Archives de Catégorie: Sorties

Le Cochon Dingue traverse le pont!

Et s’installe à Lévis, plus précisément au Carrefour St-Romuald, un coin en pleine effervescence. Et tout cela, à mon grand bonheur.

Ça fait quelques fois que je vous parle des Restos Plaisirs (Jaja, Paris Grill, Café du monde, service traiteur). J’avoue avoir une belle admiration pour cette entreprise de Québec qui compte maintenant 12 restaurants et de nombreux employés qui ont à coeur de servir et de préparer des plats avec une constance surprenante.

Bref, il y a deux ans environ, j’avais demandé à Pierre Moreau, le PDG des Restos Plaisirs, quand le Groupe ferait le grand saut vers ma rive-sud chérie. « On a ça sur la table à dessin! », m’avait-il répondu.

C’est maintenant chose faite (et consommée!). Ayant nécessité un investissement de plus de 2 millions de dollars, le Cochon Dingue de Lévis est magnifique, avec ses 300 places assises, dont environ 120 sur sa terrasse. Il est également le premier Cochon Dingue qui propose un espace bar, endroit où vous pouvez autant manger qu’uniquement prendre un verre. Respectant le look Cochon Dingue, avec ses accents de bistro parisien, l’endroit est spacieux et bien aménagé.

Et qu’est qu’on y mange?

Le Cochon Dingue, dont le premier a ouvert il y a maintenant 30 ans, nous a habitué à mon menu bistro, incluant quelques valeurs sures comme le steak frites, les pâtes, les salades, le foie de veau, les tartares et les sandwichs sur le pouce.

Parmi ses classiques, on compte un coup de coeur unanime autour de la table : les raviolis au fromage, servis avec crevettes sautées et sauce au homard! Quoique peu photogénique, ce plat pourrait facilement être à la base de mon alimentation.

Belle nouveauté : le Cochon Dingue propose un menu « Pas trop cochon », avec des entrées à moins de 275 calories et des plats principaux à moins de 575 calories. Bien que je ne sois pas du type à compter mes calories, je trouve l’idée intéressante, surtout que les plats qui composent ce menu sont excellents et sans compromis.

À commencer par les entrées, auxquelles je donne cinq étoiles! D’abord le bon hummus de betteraves, servi avec des chips de pitas; puis les superbes brochettes de bavette grillée servies avec sauce aux arachides (que j’ai recommandées sans hésiter quand j’y suis allée pour une deuxième fois).

En plat principal de ce menu, le Cochon cède à la mode des PokeBowl en proposant son option au saumon et quinoa, avec pousses de tournesol, avocat, noix et vinaigrette Wafu. Vous pouvez également opter pour le tofu Général Tao ou la salade de kale, avocat, canneberges et poitrine de poulet, avec vinaigrette bleuets et citron. Jolie, enh?

Je vous recommande fortement de céder pour la tarte fraises et sucre, crème vanillée en dessert. Vous en passez serait un pêché! (Je vous l’ai dit : au diable les calories!)

Prendre également note que les déjeuners sont servis tous les jours jusqu’à 14h – oui vous avez bien lu! Parfait pour ma petite famille qui aime paresser et déjeuner cochon sur l’heure du diner les weekends.

Bref, le Cochon Dingue de Lévis est réellement un gros plus pour l’offre alimentaire tant à la tête des ponts que pour tous les Lévisiens. La correspondante à l’étranger que je suis (comme mes amis blogueurs se plaisent à m’appeler!) se réjouit d’avoir une option de qualité de plus dans sa jolie région.

Un grand merci à Pierre Moreau et son équipe du Cochon Dingue de Lévis pour l’accueil chaleureux. Merci aux filles de Tac Tic Marketing pour l’invitation. Les opinions exprimées reflètent en tout point ma pensée. À noter que comme bien des restaurants de la région, le Cochon Dingue recherche activement du personnel, autant sur le plancher qu’en cuisine, pour combler son équipe de St-Ro. Avis aux intéressés!

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Sorties

Un top 10 pour vous convaincre de séjourner à Saguenay cet été!

En juillet dernier, j’ai été invité à séjourner 3 jours en plein coeur du secteur Chicoutimi, dans le cadre du Festival des vins de Saguenay. Comme j’ai le bonheur d’y retourner cet été et que je suis convaincue que c’est un bel endroit pour y passer un week-end, j’ai fait un top 10 (non exhaustif me direz-vous!) pour vous convaincre d’y séjourner aussi!

1. Le Festival des vins de Saguenay

Vous dire l’immense coup de coeur que j’ai eu pour le Festival des vins de Saguenay! Une rue Racine complètement métamorphosée, sur laquelle se regroupent des vignerons passionnés de leurs produits, qui vous en jaseront avec plaisir.

Plus de 45 000 personnes qui y ont assisté l’an passé. Malgré ce nombre incroyable de visiteurs, on n’a jamais l’impression de manquer d’espace ou de service. Les gens sont de bonne humeur et sympathiques (on est au Saguenay après tout!) et les journées passent sans trop qu’on s’en apercevoir.

Pour plus de détails sur le sujet, consultez mon article sur le Festival! On s’y voit les 13-14-15 juillet prochain?

