Archives de Tag: Foodies

Mes 5 résolutions pour 2013

On le sait, prendre des résolutions, c’est pratiquement inutile. 99,9 % du temps, on finit par ne pas les tenir. Résolutions est souvent synonyme de changements majeurs et/ou de contraintes qu’on s’impose. Qu’à cela ne tienne, j’ai décidé de profiter de l’arrivée de la nouvelle année pour penser à des résolutions foodies qui seraient agréables et faciles à tenir. Ça vous dit de prendre les mêmes?

1. Faire découvrir de nouveaux aliments à mes enfants

J’essaie quotidiennement d’inculquer ma passion pour la cuisine à mes enfants. Ma fille m’assiste souvent dans la cuisine. Mon but est de leur offrir une alimentation saine (avec des écarts évidemment!), combinant plats simples et goûteux, avec une belle diversité d’aliments. Je veux poursuivre dans la même veine, tout en y mettant plus d’efforts. Je m’aperçois que plus Grande fille vieillit, plus elle goûte. Elle n’aime pas toujours, mais elle ne refuse jamais de goûter, contrairement à Fiston. C’est donc de mon travail de leur amener de nouvelles saveurs, pour stimuler leur curiosité et diversifier leurs goûts.

Maxim

2. Manger végé

Dans la dernière année, j’ai publié quelques plats végé. Bien que j’adore manger de la viande et que je serais incapable d’être totalement végétarienne, je me fais un devoir de varier mes sources de protéines. En 2013, je veux manger au minimum trois repas végé par semaine. Et quand je dis végé, je veux dire repas complet végé, avec légumineuses, tofu ou dérivé du soya. Il va sans dire que mes enfants et invités devront être prêts!

tofu tao

3. Oser manger et cuisiner des plats qui me font peur

Les rognons, le foie, les ris, le boudin. Ça vous dit quoi? Pour moi, c’est le genre de repas que je n’ose pas cuisiner. J’en commande à l’occasion au resto, quand je sais que ça fait partie des spécialités de l’endroit. Dans la prochaine année, j’aimerais me lancer. Je me donne comme défi de cuisiner au moins une fois ces quelques plats. Même chose pour les pâtes fraîches, la pâte à tarte ou la pâte à choux : je dois m’y mettre! Ça m’a toujours effrayé. Mais c’est en 2013 que ça se passe!

Ris de veau Patente et Machin

4. Ne jamais jeter de nourriture (jamais)

Ça finit tous par nous arriver, et ça ne nous laisse jamais indifférent. Jeter de la nourriture, soit parce qu’on en a trop acheter, soit parce qu’on ne finit pas nos restes, soit parce qu’on a mal prévu. À vrai dire, je me suis beaucoup améliorée ces dernières années. Quand les légumes sont rendus so so, je les cuisine en potage. Je cuisine aussi selon mes restes (je fais des miracles avec les touski). Par contre, je dois m’améliorer au moment de l’épicerie. Je dois apprendre à acheter de manière réfléchie. Mon garde-manger et mon frigo sont constamment plein à craquer. Il y a place au progrès.

Un dimanche, 2 soupes

5. Écouter ma faim

Une grande qualité (la gourmandise) peut devenir un grand défaut (la gourmandise). Et 2013, c’est le moment pour moi d’apprendre à écouter ma faim. Je n’ai jamais fait de régime, j’en serais incapable. Et chaque fois que je tente de surveiller ce que je mange, il me semble que je suis encore plus porter à tricher. Par chance, j’enseigne la Zumba, ce qui me garde dans une certaine forme. Mais s’il y a une résolution qui sera plus dure à tenir dans cette liste, c’est celle-ci : être raisonnable dans mes portions et apprendre à respecter mon sentiment de satiété.

Et par-dessus tout, ma résolution, c’est de continuer d’alimenter ce blogue, en écrivant sur ce qui me passionne et ce qui peut vous inspirer.

Ne reste qu’à vous souhaiter une belle année 2013, remplie d’amour, de partage et de bons repas en compagnie des personnes que vous aimez!

Publicités

12 Commentaires

Classé dans Accueil

Acheter foodies pour Noël

Comme l’an passé, je fais un Père Noël de moi-même et vous liste quelques suggestions de cadeaux foodies. Il y en a pour tous les goûts… Et n’hésitez pas à mettre en commentaires des bonnes idées que j’aurais oubliées!

