Archives de Tag: Le Champlain

Premier arrêt Québec Exquis : Le Champlain

J’ai beau habiter Québec, j’ai beau l’observer du bureau chaque jour, je demeure impressionnée chaque fois que je vais au Fairmount Château Frontenac. Pour mon premier arrêt dans le cadre de Québec Exquis, j’ai eu la chance de souper au Champlain, l’un des trois restaurants de l’hôtel le plus photographié au monde. Rien de moins.

À l’entrée du Champlain se trouve le maître d’hôtel Mikaël, qui nous accueille comme de véritables invitées de marque. Ce service attentionné, nous l’aurons tout au long de la soirée, alors que les Claude, Raymond et Marc-André se succèderont pour s’assurer de notre confort et de notre bonheur.

vue Québec

On nous a gardé la table avec l’une des meilleures vues du restaurant. Il fait beau, on est heureuse, on se commande une bouteille de Pinot blanc. Et on est prête à accueillir le festin élaboré par Stéphane Modat, nouvellement en poste à titre de chef des restaurants. Pour l’occasion, c’est avec le Veau Charlevoix qu’il s’est associé pour le plat principal de ce menu 3 services à 50$.

menu québec exquis le champlain

Maquereau et truite fumée

Compliment du chef, nous débutons avec une mise en bouche de maquereau avec coulis de courgettes. Le goût du maquereau est superbe, sa texture est lisse. C’est un bon départ.

maquereau

Puis suit la magnifique entrée de truite fumée – aussi superbe au goût qu’en apparence. Dans l’assiette, on retrouve, outre la truite, une portion copieuse de fromage de chèvre aux fines herbes, des oeufs de saumon, des croûtons de farine de seigle, une purée de betteraves jaunes au curcuma et une huile de persil.

L’équilibre des couleurs et des textures fait de cette assiette une des plus belles que j’ai pu photographier. Et la combinaison des aliments est incroyable. Outre la truite et le chèvre, les accompagnements viennent donner la particularité au plat. La purée de betteraves jaune et les oeufs de saumon sont splendides. C’est bon!

truite fumée et chèvre

ZE veau

Puis vint le plat de résistance. On nous a préparé un médaillon de filet de veau de Charlevoix avec son jus à la moutarde, servi avec purée de pommes de terre sucrées, pleurotes caramélisées ET un oeuf de caille style scotch egg. La pièce de viande et sa cuisson sont superbes, à convertir n’importe quel végétarien. Et le scotch egg me plait beaucoup. L’oeuf de caille est enrobé de veau et de chapelure, puis frit.

Dans la même assiette, on exploite le veau de deux façons bien distinctes, une belle façon d’utiliser à son plein potentiel un produit.

veau de charlevoix

Finir en beauté

Pour terminer, on nous apporte un petit gâteau des anges à la crème de cassis, accompagné d’un sorbet au sureau et de morceaux de poires au sirop de camomille. C’est léger et délicieux. Encore une fois, on va chercher des textures très différentes, entre autres par le craquant sous le sorbet. Un petit thé vert au jasmin et quelques mignardises concluent ce repas en beauté.

gâteau des anges

On en profite pour immortaliser ce beau moment. On se trouve drôle, on manque un peu de décorum dans ce si chic resto… Mais bon. Pas tous les jours qu’on a la chance de manger dans le gros château! : )

MP et moi

Mon amie et moi quittons le resto alors que quelques clients s’y trouvent toujours. La grande majorité semble être des touristes. Le maître d’hôtel nous confirme que pour cette première soirée de Québec Exquis, c’est environ 40 % des gens qui optent pour ce menu à 50 $.

le champlain

Québec Exquis, c’est une belle occasion d’essayer le Champlain avant sa fermeture pour rénovation en juin. En plus de bien y manger, on se retrouve dans un lieu mythique, rempli d’histoires, qu’on prend plaisir à visiter comme des touristes dans sa propre ville.

Au dernier Foodcamp, Stéphane Modat précisait qu’il travaillerait à aller chercher de nouvelles clientèles. Québec Exquis peut sans aucun doute y contribuer. Mais j’ai déjà bien bien hâte de voir comment son talent pourra faire évoluer cet endroit. Et déjà convaincue de sa réussite.