2. Une virée en zodiac sur le Fjord

La beauté du Fjord, combiné au côté sportif du zodiac, ça donne une ultra belle virée sur le célèbre cours d’eau. Les paysages à couper le souffle ont presque autant impressionnés nos amis vignerons français que le côté aventureux de notre capitaine d’Organisaction qui leur en fait voir de toutes les couleurs! Je vous invite à lire le compte-rendu de mon amie Sylvie pour en connaitre les détails.

3. La formule Choix du chef du Temaki

OMG. Méga coup de coeur pour le Temaki, et précisément pour sa formule Choix du chef! Le concept? On vous apporte des petits plats jusqu’à ce que vous n’ayez plus faim. Vous ne décidez donc de rien, ce qui amène de belles découvertes! (Je pense que la serveuse était étonnée de tout ce que deux petites mesdames comme Sylvie et moi pouvions manger!!). Réputé pour ses sushis et sa carte de vins abordables, le Temaki est une excellente option pour prendre un bain de soleil en plein coeur du Festival des vins de Saguenay.

4. Une bonne bouffe au Bistro D

En arrivant à Saguenay, tout le monde qui savait qu’on aimait bien manger nous conseillait d’aller manger au Bistro D, rue Racine. Un bon menu à l’ardoise, une cuisine du marché servie dans un joli décor, un service sympathique, on y mange très bien! Installez-vous au bar, vous aurez la vue sur la cuisine ouverte!

5. La blanche aux bleuets de la Voie Maltée

Nous n’avons pas eu le temps d’aller prendre un verre à l’une des deux Voie Maltée du Saguenay, mais on a quand même pris la peine de goûter à une spécialité locale, soit la Rabat-joie, une blanche aux bleuets de la brasserie La Voie Maltée. Une parfaite bière de beau temps!

6. Une pizz sur le pouce à La ParrizzA

Pour un lunch rapide mais de qualité, faites un tour du côté de La ParrizzA, une petite pizzéria rue Racine. Avec sa jolie terrasse surélevée – parfaite pour ceux qui n’aiment pas faire sneaker dans leur assiette par les passants! – La ParrizzA offre de bonnes pizzas maison, garnies d’ingrédients frais, à bon prix.

 

7. L’ambiance festive d’un souper à l’Inter

Situé dans l’Hôtel Chicoutimi, l’Inter offre une belle carte des vins et des plats recherchés et savoureux. C’est un bel endroit pour manger entre amis dans une ambiance festive et un décor bien tendance.

8. La boutique Rose bon bon de Place du Royaume et Twist Créations rue Racine

Belle découverte du côté de Place du Royaume (et oui, un incontournable du coin!) : la boutique Rose bon bon.  Le genre d’endroit où tu veux tout acheter dès que tu y mets les pieds! C’est l’art de vivre et d’offrir à son meilleur. Des bougies qui sentent le ciel jusqu’aux tasses, en passant par les housses de lit aux coussins, on y trouve tout ce dont on n’a pas besoin mais qui rend heureux! (Bonne nouvelle, une boutique Rose bon bon ouvrira bientôt aux Galeries de la Capitale!). Arrêtez-vous également à la boutique Twist Créations métiers d’art sur la rue Racine. Bijoux, accessoires mode, créations en céramique, vêtements et autres créations de gens d’ici sont réunies. J’aurais pu y dépenser ma paye au complet! Un solide coup de coeur.

9. La ride de char dans le Parc

Parce que le Parc, pour les non initiés, est pas praticables l’hiver, il faut en profiter en été! Parce qu’un 200 km à rouler dans le bois, ça aide à faire décrocher et à se sentir automatiquement en vacances (même l’instant d’un week-end)!

10. Les gens sympathiques du Saguenay

Et finalement, on va au Saguenay pour les Saguenéens, des gens fort sympathiques et bien accueillants. Comme notre hôte à l’Hôtel du Fjord, gentil comme ça se peut pas! C’est facile de se sentir chez-soi au Saguenay grâce aux gens qui y habitent.

Merci à Sophie Blackburn et le Festival des vins de Saguenay pour la gentille invitation. Les opinions exprimées reflètent 100 % ma pensée.

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Sorties

Le Festival des vins de Saguenay : un must de l’été

Goûter de bons vins, servis directement par les vignerons; faire de belles découvertes vinicoles en bonne compagnie, au beau soleil, en plein centre-ville, entouré de gens sympathiques. Tentant non?

C’est ce que le Festival des vins de Saguenay vous propose du 13 au 15 juillet.

Ce sera la onzième année que ce Festival sympathique et décontracté débarque en plein coeur de Chicoutimi, au plus grand bonheur des 45 000 personnes qui le fréquentent.

En juillet dernier, j’ai eu la chance d’être invité au FVS – à mon plus grand bonheur. J’y ai découvert un festival sans prétention, où le vin est loin d’être snob. Au contraire, tout est mis en place pour favoriser les découvertes, la convivialité et le plaisir de se retrouver pour boire de bons vins accessibles.

Au fond, le Festival est clairement à l’effigie de son porte-parole, Philippe Lapeyrie. Que ce soit dans ses chroniques radio et télé que dans son livre, Philippe fait valoir d’abord et avant tout le plaisir de boire des produits abordables et faciles à trouver. C’est un sommelier accessible, comme l’est le Festival des vins de Saguenay.

De belles rencontres, de superbes découvertes 

Le Festival est également l’occasion de rencontrer les artisans derrière vos produits préférés. Une fois qu’on a discuté avec les producteurs derrière nos fioles préférées, je peux vous confirmer qu’une pensée pour eux nous vient, chaque fois qu’on débouche l’une de leurs bouteilles!

