Le Cochon Dingue traverse le pont!

Et s’installe à Lévis, plus précisément au Carrefour St-Romuald, un coin en pleine effervescence. Et tout cela, à mon grand bonheur.

Ça fait quelques fois que je vous parle des Restos Plaisirs (Jaja, Paris Grill, Café du monde, service traiteur). J’avoue avoir une belle admiration pour cette entreprise de Québec qui compte maintenant 12 restaurants et de nombreux employés qui ont à coeur de servir et de préparer des plats avec une constance surprenante.

Bref, il y a deux ans environ, j’avais demandé à Pierre Moreau, le PDG des Restos Plaisirs, quand le Groupe ferait le grand saut vers ma rive-sud chérie. « On a ça sur la table à dessin! », m’avait-il répondu.

C’est maintenant chose faite (et consommée!). Ayant nécessité un investissement de plus de 2 millions de dollars, le Cochon Dingue de Lévis est magnifique, avec ses 300 places assises, dont environ 120 sur sa terrasse. Il est également le premier Cochon Dingue qui propose un espace bar, endroit où vous pouvez autant manger qu’uniquement prendre un verre. Respectant le look Cochon Dingue, avec ses accents de bistro parisien, l’endroit est spacieux et bien aménagé.

Et qu’est qu’on y mange?

Le Cochon Dingue, dont le premier a ouvert il y a maintenant 30 ans, nous a habitué à mon menu bistro, incluant quelques valeurs sures comme le steak frites, les pâtes, les salades, le foie de veau, les tartares et les sandwichs sur le pouce.

Parmi ses classiques, on compte un coup de coeur unanime autour de la table : les raviolis au fromage, servis avec crevettes sautées et sauce au homard! Quoique peu photogénique, ce plat pourrait facilement être à la base de mon alimentation.

Belle nouveauté : le Cochon Dingue propose un menu « Pas trop cochon », avec des entrées à moins de 275 calories et des plats principaux à moins de 575 calories. Bien que je ne sois pas du type à compter mes calories, je trouve l’idée intéressante, surtout que les plats qui composent ce menu sont excellents et sans compromis.

À commencer par les entrées, auxquelles je donne cinq étoiles! D’abord le bon hummus de betteraves, servi avec des chips de pitas; puis les superbes brochettes de bavette grillée servies avec sauce aux arachides (que j’ai recommandées sans hésiter quand j’y suis allée pour une deuxième fois).

En plat principal de ce menu, le Cochon cède à la mode des PokeBowl en proposant son option au saumon et quinoa, avec pousses de tournesol, avocat, noix et vinaigrette Wafu. Vous pouvez également opter pour le tofu Général Tao ou la salade de kale, avocat, canneberges et poitrine de poulet, avec vinaigrette bleuets et citron. Jolie, enh?

Je vous recommande fortement de céder pour la tarte fraises et sucre, crème vanillée en dessert. Vous en passez serait un pêché! (Je vous l’ai dit : au diable les calories!)

Prendre également note que les déjeuners sont servis tous les jours jusqu’à 14h – oui vous avez bien lu! Parfait pour ma petite famille qui aime paresser et déjeuner cochon sur l’heure du diner les weekends.

Bref, le Cochon Dingue de Lévis est réellement un gros plus pour l’offre alimentaire tant à la tête des ponts que pour tous les Lévisiens. La correspondante à l’étranger que je suis (comme mes amis blogueurs se plaisent à m’appeler!) se réjouit d’avoir une option de qualité de plus dans sa jolie région.

Un grand merci à Pierre Moreau et son équipe du Cochon Dingue de Lévis pour l’accueil chaleureux. Merci aux filles de Tac Tic Marketing pour l’invitation. Les opinions exprimées reflètent en tout point ma pensée. À noter que comme bien des restaurants de la région, le Cochon Dingue recherche activement du personnel, autant sur le plancher qu’en cuisine, pour combler son équipe de St-Ro. Avis aux intéressés!

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Sorties

Un top 10 pour vous convaincre de séjourner à Saguenay cet été!

