Archives de Tag: Resto coup de coeur

Onions rings et autre Patente et Machin

Oui, je sais, je dois être la seule personne n’ayant pas encore été mangé à L’Affaire est ketchup. Concours de circonstances… et parce que c’est toujours plein à craquer. Heureusement pour moi, et pour les amoureux de bonne bouffe respectueuse des produits, les proprios dudit resto en ont ouvert un nouveau. Situé au 82, rue St-Joseph ouest, Patente et Machin est un bon spot pour manger simple mais oh combien bien, boire à un prix raisonnable et se retrouver entre amis dans un endroit sans prétention aucune.

S’inspirer de la table d’à côté

Jeter un coup d’oeil dans les assiettes de nos voisins… On le fait tous! Alors que le dynamique serveur nous décrit le menu et que mes amies foodies et moi salivons, n’ayant comme seul soucis de devoir faire des choix, on décide de s’inspirer de la table voisine. On commande alors trois plats de machins à partager. J’insiste pour que l’on prenne des onions rings, panure à la bière, miel chaud et morceaux de cheddar 4 ans, et Sylvie et Véronique me secondent allègrement. On complète avec des acras de morue avec sauce style tatziki ainsi que des ailes de pintade barbecue. Tout est bon. On s’en lèche les doigts. C’est déjà le bonheur.

On accompagne le tout d’une bouteille de Sauvignon blanc du Domaine de la Couperie, en Val-de-Loire. C’est plein d’agrumes, complètement mon genre de Sauvignon. À 30 $ la bouteille (donc 10 $ par personne – j’ai toujours été forte en calcul), je trouve cela encore mieux.

Comme plat de résistance, je porte mon choix sur les ris de veau. Est-ce parce que j’avais écouté l’émission Les chefs dans laquelle ils en cuisinaient dernièrement et que j’étais convaincue qu’ils seraient bien exécutés dans ce resto? Sans doute! Pour une deuxième expérience dans ma vie, je peux dire que je n’ai pas été déçue une seconde de mon choix. Les ris de veau sont tendres et fondent littéralement en bouche. La sauce crème aux champignons (pleurotes et énoris – je crois) est goûteuse, onctueuse, bien assaisonnée. Les légumes qui les accompagnent sont croquants et en bonne quantité. Une assiette dont je ne suis pas prête d’oublier.

Les assiettes de mes amies blogueuses semblaient aussi délicieuses. Sylvie Isabelle a tranché pour les pétoncles en salade de betteraves… Une assiette qu’on mangeait des yeux! Quant à Véronique alias Miss Papila, elle a choisi deux entrées, soit les ris de veau pop corn ainsi que l’assiette de pressé de pieuvre et flanc.

Comme si nous avions encore faim

Quand je mange bien, on dirait que j’ai de la difficulté à ne pas conclure le tout par un dessert, et ce, même si mon organisme n’en ressent foncièrement pas le besoin. Sylvie et moi avons choisi de partager un pudding chômeur revisité, gratiné au cheddar 4 ans. Je le dis tout de suite, je vais reprendre l’idée de gratiner ce dessert traditionnel! À noter que la portion se serait très bien mangé individuellement.

Bref, j’ai passé une super soirée avec des filles géniales dans un endroit fraîchement ouvert (juin) qui fera certainement salle comble aussi souvent que l’Affaire est ketchup. Le concept est bon, le menu – et la description qu’on nous en fait – met l’eau à la bouche, les prix sont vraiment raisonnables… Tous les éléments sont réunis pour faire de Patente et Machin un super endroit pour bien manger.

 

P.S. Un souper entre trois blogueuses, ça ressemble aussi à ça! Clic clic! On remet ça les filles!

P.P.S. Au moment de mettre en ligne, je me suis aperçue que Francis (Tranche de pain) venait de résumer sa visite chez Patente et Machin. Voici son billet!

Publicités

6 Commentaires

Classé dans Accueil, Sorties

Une Gueule de bois que l’on aime!

Petit nouveau dans le quartier St-Roch, La Gueule de bois peut se vanter de faire régulièrement salle comble depuis ses débuts. Une visite dans ce sympathique resto laisse toutes sortes d’impressions sauf celle d’un mauvais lendemain de veille. Certainement l’un de mes coups de cœur de 2012.

C’est le cœur à la fête que nous nous sommes rendus dans le resto rue St-Vallier est, afin de célébrer la belle Sylvie qui, avec ce billet, nous avait teasé sur l’endroit, Marie-Pier et moi. Situé dans le local voisin du resto La Cuisine, La Gueule de bois inspire le réconfort et la jeunesse à la fois. J’aime le look épuré et ses touches rétro qui donnent l’impression que les proprios se sont inspirés des anciennes vocations de l’endroit (Québec Aubaines Recycle) pour désigner la place. Le bar est conçu à partir d’un ancien bain à pattes qu’on a peint en rouge. L’ancienne cuve qui sert de lavabo rend confus plus d’un client!

Des choix déchirants

Le choix sera difficile. En plus des plats à la carte, Maude, l’une des trois propriétaires, énumère des choix qui se sont ajoutés. Mais d’abord, on parle vin. Comme j’adore les Sauvignon blanc, Maude nous propose Vina Chocalan, un chilien aux notes d’agrumes, plus sec que les néo-zélandais, avec une touche puissante d’acidité. On aime.

Pour l’entrée, j’hésite entre deux tartares, celui de bœuf ou de gibier. On me conseille le second, qui est fait à base de canard, qu’on a apprêté avec moutarde de meaux. Accompagné d’une super verdurette, la viande est tendre à souhait. Je trouve par contre qu’il manque un petit quelque chose, un manque d’assaisonnement. Un choix du chef pour qu’on savoure bien le goût du canard? Peut-être. Reste que c’est bon.

Sylvie tranche pour celui de boeuf, alors que Marie-Pier goûte au tartare de saumon. Honnêtement, je les aurais tous dévoré. Les présentations donnent simplement faim.

Comme plat de résistance, des collègues m’avaient vanté les cuisses de faisan laquées au miel et son risotto au lait de coco. Après avoir été tenté par le mignon de wapiti, j’ai été franchement ravie par cette copieuse assiette montrant un bon équilibre sucré-salé. Je n’avais jamais mangé de faisan, et dieu sait que c’est tendre! Quant au risotto, il était parfaitement réussi. Je n’ai rien laissé, comment aurais-je pu?

Je vous laisse spéculer sur les raisons, mais j’ai une légère tendance à oublier le nom des desserts que je mange. Est-ce parce que je suis toujours en bonne compagnie? Probablement! Peu importe la raison, le dessert commandé, une sorte de mousse très consistante, faite de mascarpone et de chocolat noir (entre autres) est à se rouler par terre. Littéralement.

Bref, en compagnie de Sylvie et de Marie-Pier, j’ai passé une délicieuse soirée à la Gueule de bois. Je pense que vous l’aurez compris, mais je vous conseille d’essayer l’endroit. Pour ces bons plats simples et savoureux, sa viande de gibier, son look sympa, sa proximité avec la ville. Bref, pour l’ensemble de son oeuvre.

3 Commentaires

Classé dans Accueil, Sorties