Ce fut le cas pour la maison Parès Balta, où j’ai pu découvrir leur cava rosé Pink. Déjà fan de leurs vins, produits en biodynamie, j’ai toujours une pensée pour M. Joan Cuisine, fort sympathique et s’exprimant dans un français impeccable, quand je bois l’un de leurs mousseux.

J’ai aussi eu l’occasion de rencontrer Géraud Blanc du Domaine Laroche, un endroit qui produit plusieurs de mes valeurs sures en SAQ. Je vous confirme que chaque fois que j’achète un Les 3 Grappes (blanches ou rouges) ou un Chablis ou Chardonnay La Chevalière, j’ai une pensée pour ma ride en zodiac sur le Fjord avec Géraud! (pour plus de détails, cliquez ici!)

Même chose pour Mme Brigitte Jeanjean du vignoble Jeanjean, qui produit le rosé Le Pive, l’un de mes rosés préférés. Une fois qu’on a rencontré cette dame volubile et attachante, on a une pensée pour elle chaque fois que l’on débouche l’une de ses bouteilles.

Le FSV, c’est finalement l’opportunité d’assister gratuitement à des classes de maîtres et des conférences instructives, confortablement assis en plein coeur de la rue Racine.

Je vous recommande donc fortement de planifier un petit roadtrip jusqu’à Saguenay, du 13 au 15 juillet cette année. J’ai d’ailleurs fait un Top 10 pour vous convaincre de visiter Saguenay cet été… Consultez-le!

Merci à Sophie Blackburn et le Festival des vins de Saguenay pour la gentille invitation. Les opinions exprimées reflètent 100 % ma pensée.

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Sorties

Prolonger l’été en redécouvrant Cassis Monna & Filles

À quand remonte votre dernière visite sur l’Île d’Orléans? Chaque été, j’y vais trois fois plutôt qu’une. À moins de 20 minutes de Québec, c’est l’endroit le plus près de chez-moi où je me sens en vacances. Je décroche dès que je traverse le pont de l’Île!

cassis monna

Ma plus récente visite m’a amené à redécouvrir Cassis Monna & Filles, alors que la 5e génération de liquoristes est à compléter des rénovations majeures, question d’amener l’entreprise un cran plus loin. Comblée j’en suis revenue!

Voici pourquoi.

cassis monna et fillesPour l’histoire familiale derrière Cassis Monna & Filles

Impossible de faire abstraction de l’héritage familial de l’entreprise. Bernard Monna (4e génération) est le premier producteur de vins et crème de cassis au Québec. Cultivant ce fruit bourré d’antioxydants, aussi appelé la gadelle, il a su transmettre son expertise à ses filles, impliquées dans la business familiale depuis les débuts, au temps où tout se passait dans les champs et dans un kiosque bien modeste de vente.

Anne Monna

C’est maintenant Catherine et Anne qui assurent la relève dynamique, créative et dotée de bien de la vision. Voir et entendre Anne Monna parler avec passion de son commerce nous fait immédiatement (re)tomber sous le charme de l’endroit.

Pour la magie des lieux

Quand Anne et Catherine Monna ont décidé de réinventer leurs infrastructures, c’était pour révéler le plein potentiel de leurs terres et de leur héritage familial. Et croyez-moi, les changements sont majeurs et 100% réussis.

Après des visites dans plusieurs vignobles californiens, les soeurs ont une idée bien précise du look and feel qu’elles veulent donner aux lieux. Le bois et le béton contrastent à merveille avec les couleurs vives des espaces fleuris et le paysage.

L’ancienne petite terrasse s’est transformée en lounge/salle de jeux familiale, où table de babyfoot voisine divans et jouets pour enfants. « On voulait que les gens se sentent comme chez-soi, comme si on les invitait chez-nous », affirme Anne, fierté dans les yeux.

lounge cassis monna et filles

Une terrasse d’une trentaine de places offre une belle vue sur le fleuve. Et si le soleil laisse place à la pluie, comme le soir où nous y étions, aucun problème! Les chauffe-terrasses s’allument et les toiles imperméables se déploient.

L’étage inférieur dévoile une cave à vin et une boutique, bien plus grandes qu’avant les rénovations. C’est invitant et tellement convivial!

produits Monna et fillesEn nous faisant faire le tour du propriétaire, Anne Monna nous parle des autres rénos à venir. Car le travail ne s’arrêtera pas là. Les deux soeurs ont pleins de projets. Elles n’ont pas finies de réinventer l’entreprise et leurs installations!

terrasse Monna et filles

Pour la bouffe (évidemment!)

Un repas au coin gourmand La Monnaguette est un must quand on est sur l’Île! La force du menu? Arriver à mettre en vedette, dans tous les plats et cocktails, les produits du Cassis Monna & Filles.

Commencez d’abord par un gin tonic avec crème de cassis ou une sangria avec le vin fruité de la maison. Ou faites comme moi et optez pour la slush au cassis rehaussé d’un peu de rhum Malibu. Impression de vacances fort réussie!slush cassis et rhum malibu

Puis, commandez une entrée de Paillaison des Fromages de l’Isle d’Orléans, avec gelée de vin de cassis et marmelade cassis, poire et pommes.paillaison de l'île et gelée de cassis

Et surtout, ne passez pas à côté de l’entrée de poulet pop corn, avec miel baratté au cassis de la Miellée de Morphée. WOW! C’est d’ailleurs une option offerte dans le menu pour enfants. J’imagine déjà les miens en recommander une deuxième portion chacun.

poulet pop corn et miel au cassis

En plats principaux, nous avons beaucoup hésité – comme tout nous tentait!