Un peu de lecture

Les livres de recettes font toujours partie de ce que je demande au Père Noël. Même si j’en ai assez pour manger quelque chose de différent pendant les 20 prochaines années, j’en redemande toujours. C’est une source d’inspiration inestimable!

Des outils indispensables

En rafale, je vous liste certains outils dont je ne pourrais me passer en cuisine :

  • Mon Magic Bullet (oui, vous pouvez rire, mais cet outil a changé ma vie! Sans blague, exit le malaxeur, vive le Magic Bullet. Parfait pour transformer autant soupe en potage que fruits en smoothie, et plus encore.
  • De bons couteaux
  • Une mandoline
  • Une bonne poivrière (pour moudre en grains!)
  • Une râpe microplane
  • Une ardoise
  • Un Creuset
  • Des culs-de-poule
  • Une balance électronique (fait à noter : bien que je l’ai listé l’an dernier, Père Noël n’a pas exaucé mon voeu. Quelqu’un prendra le relais cette année?)

Et l’outil ultime, celui dont tout amant de desserts rêve en cachette : le batteur sur socle. Cet outil d’environ 3-400$ peut mélanger, fouetter, liquéfier, etc. Au KitchenAid, par exemple, on peut ajouter des appareils qui permettent de créer nos pâtes fraîches ou de passer notre jambon au moulin.

De tout pour les desserts

Vous connaissez Rosette? C’est une entreprise en ligne dédiée à l’art de la décoration de gâteaux. Fondants, colorants, saveurs, moules en papier, confettis, sucre coloré, etc. : vous trouverez de tout à bon prix. Les commandes sont traitées et livrées rapidement. Idéal pour offrir un kit personnalisé en cadeau ou pour préparer vos douceurs des Fêtes!

Offrir un trip gourmand dans Charlevoix

Je vous en ai parlé récemment : j’ai littéralement trippé sur le nouvel hôtel La Ferme et le restaurant Les Labours. Pourquoi ne pas offrir un séjour gourmand à Charlevoix à votre douce moitié ou à un être cher? Avec ou sans dodo, pour le souper ou simplement pour le brunch, cet endroit vaut le détour. Promis!

En rafale

Outre mes suggestions, je vous suggère également de consulter la chronique La Foodie Spécial des Fêtes de Marie-Soleil Michon (Karyne Duplessis-Piché et Marie-Annick Lalande) dans le magazine Ricardo de Noël. Pleins de bonnes idées s’y retrouvent également!

Pour finir, quoi de mieux qu’offrir un cadeau qui ne nous coûte rien! En arrivant chez vos invités, accaparez-vous de leur iPad ou de leur ordinateur portable et téléchargez-leur gratuitement le livre Fou des Foodies! Des recettes et un tour gourmand de la ville de Québec, doublés de photos qui donnent faim! Une belle surprise qu’ils aimeront découvrir!

Je vous souhaite à l’avance de joyeuses Fêtes remplies d’amour et entourées des gens que vous aimez.

1 commentaire

Classé dans Accueil, Découvertes

Grand succès pour la première édition du FoodCampQc!

Le 28 avril dernier a eu lieu le premier FoodCampQc au Château Laurier Québec. Sous l’initiative de Francis Laplante, alias Tranche de pain, cette première édition aura été un véritable succès, avec ces 350 participants inscrits. Des commentaires entendus puis lus, nul doute que l’événement semble avoir fait l’unanimité!

Pour ma part, l’expérience se résume à : 1000 et une découvertes, plaisir, rencontres, dégustation, bedaine pleine, cadeaux… et m’apercevoir qu’enfin, je suis loin d’être la seule à aimer prendre ce que je mange et découvre en photo!

Pour le plaisir des yeux (et de la panse)

Complètement sur-le-dos à cause d’une vilaine grippe qui a attaqué sans crier gare mes monstres et moi, j’ai tardé à mettre des mots sur ce superbe événement. Et comme d’autres l’ont extraordinairement bien fait – par Caroline sur Je suis snob et Marie Asselin sur FoodNouveau – je n’irai pas de longs paragraphes pour vous dire à quel point j’ai apprécié ma journée.

Se retrouver entourée de passionnés de bouffe et de gourmets assumés, et plus particulièrement d’amis blogueurs et des réseaux sociaux, m’a confirmé à quel point je trippe sur cet aspect qui prend de plus en plus de place dans la vie.