En juillet dernier, j’ai été invité à séjourner 3 jours en plein coeur du secteur Chicoutimi, dans le cadre du Festival des vins de Saguenay. Comme j’ai le bonheur d’y retourner cet été et que je suis convaincue que c’est un bel endroit pour y passer un week-end, j’ai fait un top 10 (non exhaustif me direz-vous!) pour vous convaincre d’y séjourner aussi!

1. Le Festival des vins de Saguenay

Vous dire l’immense coup de coeur que j’ai eu pour le Festival des vins de Saguenay! Une rue Racine complètement métamorphosée, sur laquelle se regroupent des vignerons passionnés de leurs produits, qui vous en jaseront avec plaisir.

Plus de 45 000 personnes qui y ont assisté l’an passé. Malgré ce nombre incroyable de visiteurs, on n’a jamais l’impression de manquer d’espace ou de service. Les gens sont de bonne humeur et sympathiques (on est au Saguenay après tout!) et les journées passent sans trop qu’on s’en apercevoir.

Pour plus de détails sur le sujet, consultez mon article sur le Festival! On s’y voit les 13-14-15 juillet prochain?

2. Une virée en zodiac sur le Fjord

La beauté du Fjord, combiné au côté sportif du zodiac, ça donne une ultra belle virée sur le célèbre cours d’eau. Les paysages à couper le souffle ont presque autant impressionnés nos amis vignerons français que le côté aventureux de notre capitaine d’Organisaction qui leur en fait voir de toutes les couleurs! Je vous invite à lire le compte-rendu de mon amie Sylvie pour en connaitre les détails.

3. La formule Choix du chef du Temaki

OMG. Méga coup de coeur pour le Temaki, et précisément pour sa formule Choix du chef! Le concept? On vous apporte des petits plats jusqu’à ce que vous n’ayez plus faim. Vous ne décidez donc de rien, ce qui amène de belles découvertes! (Je pense que la serveuse était étonnée de tout ce que deux petites mesdames comme Sylvie et moi pouvions manger!!). Réputé pour ses sushis et sa carte de vins abordables, le Temaki est une excellente option pour prendre un bain de soleil en plein coeur du Festival des vins de Saguenay.

4. Une bonne bouffe au Bistro D

En arrivant à Saguenay, tout le monde qui savait qu’on aimait bien manger nous conseillait d’aller manger au Bistro D, rue Racine. Un bon menu à l’ardoise, une cuisine du marché servie dans un joli décor, un service sympathique, on y mange très bien! Installez-vous au bar, vous aurez la vue sur la cuisine ouverte!

5. La blanche aux bleuets de la Voie Maltée

Nous n’avons pas eu le temps d’aller prendre un verre à l’une des deux Voie Maltée du Saguenay, mais on a quand même pris la peine de goûter à une spécialité locale, soit la Rabat-joie, une blanche aux bleuets de la brasserie La Voie Maltée. Une parfaite bière de beau temps!

6. Une pizz sur le pouce à La ParrizzA

Pour un lunch rapide mais de qualité, faites un tour du côté de La ParrizzA, une petite pizzéria rue Racine. Avec sa jolie terrasse surélevée – parfaite pour ceux qui n’aiment pas faire sneaker dans leur assiette par les passants! – La ParrizzA offre de bonnes pizzas maison, garnies d’ingrédients frais, à bon prix.

 

7. L’ambiance festive d’un souper à l’Inter

Situé dans l’Hôtel Chicoutimi, l’Inter offre une belle carte des vins et des plats recherchés et savoureux. C’est un bel endroit pour manger entre amis dans une ambiance festive et un décor bien tendance.

8. La boutique Rose bon bon de Place du Royaume et Twist Créations rue Racine

Belle découverte du côté de Place du Royaume (et oui, un incontournable du coin!) : la boutique Rose bon bon.  Le genre d’endroit où tu veux tout acheter dès que tu y mets les pieds! C’est l’art de vivre et d’offrir à son meilleur. Des bougies qui sentent le ciel jusqu’aux tasses, en passant par les housses de lit aux coussins, on y trouve tout ce dont on n’a pas besoin mais qui rend heureux! (Bonne nouvelle, une boutique Rose bon bon ouvrira bientôt aux Galeries de la Capitale!). Arrêtez-vous également à la boutique Twist Créations métiers d’art sur la rue Racine. Bijoux, accessoires mode, créations en céramique, vêtements et autres créations de gens d’ici sont réunies. J’aurais pu y dépenser ma paye au complet! Un solide coup de coeur.