Nos choix se sont portés sur le sandwich au poulet et tapenade d’olive, cassis et canneberges, servi avec frites et salade (vinaigrette au cassis!) – une portion si copieuse que j’ai ramené la moitié de mon sandwich à la maison! – et la poutine au confit de canard avec sauce au vin de cassis le Capiteux – si vous réussissez à manger toute cette portion, vous serez mon héros!

Un arrêt chez Monna & Filles ne serait pas complet sans faire un tour du côté de la crèmerie. Outre les 18 saveurs de gelato, je vous recommande la crème glacée molle artisanale vanille et cassis. Gros coup de coeur!

sirop cassis Monna et eau pétillantePour faire le plein de produits

Finalement, on va chez Monna pour dévaliser la boutique et faire le plein de produits! Maintes fois médaillée, la crème de cassis est un incontournable. Elle sera parfaite dans vos kirs ou autres cocktails, et même à boire sur glace en apéro ou digestif.crème de cassis Monna

Mes autres must sont : le vin Fruité, la base d’une excellente sangria; la marmelade poire, pommes et cassis; la confiture framboises et cassis, le sirop de cassis (super dans les drinks, smothies, crêpes!) et le miel!

 

Prolongez donc l’été un peu, en allant du côté de l’Île. Ensuite, faites comme moi : aromatisez votre eau pétillante avec de la menthe et du sirop de cassis, en vous rappelant qu’un petit coin de paradis se trouve pas très loin de chez-vous.

eau pétillante et sirop de cassis

Pour lire d’autres comptes-rendus de visite, consultez les blogues de Sylvie Isabelle ou Tranche de pain!

Merci à Anne Monna et toute l’équipe de Cassis Monna & Filles pour l’invitation à visiter vos nouvelles installations. C’était tout simplement magnifique. L’étincelle dans les yeux d’Anne (et surement dans ceux de Catherine aussi!) y sont pour beaucoup.

2 Commentaires

Classé dans Accueil, Découvertes, Sorties

Séjourner au Camping de la Rivière Nicolet et s’amuser aux Vélorails de Beaulac-Garthby

Il y a de ces fins de semaine qui font décrocher et se sentir en vacances. C’est le sentiment qu’on a eu, ma petite famille et moi, lors d’un week-end de juin, grâce à une charmante invitation, combinant un séjour au Camping de la Rivière Nicolet et une balade en vélorail à Beaulac-Garthby.

Petit chalet, grande quiétude

Direction Wotton en Estrie pour découvrir le Camping de la Rivière Nicolet, un endroit familial, dont le territoire immense nous permet de se connecter rapidement avec la nature, et où les campeurs, à bonne distance entre eux, trouvent la quiétude qu’ils recherchent (j’ai vu trop de campings déboisés, où chaque spot est collé l’un sur l’autre – ce n’est pas le cas à cet endroit!).

le fanal

 

L’endroit compte 17 emplacements de camping et 10 chalets, de format différent. Notre refuge pour deux nuits était le Fanal, un petit chalet comprenant deux lits doubles, une table, un poêle électrique à deux ronds, un frigo, une salle d’eau et le nécessaire pour cuisiner. Un tout inclus quoi!

camping rivière nicolet 10

Je dois avouer que j’adore l’esprit du camping, son contact avec la nature, sa simplicité, sa capacité à nous faire décrocher. Mais je n’ai pas de roulotte, et en vieillissant, je ne suis plus du type tente. Bref, je ne jure que par les campings qui offrent la location de chalets. Et celui de la Rivière Nicolet répondait à mes attentes.

camping rivière nicolet 2

camping rivière nicolet 3

Mes enfants et moi sommes aussi tombés en amour avec la rivière, qu’on a pu descendre en chambre à air, jusqu’à la petite plage naturelle où on s’est prélassé toute la journée. On a ri, on a attrapé des menés… et j’avoue que le bière en canette les pieds dans l’eau était 100 fois meilleure que d’habitude.

camping rivière nicolet plage naturelle

camping rivière nicolet chalet

Offerts à bon prix, les emplacements de camping et les chalets sont disposés de façon à ce que tout soit facilement accessibles. Prendre son café sur le bord de la petite rivière, être proche du petit parc de jeux avec le mur d’escalade, être tout près de la plage, en masse de terrain pour voir les enfants courir et jouer, alors que je peux boire un verre de vin en faisant mes mots croisés : c’était ça que ça nous prenait pour décrocher au max!

IMG_7089

« Qu’est-ce qu’on mange? »

Si les pâtes et les salades font habituellement fureur quand on campe, on a troqué nos repas traditionnels de camping pour goûter à la pizza du restaurant Le P’tit bonheur de Ste-Camille, non loin de Wotton. La pizza ne fait pas partie des plats que je cuisine en camping, mais nous n’allions pas passer à côté de l’opportunité de manger « local »! ; ) Sinon, dans mes incontournables de camping, le traditionnel déjeuner oeuf bacon s’est transformé en petit sandwich bien simple, encore à déguster devant la rivière.

