Archives de Tag: Aliments du Québec

Gin-concombre-fraises : mon allié pour l’été

Convaincue que je ne suis pas la seule à virer folle quand la saison des fraises bat son plein. J’en ai toujours au frigo et j’en mange pratiquement tous les jours. Elles sont petites, sucrées, tendres, bien rouges… Qui peut leur résister?

Au Marché du Vieux-Port avec qui je collabore pour une série d’articles, on trouve des fraises chez plusieurs marchands. Je me suis procurée les miennes au kiosque de la Polyculture Plante, de Ste-Pétronille, sur l’Île d’Orléans.

Hop, on les cuisine!

Évidemment, elles font bonne figure dans les smoothies, la fondue au chocolat, les short cakes, les collations des enfants, les salades. Elles volent aussi la vedette de mes pouding au chia, que je transporte dans un petit pot Masson pour manger au bureau, en déjeuner ou dessert.

Mais plutôt que de vous présenter une recette traditionnelle, j’ai décidé de mettre en valeur la fraise dans un drink!

drink gin-concombres-fraises

Parce qu’en été, on cherche toujours des alternatives au rosé et à la sangria, pour l’apéro de fin de journée… La preuve : j’ai fait bien des envieux quand j’ai posté cette photo sur mes réseaux sociaux! Les commentaires allaient du « Je salive » à « Ça me parle, ce drink-là! », en passant par « Y fait soif! ».

Gin-concombre-fraises

Ingrédients pour un drink (Mes quantités sont à l’oeil, doser selon vos goûts!)

  • 4 fraises fraîches du Québec (dont une pour garnir)
  • 4 rondelles de concombre (dont une pour garnir)
  • 3 feuilles de menthe
  • 1 oz (ou 1 oz 1/2) de gin (j’utilise le Hendricks)
  • Tonic ou eau pétillante
  • Quelques gouttes de jus de citron (facultatif)
  • Glaçons

Étapes

  • Dans un verre long, placer les fraises et le concombre au fond et les écraser grossièrement, pour en faire ressortir les jus.
  • Taper les feuilles de menthe dans vos mains, pour en faire ressortir les huiles essentielles. Ne les écraser pas! Les mettre dans le verre.
  • Ajouter quelques gouttes de jus de citron (facultatif) et les glaçons.
  • Verser d’abord le gin, puis remplir le reste du verre avec le tonic.
  • Brasser et garnir d’une fraise et d’une rondelle de concombre.
  • Déguster et, si nécessaire, répéter les étapes. 🙂

Merci au Marché du Vieux-Port pour cette belle collaboration.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Recettes

Cuisiner la rhubarbe en juin

Cuisinez-vous souvent la rhubarbe? Bien que j’adore cet aliment, j’avoue ne pas trop avoir le réflexe de le cuisiner. Mais c’est chose du passé!

Le Marché du Vieux-Port a approché quelques blogueurs et moi afin de créer des recettes, avec quelques aliments vedettes à différentes périodes de l’année. Chanceuse que je suis, j’ai obtenu le mois de juin! Fines herbes, fraises et rhubarbe seront donc les vedettes de mes prochains billets!

compote de rhubarbe

À propos de ce… légume!

Et oui, vous avez bien lu : la rhubarbe est un légume! Bien qu’on la cuisine comme un fruit, très souvent combinée à du sucre afin de lui perdre de l’acidité, la rhubarbe est un légume, comme sa partie comestible est sa tige, le pétiole. À l’inverse, il ne faut absolument pas manger sa feuille, extrêmement toxique, voire même mortelle!

Abondante en juin, il vous est possible d’en acheter une bonne quantité et d’en congeler! Vous en aurez toujours sous la main. Deux méthodes s’offrent à vous.

Vous pouvez la congeler en tronçons, sans la faire blanchir, en autant qu’elle soit bien couverte.

Ou – et c’est la méthode que je préfère – vous la cuisinez en compote avec un peu de sucre (et des fraises, si le coeur vous en dit). Cette compote pourra à la fois servir à garnir un dessert ou à ajouter à un yogourt pour vos déjeuners ou pour emporter dans votre boîte à lunch! Elle se conserve une semaine au frigo, et quelques mois au congélo.

Au Marché, j’ai acheté la mienne au kiosque de la Ferme André-Marie et Samuel Gagnon en provenance de la Côte-de-Beaupré, et j’en ai profité pour faire le plein de petits pots, dont leurs herbes salées que j’adore.Gâteau crème Boston et rhubarbePetit gâteau crème Boston-rhubarbe

Ce petit dessert, assez simple à préparer, est plein de saveurs et obtiendra pleins de WOW et MIAM de vos invités. Bien sur, vous pouvez faire votre gâteau à la vanille vous-même, mais j’aime bien utiliser les petits gâteaux individuels vendus en épicerie. C’est pratique pour quand on a moins le temps de cuisiner.

Je me suis inspirée d’une recette de Ricardo pour créer le tout.

