récemment célébré ses 20 ans d’existence, que Daniel Vézina et Suzanne Gagnon préparent leur progéniture Laurie et Raphaël à prendre tranquillement la relève, on se doit de penser aux futurs clients.

apéro Laurie Raphaël

Mangeons!

Je dois avouer : je n’ai jamais soupé au Laurie Raphaël. J’y ai dîné, mais ça fait bien une dizaine d’années. Il existe une perception que manger au Laurie, c’est pour une grande occasion. J’ai entendu des gens aller y fêter un anniversaire de couple, Pâques ou la St-Valentin.

C’est cette perception que Suzanne Gagnon, associée et complice de Daniel Vézina dans la vie, souhaite enrayer : l’idée qu’on doit attendre une grande occasion pour visiter l’établissement. Comment? En proposant entre autres des nouveaux menus.

Raphaël Vézina

Menu Vision

Raphaël Vézina travaille fort à finaliser son premier menu Vision, qu’il déclinera en 5 et 10 services. Chanceux que nous sommes, nous avons pu goûter à certaines de ses inspirations du moment. Beau, délectable et audacieux. Constatez par vous-même.

huîtres Cosmo

Tout à débuté par les huîtres Cosmopolitain à la Berce laineuse, avec espuma de canneberges et shooter à la canneberge.

foie gras caramélisé + barbapapa érable

S’est ensuite succédés deux bouchées à base de foie gras, dont la première fût mon coup de coeur : un morceau de foie gras caramélisé avec réduction de cidre de glace, enrobé de barbapapa à l’érable. La chanceuse que je suis a même pu se resservir.

foie gras Sauternes

Puis, une sorte de sandwich au foie gras aux arômes de Sauternes a suivi. Rien à déclarer : c’est bon!

gravlax de cerf

Ensuite, on a goûté au gravlax de cerf, autre bouchée excellente, mais rapidement éclipsée par…

cappuccino d'oursin

Une finale salée grâce au superbe cappuccino d’oursin à la citronnelle et à la cannelle, accompagné d’une cuiller de caviar. La combinaison était incroyable. On voit que Raphaël est particulièrement fier de celui-là.

glace avocat, vanille, chocolat blanc

Pour conclure, on ne pouvait espérer mieux : un genre d’ice pop à l’avocat et vanille, enrobée de chocolat blanc, servi avec un thé vert. Cette bouchée dessert était rien de moins qu’extraordinaire. Je sais, je m’emporte. Mais j’ai vraiment raison. On était tous conquis.

Coin boutique

Notre événement s’est déroulé du côté de l’atelier, adjacent au resto. On peut y suivre différentes démos de chef. On oublie pas non plus le coin boutique du resto, où l’on peut se procurer livres, couteaux, tabliers, caramel, pots d’épices, etc. On nous a gâté avec un pot de sel à griller et un de caramel Butterscotch et pacanes. Lucky me!

cadeau du Laurie Raphaël

Blogue Sous le passe du Laurie Raphaël, en ligne dès maintenant.

Merci au Laurie Raphaël pour l’invitation!

1 commentaire

Classé dans Accueil, Sorties

Fou des Foodies : beau, bon et gratuit!

Avoir ma face dans un superbe livre regroupant les écrits de plusieurs passionnés de bouffe comme moi? Je ne pensais pas que ça m’arriverait un jour! C’est devenu possible grâce à l’initiative de Francis Laplante (Tranche de pain) et Catherine Cormier (Cathcophonie), qui ont eu l’idée de regrouper des blogueurs bouffe de Québec sous un seul ouvrage, Fou des Foodies.

C’est le jeudi 8 novembre dernier qu’on a procédé à son lancement au Bouchon du Pied bleu, rue St-Vallier. Pour l’occasion, les propriétaires avaient préparé aux amis, parents et gens de l’industrie présents, de superbes bouchées inspirées des recettes des foodies. Pour voir de belles photos du lancement, c’est par ici!

Vous direz dire que je ne suis pas objective, et je vous laisserai en juger par vous-mêmes, mais Fou des Foodies, c’est 136 pages montées de main de maître par Marie Asselin (foodnouveau), bourrées de belles photos de Jean-François Frenette (dezjeff) et Catherine Côté (I’m full blog). C’est aussi les recettes fétiches et les coups de coeur de 17 passionnés de bouffe.

C’est une excellente façon de connaître autant la gastronomie de la ville de Québec et de ses environs que des blogueurs passionnés qui aiment vous la faire découvrir. Tout ça est disponible gratuitement au foudesfoodies.com.

Alors, qu’attendez-vous? Allez télécharger Fou des Foodies édition Québec si ce n’est pas déjà fait!

Twitter : @foudesfoodies

http://www.facebook.com/foudesfoodies

2 Commentaires

Classé dans Accueil