Prenez le temps de piquer une jasette avec la petite famille propriétaire de l’endroit! Très sympathiques, ils vous feront découvrir leur site et vous donneront quelques idées sur les activités à faire tant dans la région.

Direction Beaulac-Garthby pour découvrir le Vélorail!

Dimanche matin, nous avons repris la route direction Beaulac-Gartby, une municipalité bordée du Lac Aylmer, située au sud de Chaudière-Appalaches (disons plus près de l’Estrie que de Lévis!). C’est là que l’on retrouve une activité unique, les Vélorails de Beaulac-Garthby!

Un vélorail? C’est une plate-forme sur laquelle sont attachées deux vélos, qui circule sur une ancienne voie ferrée et qui se déplace grâce à la force musculaire des voyageurs. Conçu pour accueillir deux adultes et un ou deux enfants, le Vélorail permet de faire une sympathique promenade à la campagne, avec des points de vue bucoliques.

vélorails 2

Chaque pédaleur enfourche donc son vélo et pédale fort pour faire avancer la nacelle. Quant aux enfants, qui ne peuvent pédaler, ils s’assoient au centre sur un siège et profitent du paysage.

Mais petit bémol pour notre famille : vous savez que je voyage généralement seule avec mes deux enfants….! Ce que je n’avais pas mentionné lors de l’invitation. Petit problème! 🙂 Car deux grandes personnes sont absolument requises pour faire avancer le tout.

Du haut de ses 9 ans, Grande fille a donc pris la place d’une grande personne et pédalé, sous un soleil de plomb, aux côtés de sa mère, pendant que Fiston, lui, se la coulait douce!

vélorails de beaulac-garthby

L’activité est sympathique et nous fait découvrir un lieu de façon inusité et paisible. Pas besoin d’être un cycliste pour y participer, mais l’activité demeure sportive. Les trajets sont de 10 ou 20 km, et coûtent entre 25 et 35 $ pour une famille de 4 : une activité fort abordable pour amuser toute la famille.

garthby-beaulac

Pour éviter d’y aller un jour de canicule comme moi, je recommande une ballade en septembre, alors que le temps sera un peu plus frais et que le paysage à couper le souffle.

Un beau road trip en toute simplicité qui nous a fait décrocher et visiter une attraction inusité. À refaire!

Merci au Camping de la Rivière Nicolet pour l’accueil et l’agréable séjour. Et merci à Marie-Josée Binette, employée des Vélorails – un OSBL, pour l’organisation du séjour et la charmante invitation. Les opinions émises reflètent ma pensée.

1 commentaire

Classé dans Accueil, Découvertes, Sorties

Hâtez-vous de découvrir La Barge!

J’ai trouvé LE spot pour bien manger pas cher et prendre un verre à Québec. Le seul hic? Vous devez faire vite pour en profiter! D’ici le 13 juillet précisément!

Vue Bassin Louise

Dans le cadre de la Transat Québec St-Malo, un bar flottant a été aménagé à même une barge au coeur du Bassin Louise. C’est sur La Barge que vous pouvez déguster poissons et grillades, boire une bonne bière ou un verre de bulles, tout en admirant les voiliers et le coucher du soleil, au rythme de l’eau.

Belle ambiance, bon prix

C’est avec les enfants que je suis allée découvrir le menu de La Barge, un soir où des orages étaient annoncés. Le ciel gris et le temps menaçant a forcé la fermeture de la terrasse, normalement bondée. La vue est magnifique. Je ne fais pas de voile, mais pour quelques instants, je me suis imaginée en être passionnée!

Ciel menaçant et voiliers

Le menu, élaboré par le traiteur La Mangue Verte, est axé sur des petits plats rapides, qui se cuisinent bien en espace restreint, à même la barge. La cuisine est dotée d’un barbecue et d’une friteuse, les deux éléments de cuisson privilégiés. On y sert tant des grillades que des tartares et tatakis, en passant par les huîtres et les frites. On a cherché à marier les saveurs d’ici et celles de St-Malo.

menu La Barge

À table!

Les enfants optent pour le demi fish’n’chips (8$ chaque), servi avec frites, aïoli et salade de roquette. Miam. Ce fish’n’chips est un must. Il est à la fois léger et bien croustillant, pas trop gras ni trop lourd. J’avoue ne pas mettre laisser prier pour terminer l’assiette de Fiston…!

Fish'n'chips La Barge - un must

Ils ont hésité à opter pour le hot-dog breton, fait d’une saucisse enroulée dans une crêpe avec gruyère. On s’est promis d’y retourner pour l’essayer.

Quant à moi, j’ai eu la chance de goûter à plusieurs éléments du menu. D’abord la jolie poutine au homard, avec le gravy au vin blanc et le fromage gouda : dépaysement assuré pour les voyageurs d’outre-mer!

Poutine au homard

Le plat tapas Bloody Caesar respecte bien le principe du tapas : un drink et un peu de nourriture servie sur un croûton de pain. On y combine un verre de Bloody Caesar fait de clamato maison, à un croûton garni d’un oeuf cuit mariné au xérès, d’une crevette, de jambon cru et de guacamole. Une agréable surprise!

Bloody Caesar La Barge

Le tataki de boeuf est quant à lui très savoureux. Sa sauce terriyaki et sa mayo chipotle se marient très bien avec la tendreté de la viande, saisie à point et servie froide. À goûter.