Ingrédients

  •  1/2 (120 ml) de tasse de sucre (la moitié pour la crème, l’autre pour la compote)
  • 2 cuil. à soupe (30 ml) de farine non blanchie
  • 1 2 cuil. à soupe (15 ml) de fécule de maïs
  • 2 oeufs
  • 1 1/4 tasse ( 31o ml) de lait chaud
  • 4 0z (110 g) de chocolat blanc, râpé
  • 1 1/2 tasse (375 ml) de rhubarbe tranchée en petites rondelles
  • Une demi gousse de vanille, l’intérieur seulement *facultatif

Étapes

Pour la crème pâtissière : mélanger dans une casserole, hors du feu, 1/4 de tasse de sucre, avec la farine, la fécule de maïs et les oeufs. Mélanger. Ajouter graduellement le lait chaud, tout en fouettant. Chauffer doucement. Tout au long de la cuisson, râcler le fond avec une spatule en silicone. Ne jamais laisser sans surveillance, sinon ça deviendra une omelette! Hors du feu, ajouter le chocolat et mélanger. Transvider dans un cul-de-poule, couvrir d’une pellicule de plastique directement sur la surface de la crème, et réfrigérer 3 h.

Pour la compote : mélanger la rhubarbe et 30 ml de sucre (et les graines de vanille si désiré). Porter à ébullition. Cuire ensuite environ 20 minutes, à feu doux. La purée doit devenir bien épaisse. Laisser tiédir.

Sur le petit gâteau, couvrir de crème pâtissière, de compote de rhubarbe et de fraises tranchées. Saupoudrez de sucre à glacer ou de flocons d’érable, si vous en avez! Et régalez-vous!

dessert facile rhubarbe Merci au Marché du Vieux-Port pour cette charmante opportunité de collaborer avec vous!

1 commentaire

Classé dans Accueil, Recettes

Party d’huîtres, de pétoncles et de moules du Québec

Vous êtes amateurs d’huîtres? Moi oui! Mais j’ignore pourquoi, je m’en prépare très rarement à la maison, contrairement à pleins d’amis qui se font des gros party d’huîtres régulièrement. Je les enviais, mais je n’osais pas. Faut dire que la peur de m’ouvrir une main au lieu d’ouvrir l’huître me hantait légèrement.

Je finissais donc par en déguster à l’occasion, au resto, comme si les huîtres étaient synonyme de grands événements ou de sorties spéciales. C’était jusqu’à ce que je me vois offrir un beau paquet cadeau rempli d’huîtres, de pétoncles vivants et de moules en saumure, tous des produits du Québec. Impossible de refuser. Et une bonne excuse pour organiser mon premier party d’huîtres – en par ricochet mon baptême d’ouverture d’huîtres (emoji de bonhomme affolé)!

Pétoncles, huîtres et moules du Québec

Les particularités des mollusques du Québec

Déjà que l’huître est un aliment faible en calories et nourrissant, qui contient des oméga-3 et est une source de vitamines A, B12, B2, B3, de phosphore, fer, zinc, cuivre, sélénium et manganèse, on en trouve d’excellentes au goût, cultivées dans nos eaux, aux Îles-de-la-Madeleine. Vendues en petite caisse de boîte de 18, les huîtres Trésor du large sont savoureuses et délicates. Contrairement aux huîtres en provenance des Maritimes, elles ne sont pas élevées dans des baies, mais bien au large, en haute mer, en eau pure et salée, ce qui favorise son goût plus raffiné et bien équilibré.

Huîtres Trésor du large

Ces huîtres, de même qu’une variété de moules ou de pétoncles québécoises, sont issus de la mariculture, c’est-à-dire la culture en mer d’organismes aquatiques, une forme d’aquaculture mais en eau salée. On ne va pas à la pèche, on cultive ces mollusques, on en fait l’élevage – de l’ensemencement périodique à l’alimentation, en passant par la protection contre les prédateurs. Si la mariculture québécoise se pratique depuis plus de 40 ans, elle est présentement en plein essor.

On les ouvre! 

Voici l’étape que je redoutais – l’ouverture! D’abord les huîtres. Je n’ai pas pris de chance, j’ai mis des gants et je les ai recouvertes d’un linge propre! J’ai déposé la pointe du couteau à huîtres sur le bout pointu de celle-ci, puis fais un petit twist de la main pour l’ouvrir. Ensuite, après avoir essuyé la pointe du couteau, j’ai détaché le muscle du mollusque, et tout s’est ouvert par magie. Puis j’ai répété, et je suis rapidement devenue excellente! (Tuto ici!)

Ouvrir une huître

Je les ai déposées sur de la glace – on recommande la glace quand on sert les huîtres froides et le gros sel quand elles sont servies chaudes – je les ai assaisonnées avec un peu de jus de lime et de la coriandre. Tout simplement. Et elles étaient délicieuses. Vous pouvez créer une tonne de mignonnettes pour les accompagner. Moi j’ai opté pour la simplicité! Pour la blogueuse Sylvie Isabelle, l’idéal est de les arroser de vinaigre de vin rouge et échalote française émincée. Je me suis promis d’essayer cela la prochaine fois.

