Archives de Tag: Jean Soulard

Dix livres de recettes que j’adore

Au moment où les défis se succèdent sur les réseaux sociaux, ma soeur Caroline m’a nominé au BOOK challenge. Mon défi? Nommer 10 livres qui m’ont marqué. Du coup, j’étais démasquée. Je fais partie de la catégorie de gens qui ne lisent plus beaucoup de romans. Sans vouloir me trouver des raisons (ok oui, j’essaie de me justifier), je lis beaucoup pour la job. Et dans mes temps libres, je lis des articles, des blogues, des revues (petit bonhomme gêné)…

Ça fait belle lurette que je n’ai pas pris la peine de lire un roman. La dernière fois, j’ai dévoré deux bouquins de Stéphane Dompierre et tous les Stéphane Bourguignon. Les autres que j’ai tenté de lire, je me suis endormie dessus. Pas qu’ils étaient mauvais, mais je m’endors facilement. Et le soir, c’est pas mal le seul moment que j’ai pour lire. Pis au lieu de lire, j’écris.

Bref (sujet posé), je m’aperçois que j’achète beaucoup de livres… de recettes! En êtes-vous étonnés? Plutôt que de me m’avouer vaincue face au défi, j’ai choisi d’en faire un billet! Voici donc les 10 livres de recettes (et oui!) qui m’inspirent et/ou m’ont marqué.

10. Le Garde-Manger de Chuck Hugues

Bien avant d’avoir mon blogue, je lisais Tranche de pain (je rêvais de te rencontrer Francis, ben oui!) et ce livre était un de ses préférés. Quand j’avais vu la recette de crevettes croustillantes au miel épicé, je me le suis procuré. C’est une intrusion dans l’univers du resto Le Garde-Manger, avec quelques incontournables de leur carte, dont la fameuse barre Mars frite.

Le Garde-Manger

9. Les Touilleurs

Ce livre est simplement splendide. Les recettes sont divisées en section, selon le type de cuisson ou façon d’apprêter. Une recette, une page de photo, une foule d’indication plus technique question d’éduquer et de transmettre du savoir tout en donnant le goût de cuisiner.

Les Touilleurs

8. Grand Soulard de la cuisine

À l’inverse du précédent, aucune image ne ponctue ce livre. Aucune. Nada. Dans la tradition des plus anciens livres de recettes, celui de Jean Soulard est bourré de recettes, parfois 3 par pages. On sent qu’il a voulu transmettre son savoir. On retrouve nos bases et un peu de tout. C’est simple et efficace.

Jean Soulard7. Les desserts de Patrice et La carte des desserts

Ah Patrice. Pour l’avoir vu deux fois en conférence (FoodCamp 2014 et Omnivore World Tour 2014), je suis quasiment déçue que ses livres ne soient pas comme les livres d’histoire d’enfants d’autrefois, accompagnés d’un mini-disque. Patrice Demers vulgarise si bien son savoir que tout ce qu’il fait a l’air d’une job de bébé lala. Ses livres sont une source d’inspiration incroyable.

Les desserts de Patrice

6-5. 150 plats végé savoureux/Les Carnivores infidèles

Mes 2 bibles de bouffe végé. Parce que je ne suis pas du tout végé mais que ces ouvrages proposent de belles alternatives simples et réalisables.

4. Quand Katie cuisine

Un super livre d’une blogueuse australienne, styliste culinaire et photographe. Cette oeuvre est graphiquement incomparable. Toutes les recettes réalisées et inspirées de ce livre ont été de véritables succès. Je ne me tanne pas de le feuilleter encore et encore.

Quand Katie cuisine

3. Jamie Oliver 30 minutes chrono/Jamie en 15 minutes

Dans ces deux ouvrages, le beau et dynamique chef britannique Jamie Oliver propose des méthodes pour préparer des menus en un minimum de temps. Si je n’ai pas testé la technique chronomètre à la main, les recettes et le style de plating de Jamie me font tripper. Son style bonne franquette m’inspire beaucoup.

Jamie

2. Famille futée/Les lunchs de Geneviève/Bonne bouffe en famille

J’adore la façon simple avec laquelle Geneviève O’Gleman nous parle de bouffe familiale. C’est santé mais goûteux, c’est rapide, pratique et efficace. Les thèmes et les recettes sont variés. J’étais déjà accro à ses ouvrages avant même que l’émission Cuisine futée ne débute. Ces livres sont parfaits pour la planification des repas, lunchs, plats à congeler, etc.

Cuisine futée

1. L’oeuvre entière de Ricardo

Ah Ricardo, Ricardo. Comment aurais-pu finir un top 10 sans y inclure Ricardo? J’aime Ricardo d’amour, vous le savez. Son livre sur la mijoteuse a fait de cet accessoire de cuisine peu raffiné pratiquement un must dans une cuisine. Il a su démontrer qu’on peut faire autre chose que des plats en sauce qui goûtent tout pareil dans cet appareil pratique. Et même si je n’ai pas réalisé des tonnes de recettes de Parce qu’on a tous de la visite, la conception graphique et les images font que je ne me tanne pas de le regarder (le livre là, pas Ricardo! Quoi que…!).

Ricardo

 

Quels sont vos livres coup de coeur? Je cherche toujours à me ressourcer!