Menu La Barge

Et finalement, je ne pourrais passer sous silence la pieuvre grillée, un must de l’endroit. Le danger avec la pieuvre? Qu’elle soit caoutchouteuse. Croyez-moi, La Barge la réussit à merveille. Et aux dires du staff, c’est l’un des plats vedettes du menu.

Pieuvre grillée, Fish'n'chips et Clamato maison

Jusqu’au 13 juillet

Hâtez-vous de découvrir l’endroit, car dans quelques jours, il sera trop tard. Et pourquoi ne pas garder l’endroit ouvert à l’été? La question se pose! Il semble que ce soit une question de permis, difficile à obtenir. Je parie que ce serait le spot incontesté de la saison estivale à Québec.

Merci à l’équipe de la Transat Québec St-Malo pour l’invitation, l’accueil chaleureux et l’excellent service. L’expérience a énormément plu à mes enfants et moi!

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Découvertes, Sorties

Poissons, fruits de mer et bon vin au Versa

En janvier, j’ai redécouvert le Versa restaurant, rue du Parvis dans Québec.

Je dis redécouvert, car j’avais un historique avec ce restaurant, un des pionniers dans la revitalisation du quartier St-Roch. Lors de son ouverture il y a plus de 10 ans, je débutais ma carrière dans une agence de comm, engagée pour créer l’identité visuelle du resto. Et si on allait luncher quelque part dans le coin, notre choix se portait assurément vers le Versa.

versa 1

Depuis, le restaurant s’est réinventé, tout en gardant son look & feel de ses débuts et ses soirées « 4 à huîtres » qui l’ont fait connaître. Le chef Benoit Poliquin a choisi d’orienter son menu sur les poissons et fruits de mer, d’y aller tout en fraîcheur et en qualité. Des combinaisons de peu ingrédients clés et pleins de saveurs composent son menu.

versa 2

Le Versa s’est démarqué à mes yeux principalement grâce à son Bar à cru, une sélection d’entrées qui, moyennant un supplément (3 $ pour des frites, 5 $ pour de la salade) peuvent être commandées en plat principal. Des entrées froides et crues, vous l’aurez deviné. Et d’excellentes à part ça!

IMG_3071

Mes préférées : le gravlax de truite marinée, servi avec caviar, purée de panais au yogourt – la purée la plus lisse de l’univers – et chips de pain au sésame, ainsi que le sashimi de bar sauvage, avec vinaigrette au homard et lime et suprêmes de pamplemousse. Dans les entrées, il ne faudrait surtout pas sous-estimé la salade de concombre libanais, pickle d’oignon, fêta et menthe. Des ingrédients winner, simplement bien agencés.

Des poissons… de la viande aussi!
En plats principaux, on explore d’autres saveurs quand le chef nous propose le boudin avec un carbonara de navet – le légume ayant finement été coupé, combiné à des lardons et du parmesan. Un beau et bon plat consistant, aux goûts bien distinctifs. Le bol de pâtes aux fruits de mer est fait pour combler les amateurs de pasta, alors que les moules, crevettes et palourdes en coquilles abondent.

Mon coup de coeur revient à la plus que belle assiette de pétoncles poêlés au beurre mousseux, avec sauté de panais, proscuitto et poire asiatique, sauce crème et moutarde. Un gros WOW.

pétoncles versa

Une table d’hôte à prix honnête 

Si le prix des plats principaux varient entre 20 $ et 40 $, la table d’hôte peut sembler un choix très avantageux pour votre prochaine visite au Versa, alors qu’on peut savourer une entrée-plat principal-dessert pour moins de 40 $.

Autre belle surprise : la carte des vins. Consultez le billet de mon amie Sylvie Isabelle qui en parle davantage. De belles surprises nous ont attendues.

Le chef nous expliquait garder de la viande au menu, sachant qu’un restaurant servant uniquement poissons et fruits de mer à Québec n’arriverait peut-être pas à rallier assez d’adeptes. Si les plats de viande sont excellents, j’ai été agréablement surprise de la qualité et de la finesse des assiettes végétariennes et de poissons/crustacés. Nul doute que c’est ce qui me fera y retourner! Faites comme moi, et osez redécouvrir le Versa.Et amateurs de crabes, réservez vite pour la soirée Crabe Fest all you can eat du 20 avril!

Un grand merci à l’équipe du Versa pour l’accueil chaleureux! Les opinions exprimées reflètent entièrement ma pensée.

 

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Sorties

La #PoutineWeek pour débuter février en force

Du 1er au 7 février, la troisième édition de la #PoutineWeek battra son plein dans plus de 60 restaurants de Québec. Un concept simple : chaque restaurant célèbre ce plat national en le réinventant, tout cela à un prix unique de 10 $. Une excellente raison de faire une entorse à nos bonnes résolutions..!

Si vous me suivez sur Instagram, vous aurez vu que j’ai déjà goûté à une douzaine des poutines à l’avance. Lucky me, j’étais parmi les chanceux qui avaient été invités à jouer les cobayes lors d’un rallye éclair de deux soirs. Voici quelques photos pour vous donner faim! Je vous livre également mon top 3 et celles que je risque d’aller manger dès lundi prochain.

