Archives de Tag: Brunch

Un déjeuner-brunch, 4 ingrédients

Ah les matins de fins de semaine. Ceux qui ne ressemblent en rien aux matins de semaine, où le rush de la routine s’empare de nous. La fin de semaine, on se donne le droit de paresser, de prendre un ou deux cafés avant le déjeuner, tout en lisant les nouvelles ou en ramassant tranquillement les traineries de la veille.

C’est aussi le moment des brunchs en famille ou entre amis. Exit les rôties vite faites ou les bols de céréales. On rêve d’oeufs, de bacon, de crêpes, de croissants, etc.

Que faire si on n’a pas ces ingrédients sous la main? Cuisiner un super déjeuner-brunch de la mort avec seulement 4 ingrédients? Oui, 4! Des tranches de jambon, des oeufs, de la roquette et des tomates cerise. Juste ça!

Oeuf, jambon, roquette, tomates

4 ingrédients, really?

Il vous reste quelques tranches de jambon des lunchs de la semaine? Couchez-les dans des moules à muffins pré-beurré. Puis, il suffit d’y casser un oeuf à l’intérieur et d’enfourner à 350 pour 15 minutes. Si les moules sont bien beurrés, la coupelle se décollera très facilement. (Pssst : cette recette est une idée de Ricardo. Pour voir la recette originale, cliquez ici!).

oeuf et jambon avant/après

Si vous pouvez servir cet oeuf avec quelques fruits ou des petites pommes de terre, je l’aime bien avec une salade très simple. Toujours question de passer les surplus de la semaine, je fais cuire au four les tomates cerise un peu défraichies, environ 6-7 minutes, à 350, avec un peu d’huile, du sel et du poivre. Les tomates deviendront tièdes et très sucrées. Servies sur de la roquette, avec un peu de parmesan (facultatif), c’est splendide.

Comme déjeuner-brunch, on peut difficilement faire plus simple enh? Bon appétit! 

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Recettes

Un peu de canard à l’heure du brunch

Je l’avoue d’emblée, je ne suis pas la plus grande fan de foie gras au monde. J’aime. Depuis pas très longtemps. Mais quand mon amie Sylvie Isabelle m’a proposé un brunch au Canard Goulu, dans le cadre du Festival du foie gras, je n’ai pas hésité une seconde à dire oui. Bizarre, voire même légèrement contradictoire. Tout à fait moi.

Il faut dire que le Canard Goulu est d’abord et avant tout une entreprise de Saint-Apollinaire, près de St-Antoine-de-Tilly, un village où j’ai habité plusieurs années avec ma famille.  On y élève 30 000 canards de Barbarie par année. C’est à leur restaurant rue Maguire que nous nous sommes rendues dimanche matin de Pâques.

L’endroit est sympa, avec sa déco style campagnard, son espace boutique au rez-de-chaussée, sa salle à manger accueillante d’une trentaine de places. Notre serveuse, sympathique aussi, nous explique brièvement le menu. C’est en voyant le menu brunch régulier (15$) que nous laissons finalement tomber l’idée de la table d’hôte brunch foie gras de quatre services, à 25$. C’est la tartiflette qui capte l’attention de Sylvie, alors que la frittata me tente beaucoup!

On nous sert d’abord une crème brûlée au foie gras, avec chapelure de pain d’épices.  On se rappellera que j’avais trippé sur celle du Moine Échanson. Mais celle-ci était excellente. Malheureusement, j’en aurais pris une ou deux bouchées de plus! Je trouvais que la quantité était insuffisante…

Parce qu’on goûte d’abord avec les yeux, je suis d’entrée de jeu conquise par le look de nos assiettes. Au goût, ma frittata au canard fumé, aux légumes rôtis et au mozzarina fondante me satisfait. J’aurais pris plus de canard, mais la mozzarina venait comblé ce manque. J’aime le fait qu’on ait incorporé de la courge butternut (ou de la patate douce, je n’ai pas demandé) dans le mélange de pommes de terre. Ça donnait un superbe goût, légèrement sucré. Et la roquette… Quelle belle idée. Je suis une fan finie de roquette!

Quant à la tartiflette de Sylvie, elle me semble superbe – j’en étais un peu jalouse, je l’avoue. Décomposée, cette tartiflette au jambon de canard maison, aux oignons caramélisés et au Tomme des Joyeux fromagers me donne à elle seule envie de retourner bruncher au Canard Goulu (message Sylvie!)!

Pour terminer sur une petite touche sucrée, on ajoute à notre addition un cannelé bordelais. Un peu trop grillé en dessous, il comble quand même mes attentes (ils ne battent par contre pas ceux de Caro la snob, que j’avais dégustés à la soirée des vins de Bordeaux!

Bref, ma visite au Canard Goulu m’a plu, tant pour le repas que pour l’endroit sympa rue Maguire. Le rapport qualité-prix est honnête, le service est attentionné, la bouffe est bonne. À se rouler par terre? Non. Mais ça demeure un bel endroit pour bruncher différemment du traditionnel deux œufs-bacon.

7 Commentaires

Classé dans Accueil, Sorties