Publicités

3 Commentaires

Classé dans Accueil, Découvertes

Un dimanche matin, deux soupes

J’ai un léger défaut : j’achète de la bouffe pour une armée. L’été, au marché, je vire folle. J’achète tous les fruits et légumes de saison. Quand les enfants sont à la maison, je leur en sers en collation, aux repas. Mais quand il en reste trop et qu’ils commencent à se défraichir, je fais des réserves de soupes. Je les congèle en portion individuelle ou familiale. On les utilise aux repas mais surtout dans les lunchs.

En ce dimanche avant-midi, je me devais de trouver des recettes pour passer des betteraves rouges et un chou-fleur. Ces recettes ne sont pas de moi, mais je vous les partage. Elles se préparent rapidement et donnent de bons résultats!

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Recettes

Un petit souper de semaine… au Fairmont Le Château Frontenac

Râres sont les occasions de manger, pour pas cher, au restaurant Le Champlain du Château Frontenac… sur semaine en plus! Grâce au Club « sÔcial » de l’organisation pour laquelle je travaille, mes collègues et moi avons eu la chance de déguster un repas divin dans l’hôtel le plus connu de Québec, et ce, pour une fraction du prix. Vous vous douterez qu’il était hors de question que je ne profite pas de cette opportunité, en foodie que je suis!

Je le dis d’entrée de jeu, les mots d’ordre de ma soirée ont été « ça fond en bouche ». Désolée si cette expression est utilisée en surabondance dans ce texte… mais je vous aurai averti!

Quelques minutes après l’apéro, on nous a servi, en mise en appétit, un tataki de bison sur marmelade (de la Reine, sans aucun doute!). Pas beaucoup à dire, à part que c’était délicieux. Comme les mix sucré-salé sont toujours gagnants avec moi, celui-ci ne fait pas exception. Ça fondait littéralement en bouche!

En entrée froide, nous avions le choix entre la mousseline de pétoncles et crevettes ou la terrine de foie de canard aux pommes. En carnivore que je suis, j’ai opté pour la terrine. Et franchement, je n’ai pas regretté mon choix! Servie avec verdure et jolie petite pêche, cette terrine fondait tout simplement en bouche! Elle était goûteuse, soyeuse et consistante à la fois. Un coup de coeur!

Ensuite, une crème andalouse, avec poivrons rouges grillés et quenelle de crème au basilic frais. Pas de photo pour appuyer mes propos, mais c’était très bon. Ça ne révolutionnera pas ma vie, mais c’était une excellente entrée chaude.

Puis, l’heure d’un petit trou normand, question de forger un peu de place dans nos estomacs! On nous a servi un granité de framboise, poire et cardamome. Vraiment rafraîchissant, un mix incroyable de saveurs. Ça explosait en bouche! Le goût de cardamome était suptile, mais juste assez présent pour donner une légère touche de piquant au granité.

Passons au plat de résistance… Nous avions le choix entre une escalope de saumon, vinaigrette de tomates séchées ou un filet de boeuf mariné en chevreuil, fond d’artichaut farci et légumes frais. Sachez-le, je suis une amateure de poisson. Par contre, quand je vais au restaurant, j’ai toujours la même idée, soit de commander quelque chose que je ne cuisine pas. Pour moi, du saumon avec vinaigrette aux tomates séchées, c’est assez conventionnel. Donc, c’est sans hésiter que j’ai choisi le filet de boeuf.

Je ne sais pas pour vous, mais moi, quelque chose de mariné en chevreuil, j’ai aucune idée de ce à quoi c’est supposé ressembler! J’ai plein d’images, mais je suis convaincue que c’est autre chose! Le serveur, très sympathique, nous a expliqué que le filet de boeuf a été mariné dans le vin rouge pendant… il me semble 48 h. Ouh la la. Il n’en fallait pas plus pour que je sois convaincue de mon choix! Et Dieu sait que je ne me suis pas trompée.

Ce filet de boeuf, c’était le summum du « ça fond en bouche ». C’est probablement le meilleur filet de boeuf que j’ai mangé de toute ma vie. J’ai savouré chaque bouchée. Je n’ai pas de mots pour décrire comment c’était bon. Et c’est probablement pour cette raison que j’ai trouvé le reste de l’assiette plutôt ordinaire. C’était bon, mais pas extraordinaire. Ces accompagnements portaient très bien leur nom, soit accompagnement.

Comme si nous n’étions pas encore bourrés, nous avons eu droit à un super dessert, soit une verrine de mousse au chocolat et ananas caramélisés à la vanille, servi avec un macaron à la noix de coco. Tellement mon type de dessert! Pour ceux qui me suivent sur Twitter, vous avez été témoins de ma passion pour le siphon, cet appareil qui crée une crème chantilly en deux temps, trois mouvements. Cette mousse, probablement créée au siphon, était onctueuse, goûteuse… et riche un peu, il va s’en dire! Les cubes d’ananas caramélisés au fond venaient balancés le côté sucré de la mousse. Le macaron, bien que délicieux, n’aurait pas été là et je n’en serais pas morte.

Bref, mon passage au restaurant Le Champlain du Fairmont Le Château Frontenac aura fait de ce petit mercredi de novembre une superbe soirée gastronomique. Entourée d’extraordinaires collègues, je me suis littéralement régalée, et ce, à rabais en plus!

1 commentaire

Classé dans Accueil, Sorties