Mes préférées :

  • Café du Temps perdu : poutine composée de frites maison, fromage en grains de la Fromagerie Victoria, délicieux morceaux de merguez, sauce cajun, oignons rôtis. Simple et vraiment efficace, comme on les aime!
  • Le fin gourmet : poutine composée de frites maison, fromage en grains de chèvre de l’Ile d’Orléans (miam!), d’oignons caramélisés, sauce aux lardons et aux deux poivres (des Dunes et rose). Petite mais complètement savoureuse.
  • Griendel : poutine galvaude inversée et complètement réinventée. Boule farcie de fromages en grains, pommes de terre, sauce poulet et petits pois, le tout frit et recouvert d’encore plus de frites, sauce, poulet et petits pois. Complètement bon, portion immense pour 10 $.

Celles que j’essayerai :

  • La Boîte à Malt : entre autres parce que ce n’est pas trop loin de chez moi… mais surtout pour les oignons enroulés de bacon et frits!
  • Versa : parce qu’elle est faite de gnocchis, d’osso bucco de veau et de mozzarella fraîche.
  • Bello Ristorante : parce qu’elle inclut une fondue style parmesan au 1608. Miam!

Régalez-vous!

Merci à la gang de RestoQuébec qui pilote l’organisation de l’Édition Québec de la Poutine Week de m’y avoir invité. 

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Sorties

Un pari réussi pour La Bûche

Ouvrir une cabane à sucre en plein coeur du Vieux-Québec, je me demande pourquoi personne n’y avait pensé. C’est l’endroit par excellence pour attirer les touristes sans même les faire sortir de la ville. Mais ouvrir une cabane à sucre réinventée qui ne fait pas « attrape-touristes » et qui réussit à attirer les locaux en plein coeur du Vieux-Québec? Ça, c’était un défi de taille. Et La Bûche y est parvenue.

La bûche rue St-Louis

Après le Savini et le Bello, Yannick Parent s’est donné comme pari de réinventer nos traditions, sans toutefois les dénaturer. Dans un décor rustique à l’ambiance hyper chaleureuse, La Bûche rue St-Louis allie autant tradition que modernité, alors que la musique d’un violoneux côtoie les mojitos au sirop d’érable. Si ça semble inusité (je sais, j’étais sceptique aussi au début), croyez-moi, ils arrivent à faire rimer le tout à merveille.

À table!

Divisé en deux, le restaurant est meublé d’un côté de tables individuelles, et l’autre de tables en bois massif qui rappellent les grandes tablées des cabanes à sucre. Peau de vache sur les bancs de bar, doudous sur certaines banquettes; on sent que l’équipe n’a pas lésiné sur les détails point de vue déco. Jusqu’aux salles de toilette qui valent le détour!

Au menu

S’il est possible de commander des plats pour vous seul, je vous conseille fortement d’aller à La Bûche en gang, afin de maximiser l’expérience et de passer une commande à partager. Lors de notre passage, c’est ce qui nous attendait. Accompagnés de bons vins canadiens (j’aime l’audace d’une carte des vins entièrement canadiens – bravo!), les plats se sont succédés, tous meilleurs que les autres.

À commencer par leurs tartares. Du tartare dans une cabane à sucre? Si on choisit de la réinventer, pourquoi pas. Vous le savez, je me vante de faire les meilleurs tartares de saumon et de boeuf au monde. Et j’en commande rarement au resto, de peur d’être déçue. Si leur tartare de cerf est excellent, celui au saumon vaut la peine d’être commandé en assiette. Légèrement sucré au sirop d’érable, il était bien relevé, juste assez.

Puis, les oreilles de christ ont suivi. Pas celles des cabanes où on risque littéralement d’y laisser une dent en y croquant! Non! Elles sont fluffy, croustillantes, pas trop grasses – étonnamment!

oreilles de christ la bûche

Se sont ensuite succédés marinades, pains maison, et saumon fumé, accompagné de crème fraiche et oeuf cuit dur fumé (malade!). Ont suivi les ailes de lapin et les pâtés à la viande frits servis avec salade de chou et ketchup aux fruits – j’ai adoré! Pour couronner les entrées – ben oui, on n’était pas rendu aux plats principaux! – on a goûté à la soupe aux pois. Que serait un repas des sucres sans soupe aux pois? Celle de La Bûche est davantage une crème de pois, avec lardons et pois chiches frits. Bien équilibrée, bien bourrante!

Comme plats de résistance, on a eu droit à quelques merveilles, comme la poutine à l’érable et au bacon (two thumbs up pour la sauce!), la tourtière, les fèves au lard (que serait-ce une cabane sans fèves au lard!) et le ragoût de pattes de cochon (fait avec de l’osso buco, rien de moins!). Gros coup de coeur pour l’immense pièce de jambon à la bière, un de leurs mielleurs vendeurs. Oui, l’assiette est à 28 $… Mais la portion! Nous l’avons dévoré à 7, alors que c’est l’assiette individuelle qu’on nous a servie, pour vous dire!

IMG_1045

Finale sucrée

Et comme si on avait encore faim rendu là, on nous a achevé avec le meilleur pouding chômeur que j’ai mangé de ma vie. Il a fait l’unanimité à la table! C’est un incontournable si vous y mangez – gardez-vous de la place! En guise de conclusion au repas, comme dans toutes bonnes cabanes, on propose la tire sur neige, à même le restaurant – dans un bar à neige ouvert à l’année.