Quelques moments forts

D’abord, au 5 à 7 pré-ouverture, le délicieux cocktail préparé par le restaurant La Tanière, dont les hôtes, Karen Therrien et Frédéric Plante, étaient parmi les conférenciers du FoodCamp. Sous cet air non chaland de petit drink rose se cache un punch rhubarbe et gin Ungava, une espuma de Blanche de Chambly et vanille, du piment d’argile et sucre pétillant et, tout au fond du verre, une spherification de gingembre du Québec. Ça goûtait le ciel.

La démo dessert du chef-pâtissier Sébastien Camus du Georges V, traiteur du Château Laurier Québec. Sous fond musical, il a su en mettre plein la vue en préparant sous nos yeux des créations sucrées déclinées autour des mêmes ingrédients. Ça donnait à la fois faim et envie de danser. Mais surtout, ça nous laissait sans mot.

Comment pourrais-je passer sous le silence la présence de Danny St Pierre, qualifié avec raison d’étoile du Foodcamp par Le Soleil. Aussi talentueux que comique, le chef d’Auguste, rue Wellington à Sherbrooke, a démontré qu’avec un poulet, on peut nourrir plusieurs personnes et faire de nombreux plats. En remettant tendance le pochage de cet ingrédient – oui oui le non sexy poulet poché serait l’ancêtre du sous-vide! – il aura su, sans prétention, en mettre plein la vue aux participants. Incapable de passer sous le silence cette anecdote, qui a fait ma journée. En allant lui dire à quel point j’avais aimé les bouchées préparées, Danny St Pierre m’a dit :

– Tu es sur Twitter toi?

– Euh, oui. (moi, d’un air surpris)

– Tu t’appelles Marie-Hélène Harnois, enh?

– Oui! (sourire de fille qui s’attendait pas à ça). Ah ben ma photo doit être assez représentative de ma face!

Je me suis un peu sentie comme si j’avais 8 ans, que je me retrouvais en face de Jordan des News Kids on the Block et qu’il me reconnaissait. 🙂 Ma journée au FoodCamp était faite! J’ai donc ben hâte d’aller découvrir son resto! Cet été, promis!

Bref, une journée extraordinaire, tout simplement. On se serait contenté de moins, on a eu le meilleur. Chapeau aux organisateurs et à l’an prochain.

4 Commentaires

Classé dans Accueil, Sorties

Question de donner un coup de pouce au Père Noël

Cet article s’adresse principalement aux gens qui ont des foodies dans leur entourage et qui auraient besoin d’idées pour les combler à Noël. J’ai dressé une liste non exhaustive de cadeaux à la fois utile (priorité), cute et agréable à recevoir. Je vous invite à la bonifier dans la section commentaires, car j’ai sûrement laissé de côté d’autres bonnes idées!

Livres de cuisine

Je trippe livres de cuisine. Chaque année, j’en demande au moins deux-trois. Plusieurs nouveautés en cette fin d’année, dont le troisième livre de Josée Di Stasio (quelqu’un peut m’expliquer le concept « photo floue » sur la couverture?) et celui de Stefano Faita (vu à seulement 14,95 $ su’ Wal-Mart).

Mon choix se porte par contre sur l’ouvrage de Catherine Lefebvre, nutritionniste, conférencière, chroniqueuse et blogueuse, intitulé Les Carnivores infidèles. Dans ce livre, on retrouve de nombreuses recettes (beaucoup de photos, on aime) pour végétariens ou pour ceux qui, comme moi, ne tiennent pas à manger de la viande à tous les repas, mais qui ont franchement besoin d’inspiration pour cuisiner végé! Truc très intéressant, Catherine a demandé à des amis, blogueurs et twitteux de lui proposer des recettes, ce qui rend le tout encore plus humain. Après avoir testé le Tofu Général Tao (selon Laurent Lasalle), je suis convaincue que cette recette, de même que ce livre, peut convaincre plusieurs carnivores de sauter la clôture à l’occasion!

Comme je suis bourrée de paradoxes, je vous propose un livre très « viande », soit Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la cuisson des viandes d’Yves Baudry. Paru en 2009, ce livre, dont j’avais déjà entendu beaucoup de bien, est cette année tombé dans mes coups de coeur pour la multitude de conseils sur le choix de la pièce de viande et de techniques de cuisson. Boeuf, veau, porc, agneau, gibiers; aucune bête n’est laissé de côté!