Merci au restaurant Le Champlain du Fairmount Le Château Frontenac et à Québec Exquis pour avoir offert ce bon repas. Et merci pour le service attentionné et à l’affût! ; )

Publicités

1 commentaire

Classé dans Accueil, Sorties

Un petit souper de semaine… au Fairmont Le Château Frontenac

Râres sont les occasions de manger, pour pas cher, au restaurant Le Champlain du Château Frontenac… sur semaine en plus! Grâce au Club « sÔcial » de l’organisation pour laquelle je travaille, mes collègues et moi avons eu la chance de déguster un repas divin dans l’hôtel le plus connu de Québec, et ce, pour une fraction du prix. Vous vous douterez qu’il était hors de question que je ne profite pas de cette opportunité, en foodie que je suis!

Je le dis d’entrée de jeu, les mots d’ordre de ma soirée ont été « ça fond en bouche ». Désolée si cette expression est utilisée en surabondance dans ce texte… mais je vous aurai averti!

Quelques minutes après l’apéro, on nous a servi, en mise en appétit, un tataki de bison sur marmelade (de la Reine, sans aucun doute!). Pas beaucoup à dire, à part que c’était délicieux. Comme les mix sucré-salé sont toujours gagnants avec moi, celui-ci ne fait pas exception. Ça fondait littéralement en bouche!

En entrée froide, nous avions le choix entre la mousseline de pétoncles et crevettes ou la terrine de foie de canard aux pommes. En carnivore que je suis, j’ai opté pour la terrine. Et franchement, je n’ai pas regretté mon choix! Servie avec verdure et jolie petite pêche, cette terrine fondait tout simplement en bouche! Elle était goûteuse, soyeuse et consistante à la fois. Un coup de coeur!

Ensuite, une crème andalouse, avec poivrons rouges grillés et quenelle de crème au basilic frais. Pas de photo pour appuyer mes propos, mais c’était très bon. Ça ne révolutionnera pas ma vie, mais c’était une excellente entrée chaude.

Puis, l’heure d’un petit trou normand, question de forger un peu de place dans nos estomacs! On nous a servi un granité de framboise, poire et cardamome. Vraiment rafraîchissant, un mix incroyable de saveurs. Ça explosait en bouche! Le goût de cardamome était suptile, mais juste assez présent pour donner une légère touche de piquant au granité.

Passons au plat de résistance… Nous avions le choix entre une escalope de saumon, vinaigrette de tomates séchées ou un filet de boeuf mariné en chevreuil, fond d’artichaut farci et légumes frais. Sachez-le, je suis une amateure de poisson. Par contre, quand je vais au restaurant, j’ai toujours la même idée, soit de commander quelque chose que je ne cuisine pas. Pour moi, du saumon avec vinaigrette aux tomates séchées, c’est assez conventionnel. Donc, c’est sans hésiter que j’ai choisi le filet de boeuf.

Je ne sais pas pour vous, mais moi, quelque chose de mariné en chevreuil, j’ai aucune idée de ce à quoi c’est supposé ressembler! J’ai plein d’images, mais je suis convaincue que c’est autre chose! Le serveur, très sympathique, nous a expliqué que le filet de boeuf a été mariné dans le vin rouge pendant… il me semble 48 h. Ouh la la. Il n’en fallait pas plus pour que je sois convaincue de mon choix! Et Dieu sait que je ne me suis pas trompée.

Ce filet de boeuf, c’était le summum du « ça fond en bouche ». C’est probablement le meilleur filet de boeuf que j’ai mangé de toute ma vie. J’ai savouré chaque bouchée. Je n’ai pas de mots pour décrire comment c’était bon. Et c’est probablement pour cette raison que j’ai trouvé le reste de l’assiette plutôt ordinaire. C’était bon, mais pas extraordinaire. Ces accompagnements portaient très bien leur nom, soit accompagnement.

Comme si nous n’étions pas encore bourrés, nous avons eu droit à un super dessert, soit une verrine de mousse au chocolat et ananas caramélisés à la vanille, servi avec un macaron à la noix de coco. Tellement mon type de dessert! Pour ceux qui me suivent sur Twitter, vous avez été témoins de ma passion pour le siphon, cet appareil qui crée une crème chantilly en deux temps, trois mouvements. Cette mousse, probablement créée au siphon, était onctueuse, goûteuse… et riche un peu, il va s’en dire! Les cubes d’ananas caramélisés au fond venaient balancés le côté sucré de la mousse. Le macaron, bien que délicieux, n’aurait pas été là et je n’en serais pas morte.

Bref, mon passage au restaurant Le Champlain du Fairmont Le Château Frontenac aura fait de ce petit mercredi de novembre une superbe soirée gastronomique. Entourée d’extraordinaires collègues, je me suis littéralement régalée, et ce, à rabais en plus!

1 commentaire

Classé dans Accueil, Sorties