Un vraiment, vraiment, VRAIMENT bon pouding chômeur! #labuche

A post shared by Sylvie Isabelle (@sylvie_isabelle) on

Si vous n’entendez que des bons mots comme les miens sur La Bûche de la part des autres blogueurs (Sylvie Isabelle, Tranche de pain, Entre deux bouchées), sachez que c’est mérité. De un pour l’originalité du concept – mettre à la page de la bouffe de grand-mère sans tomber dans la cuisine-trop-fusion, mais aussi pour l’accueil chaleureux, mais surtout pour les plats, riches en saveurs et en qualité (menu). Pour l’expérience en général aussi – moi, chanter une toune des BB en mangeant des pâtés à la viande frits, je trouve ça cool, je l’avoue!

Je vous recommande spécialement de visiter La Bûche en gang, en famille ou entre amis, ou encore pour un party de bureau! Peut-être pas l’endroit pour un souper romantique… quoi que pour une première date, l’ambiance peut aider à combler les silences! ; )

Je garde aussi l’endroit en tête pour un éventuel brunch – l’omelette de la grand-mère ou la cassolette du bûcheron doivent être copieuses à souhait! (Psst : ils ont même un spécial All you can drink sur le Mimosa entre 10h et 11h!). Ah et si vous êtes un vrai barbu, vous mangez gratuitement ces jours-ci! Garochez-vous!

Merci à La Bûche, spécialement à Yannick Parent, pour l’accueil chaleureux et le festin. Merci aussi à Sylvie et Josée pour l’invitation. Même si j’ai été invitée, les propos de ce billet reflète de toute part mon opinion.

2 Commentaires

Classé dans Accueil, Découvertes, Sorties

Virée à Magog pour célébrer la Fête des vendanges

Mon été 2015 aura été celui des découvertes vinicoles québécoises. De l’Île d’Orléans à la Mauricie, en passant par le Centre du Québec et les Cantons-de-l’Est, on produit d’excellents vins à prix compétitifs dont il faut être fier! C’est pour en découvrir davantage que j’étais de passage dans ma région natale, l’Estrie, le weekend dernier, à la Fête des vendanges, qui se poursuit les samedi 12 et dimanche 13 septembre prochain… Si jamais vous n’avez pas de plan pour les prochains jours!

IMG_0049

Sur le site paradisiaque du parc Perry de Magog, avec une vue extraordinaire sur le lac Memphrémagog, c’est plus de 45 000 personnes qui ont découvert pleins de produits ici les 5-6-7 septembre. La liste des artisans est longue, bourrée de producteurs et de viticulteurs d’un peu partout, près à vous parler de leur fierté.

IMG_0207

Bouffe et vins

Outre les dégustations de vins, mousseux, cidres, rilettes, foie gras, charcuteries, fromages, vinaigres dans la tente principale, des démonstrations culinaires sont données par des chefs bien connus. Les Pasquale Vari, Jonathan Garnier et Patrice Demers sont parmi ceux qui ont transmis leur savoir. Accessibles et talentueux, ces chefs savent mettre de l’avant des produits et des vins disponibles sur place.

IMG_0217

Parmi mes découvertes, je note entre autres le mousseux brut de l’Orpailleur et le Saint-Pépin du Vignoble Coteau Rougemont. Plus tard, je suis tombée dans le cidre comme Obélix dans la marmite (mais avec modération of course). Mon coup de coeur de tous le temps demeure le Cidre de feu d’Union libre – je pourrais en boire matin, midi, soir!

IMG_0204

Finalement, du côté de la Face cachée de la pomme, j’y ai découvert leur nouveau Gin de Neige, élaboré à partir de grains 100% canadiens et d’aromates québécois, dans lequel ils ont ajouté de l’eau de pomme récupérée de la fabrication du cidre de glace… Wow. Détaillé en SAQ à 30,50 $, n’hésitez pas! La Face cachée de la pomme n’a d’ailleurs pas fini d’innover et surprendra sous peu les consommateurs avec un autre beau produit.

Deux Harnois pour le prix d’une!

Impossible de vous cacher mon appréhension de rencontrer la sommelière grâce à qui j’ai de moins en moins besoin d’épeler mon nom de famille. Porte-parole de l’événement, la sympathique et drôle Jessica Harnois animait des dégustations Vegas, un concept alliant dégustation à l’aveugle et gambling, un jeu à la fois éducatif et de party.

IMG_0206J’ai trouvé cette super vulgarisatrice du vin tout simplement pétillante et charmante (ça doit être de famille enh…!). Nous ignorons si nous avons des liens de parenté… mais force est d’admettre que son père a clairement des traits similaires au mien. Un peu surréel!

IMG_0095

Je vous suggère fortement une virée dans ce joli coin de pays les 12 et 13 septembre prochain. Faites comme moi et profitez-en pour vous approvisionner en produits du terroir délectables et abordables. Vous trouverez toutes l’information sur le fetedesvendanges.com.

Tant qu’à être dans le coin…

Comme on avait déjà les pieds en Estrie, on est revenu tranquillement vers Québec en s’arrêtant dans pleins de jolis endroits des Cantons-de-l’Est.IMG_0105

Un arrêt à Orford, North Hatley et à la Fromagerie La Station de Compton m’ont encore une fois fait prendre conscience qu’il me reste tant d’endroits à découvrir au Québec, des lieux magnifiques et insoupçonnés à voir.

Consommez-vous des vins ou spiritueux québécois? Lesquels? Je veux connaître vos coups de coeur!

Merci de l’invitation média à la Fête des vendanges.

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Découvertes, Sorties