Faire ses pâtes (la soirée où j’ai douté de moi… mais réussi!)

Vous serez pu surpris d’apprendre que j’aime les émissions de cuisine. Dernièrement, à Masterchef Australie, les concurrents devaient faire des pâtes. Le lendemain, mon amie Sylvie me parlait de son menu du jour de l’An, où elle allait préparer des raviolis maison. Il n’en fallait pas plus pour me convaincre que je devais aussi essayer.

Avec l’achat récent de mon batteur sur socle, il devenait encore plus facile de faire ma pâte : moins de pétrissage à la main, on s’en plaint pas. L’un des avantages du Kitchen Aid, c’est de pouvoir ajouter des accessoires à l’appareil, tel celui pour aplatir la pâte et produire des fettuccine et spaghetti. Et qui est la chanceuse qui a eu cet appareil à Noël? Je vous laisse 2 chances.

moi pétrissage

pétrissage

Il me fallait une recette de pâte : je me suis fiée à mon beau Ricardo. Il me fallait un cobaye : j’ai désigné mon amie Marie-Pier, souvent goûteuse de mes tentatives culinaires. Une idée du résultat? Disons que pour la première fois, mon amie a osé douter de moi (et avec un tantinet raison).

Pâte avant/après

Tsé Marie, du riz, ça serait bon aussi au pire...

Après l’étape du batteur, je dois avouer que la pâte n’avait pas fière allure. Mi-collante, mi-effritée. Vint l’étape de l’aplatissage, où tout portait à croire qu’on mangerait des céréales pour souper. Grâce aux conseils par textos de Sylvie (merci encore!), j’ai compris que je tentais d’aplatir trop vite la pâte. Qu’on le fasse à la manivelle avec les machines à pâte traditionnelles ou grâce à l’appareil Kitchen Aid, il importe de passer et repasser la pâte quelques fois dans l’ouverture la plus large, soit celle qui aplatit le moins. Ainsi, la pâte s’amincit sans être brusquée, et donc, sans se déchiqueter comme c’était le cas avec ma pâte aux débuts.

production

Il aurait fallu nous voir, devenir hystériques (rien de moins) à la vue de nos premiers fettuccine! Même les enfants n’en revenaient pas de constater qu’on pouvait produire, à l’aide d’oeufs, de farine et d’un peu d’huile, des pâtes plus belles que celles en boîte!

on a réussi!

Avec l’aide de ma grande fille (future chef), on a produit une bonne quantité de pâtes. N’ayant pas de séchoir à pâtes traditionnel, j’ai opté pour l’option cintres et luminaire. En gros, on a suspendu nos fettuccine à des cintres (préalablement lavés), accrochés à mon luminaire de cuisine. Méthode rustique, comme on aime.

MP et Max

grande fille qui a réussi

séchoir à pâtes

Bref, rarement mes résolutions se seront concrétisées aussi rapidement! Faire des pâtes : check! Je les ai apprêtées avec poulet, lardons, poireaux, ail, brocolis, champignons, vin blanc et crème. Pour connaitre la recette, cliquez ici! Et surtout, n’ayez pas peur d’essayer! La fierté de réussir mes propres pâtes, vraiment délicieuses btw, est bien plus grande que le « trouble » que ça peut exiger!

pâtes poulet, lardons, crème

Publicités

8 Commentaires

Classé dans Accueil, Découvertes, Recettes

8 réponses à “Faire ses pâtes (la soirée où j’ai douté de moi… mais réussi!)

  1. Lucie Brunette Comeau

    Quelle admiration j’ai pour toi Marie-Hélène! faire des pâtes… c’est

    mon rêve..

  2. Mais outre la fierté de l’accomplissement, c’est quoi la différence de goût entre des pâtes fraîches faites maison et des pâtes Catelli industrielles?

    J’en ai jamais mangé des pâtes fraîches faites maison, c’est une question bien légitime 🙂

    • Les pâtes fraîches êtes pâtes style Catelli ne se comparent pas au goût ni à la texture en bouche. Par exemple, les fettuccine maison prennent 1 minute à cuire par exemple… De plus, elles ne contiennent que 3 ingrédients. C’est frais et bon et même moins farineux que les pâtes fraîches du commerce.

  3. j’utilise toujours la même démarche pour faire des pâtes maison.

    90g de farine par oeuf, un peu d’huile d’olive et de sel. En réalité ça devrait être 100g, mais j’ai toujours trouvé que c’était trop et qu’il en restait dans le fond du bol. L’étape du pétrissage est vraiment importante, il faut que la couleur de la pâte soit uniforme. Ensuite au frigo pendant 30 minutes.

    Pour amincir la pâte : 4 fois dans la plus grande ouverture (en repliant la pâte sur elle même saupoudré de farine), ensuite 2 fois à chaque niveau jusqu’à temps que tu arrives à l’épaisseur désirée (souvent vers le niveau 2 ou 3). Aussi quand la pâte devient trop longue, je la coupes en deux pour que ça soit plus facile à travailler.

    • Excellent complément d’info! Merci! Pour ma part, ma machine va jusqu’à épaisseur 8, mais j’ai arrêté à 6. Et bon truc de couper la pâte trop longue en 2 en cours de processus! On les a laissées longues… C’était plus impressionnant pour les enfants! 😉

  4. C’est une belle réussite! Peu de gens ont l’initiative de faire leur propres pâtes. Pourtant cela fait toute la différence dans l’assiette! 🙂

    L’équipe Mycryo

  5. Pingback: Ai-je tenu mes résolutions 2013? | Harnois à la carte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s