Livres sur le vin

J’ai beaucoup de livres sur les vins. Certains sur le vin en général (les cépages, les dégustations, les termes à utiliser), d’autres sur les bonnes bouteilles à boire. Et comme vous connaissez ma mission, soit boire et faire découvrir des vins de 25 $ et moins, je vous recommande le Guide Aubry 2012. On y trouve 100 suggestions des meilleures bouteilles à 25 $ et moins, disponibles à l’année en SAQ. Petit guide pratique où chaque bouteille est photographiée… Pour les plus visuels d’entre nous, ça peut être très pratique pour retrouver une bonne bouteille dont on a oublié le nom!

Gadgets et autres trucs pratiques

Ce n’est pas les accessoires de cuisine qui manquent. En voici quelqu’uns :

Un siphon : ceux et celles qui me suivent sur Twitter auront été témoin de ma passion nouvelle pour mon siphon, ce magnifique appareil servant, entre autres, à faire de la crème fouettée, de la crème chantilly et des espumas. Il en existe de nombreux modèles (de prix très variable). Je vous conseille d’en prendre un qui fait autant du chaud que du froid, on peut sauver ainsi beaucoup de temps de refroidissement – le mien est un ISI qui ne fait que du froid malheureusement. Il faudra aussi acheter les capsules de gaz, vendues généralement en paquet de 10 cartouches (11 $ la boîte). Les prix peuvent varier.

Un zesteur : petite rape qui, d’entrée de jeu, peut sembler peu pratique. Au contraire, ce petit instrument fait plus que zester les citrons, oranges et autres agrumes. On peut l’utiliser pour le gingembre, le parmesan, les grains de cardamome. etc. Il faudra débourser une vingtaine de dollars.

Une mandoline : un petit appareil magique, tout simplement. Pratique pour émincer et râper, entre autres. Si on fait bien attention à nos doigts, on peut faire de la magie avec une mandoline!

Une tasse/balance de Ricardo : Oui, j’aime Ricardo, mais ce n’est pas pour cette raison que j’ai listé cet article. Chez-moi, je manque d’armoires à rangement. Donc à la vue de cette tasse à mesurer qui est aussi une balance électronique, je me suis dit : « Pourquoi se procurer deux articles alors qu’un peut tout faire! »

De belles coupes à vin : Je vous l’avoue, je n’ai pas de coupe à vin à 20 $ chacune. Je bois du vin à 25 $ et moins, on se rappellera! Celles photographiées tombent dans mes goûts.

Les verrines : elles sont très tendance, les vedettes des cocktails dînatoires. Il y en a de toutes les sortes : petits verres style shooters, cuillères tonkinoises, petits bols, etc. On en trouve de tous les prix, dans plusieurs endroits (autant au Dollorama que dans les magasins spécialisées).

Depuis quelques années, on voit beaucoup de ces jolis petits coffrets qui incluent des accessoires de service ou de cuisson et un livre de recettes sur cette thématique. Sur les tablettes, on trouve entre autres des mini-wok, des moules à cupcakes, des cuillères tonkinoises, des verrines, etc. Ça fait un petit cadeau tout-inclus sympa, parfait pour les échanges de cadeaux!

Et pour les retardataires

Si vous êtes à la dernière minute, je vous conseille d’y aller avec les indémodables chèques-cadeaux. Évidemment, on pensera aux restos. Si vous choissisez de faire découvrir un nouveau resto à la personne à qui vous achetez le chèque-cadeau, offrez un montant proportionnel au coût d’un repas. On m’a un jour offert un chèque-cadeau d’un grand resto, mais adapté à ma réalité. Je venais d’accoucher, le bébé était miniature, on ne sortait pas beaucoup et on avait plus ou moins le temps de cuisiner. Voilà qu’on avait simplement à commander par Internet notre repas et il nous le cuisinait pour emporter. Ainsi, pas besoin pour nous de se trouver une gardienne, et on prenait une bouteille de notre cellier (ce qui avait probablement un impact sur le prix du chèque-cadeau).

Sinon, il y a les moins connus mais très appréciés chèques-cadeaux pour des cours de vin et/ou de cuisine. Personnellement, j’adore!

Alors Père Noël, vous êtes plus inspiré maintenant?

3 Commentaires

Classé dans Accueil, Découvertes