Huîtres, lime, coriandre

Quant aux pétoncles, là, ça été plus de fous rires que de peurs! C’est que les pétoncles en coquille se referment lorsqu’on tente de les ouvrir – mécanisme de défense! C’est d’ailleurs un signe de fraîcheur. Je vous mets au défi de ne pas faire le saut lorsque la coquille du pétoncle se referme et que votre couteau en est prisonnier!

Pour les ouvrir, on place la coquille la plus creuse vers le bas, et on passe un couteau rond sur le haut de la coquille. C’est ainsi qu’on peut décoller le muscle et ouvrir la coquille facilement. Pour l’apprêter, je l’ai placé 5 minutes au four à 375 avec un peu de vin blanc dans chacune, quelques gouttes de jus de citron, des grains de poivre rose et une feuille de basilic. Chaud, délicieux : c’était complètement fou! Le goût est fin et délicat, et à la fois riche en saveurs. Un coup de coeur!

pétoncles québécois

Il ne me reste que les moules en saumure à goûter. Je me suis promis de les ajouter à une salade ou à des pâtes. Le produit reçu, dont je vous reparlerai, est unique au Québec. Issues de la Côte-Nord, ces moules sont conservées dans une saumure naturelle, faite à partir d’eau de mer salée dans laquelle elles ont été élevées. Je salive en l’écrivant!

Je vous encourage à demander les produits issus de la mariculture québécoise à votre poissonnier et votre épicier. En plus d’avoir un impact positif sur l’écologie, ce sont des produits riches en protéines, faibles en gras et surtout accessibles à tous!

Je remercie le Regroupement des mariculteurs québécois de m’avoir fait parvenir de si beaux produits par l’entremise de Marie Morneau communication. Les opinions exprimées reflètent entièrement mes pensées. Vous avez de beaux produits qui gagnent à être connus et consommés. 

Psssst : mon amie Sylvie Isabelle a préparé un tutoriel pour l’ouverture des huîtres. On l’écoute ici!

Ouverture d'huîtres par Sylvie Isabelle

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Découvertes, Recettes

Du homard gaspésien dans sa plus simple expression

La saison du homard bat son plein! ll faut en profiter au maximum, car elle ne dure qu’environ 2 mois. Et il vous faut exiger le homard gaspésien, celui avec l’étiquette bleue. On se doit d’encourager au maximum cet aliment du Québec, si l’on veut garder cette richesse chez-nous et éviter que trop de bêtes ne soient vendues en exportation.

homard gaspésien 2015

Grâce au numéro sur l’étiquette, vous pouvez même voir qui est le pêcheur grâce à qui la bête se retrouve sur votre table! Et si le coeur vous en dit, vous pourrez même lui écrire un courriel pour exprimer votre satisfaction! Pour en savoir plus, consultez mon article de l’an passé.

Si je l’ai beaucoup cuisiné l’an passé (en pâtes ail et vin blanc, sandwich, bisque et risotto), j’ai plutôt envie de le déguster dans sa plus simple expression cette année. Je l’ai donc servi en canapé, avec craquelins, guamacole et concombres. Mixé avec de la ciboulette ou des oignons verts, et un peu de mayo, il devient une entrée parfaite et fraîche à déguster en bonne compagnie.

Homard gaspésien en canapé

Pour des dîners weekend ou pour un lunch rapide, il vous suffit de prendre la mixture similaire (j’ai substitué les oignons verts par du persil italien!), l’assaisonner avec du sel citronné La Pincée, la combiner avec roquette et concombre, et la servir dans un pain à sandwich ou à hot-dogs. Promis que vous ferez des jaloux à la cafétéria du bureau!

Guédille homard gaspésien

Finalement, s’il y a une chose que je veux que vous reteniez, c’est de ne jamais jamais jeter les carcasses de homards. Jamais! Combiné à des pelures d’oignons et du thym, les carcasses vous donneront un superbe bouillon, que vous pourrez utiliser pour un risotto, des pâtes ou une soupe. Cette fois, j’ai fait revenir les bouts d’oignons et le thym dans un peu d’huile. J’ai ajouté la carcasse de homard et pas mal de sel, et j’ai déglacé avec un peu de bière blonde. J’ai ajouté 8 tasses d’eau et laissée mijoter pendant une bonne heure, au minimum. Résultat : 1,75 litre de bouillon beau, bon, pas cher.

Pour plus d’idées pour cuisiner le homard, consultez mon article de l’an passé où j’ai préparé 4 plats avec seulement 2 homards. Finalement, dans la section Vins, vous trouverez  3 suggestions de vin pour accompagner les repas où le homard est en vedette. Bonne dégustation!

1 commentaire

Classé dans Accueil, Recettes