9. La ride de char dans le Parc

Parce que le Parc, pour les non initiés, est pas praticables l’hiver, il faut en profiter en été! Parce qu’un 200 km à rouler dans le bois, ça aide à faire décrocher et à se sentir automatiquement en vacances (même l’instant d’un week-end)!

10. Les gens sympathiques du Saguenay

Et finalement, on va au Saguenay pour les Saguenéens, des gens fort sympathiques et bien accueillants. Comme notre hôte à l’Hôtel du Fjord, gentil comme ça se peut pas! C’est facile de se sentir chez-soi au Saguenay grâce aux gens qui y habitent.

Merci à Sophie Blackburn et le Festival des vins de Saguenay pour la gentille invitation. Les opinions exprimées reflètent 100 % ma pensée.

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Sorties

Le Festival des vins de Saguenay : un must de l’été

Goûter de bons vins, servis directement par les vignerons; faire de belles découvertes vinicoles en bonne compagnie, au beau soleil, en plein centre-ville, entouré de gens sympathiques. Tentant non?

C’est ce que le Festival des vins de Saguenay vous propose du 13 au 15 juillet.

Ce sera la onzième année que ce Festival sympathique et décontracté débarque en plein coeur de Chicoutimi, au plus grand bonheur des 45 000 personnes qui le fréquentent.

En juillet dernier, j’ai eu la chance d’être invité au FVS – à mon plus grand bonheur. J’y ai découvert un festival sans prétention, où le vin est loin d’être snob. Au contraire, tout est mis en place pour favoriser les découvertes, la convivialité et le plaisir de se retrouver pour boire de bons vins accessibles.

Au fond, le Festival est clairement à l’effigie de son porte-parole, Philippe Lapeyrie. Que ce soit dans ses chroniques radio et télé que dans son livre, Philippe fait valoir d’abord et avant tout le plaisir de boire des produits abordables et faciles à trouver. C’est un sommelier accessible, comme l’est le Festival des vins de Saguenay.

De belles rencontres, de superbes découvertes 

Le Festival est également l’occasion de rencontrer les artisans derrière vos produits préférés. Une fois qu’on a discuté avec les producteurs derrière nos fioles préférées, je peux vous confirmer qu’une pensée pour eux nous vient, chaque fois qu’on débouche l’une de leurs bouteilles!

Ce fut le cas pour la maison Parès Balta, où j’ai pu découvrir leur cava rosé Pink. Déjà fan de leurs vins, produits en biodynamie, j’ai toujours une pensée pour M. Joan Cuisine, fort sympathique et s’exprimant dans un français impeccable, quand je bois l’un de leurs mousseux.

J’ai aussi eu l’occasion de rencontrer Géraud Blanc du Domaine Laroche, un endroit qui produit plusieurs de mes valeurs sures en SAQ. Je vous confirme que chaque fois que j’achète un Les 3 Grappes (blanches ou rouges) ou un Chablis ou Chardonnay La Chevalière, j’ai une pensée pour ma ride en zodiac sur le Fjord avec Géraud! (pour plus de détails, cliquez ici!)

Même chose pour Mme Brigitte Jeanjean du vignoble Jeanjean, qui produit le rosé Le Pive, l’un de mes rosés préférés. Une fois qu’on a rencontré cette dame volubile et attachante, on a une pensée pour elle chaque fois que l’on débouche l’une de ses bouteilles.

Le FSV, c’est finalement l’opportunité d’assister gratuitement à des classes de maîtres et des conférences instructives, confortablement assis en plein coeur de la rue Racine.

Je vous recommande donc fortement de planifier un petit roadtrip jusqu’à Saguenay, du 13 au 15 juillet cette année. J’ai d’ailleurs fait un Top 10 pour vous convaincre de visiter Saguenay cet été… Consultez-le!

Merci à Sophie Blackburn et le Festival des vins de Saguenay pour la gentille invitation. Les opinions exprimées reflètent 100 % ma pensée.

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Sorties

Lobster roll à la mayo épicée maison

La saison du homard bat son plein. En avez-vous profité jusqu’à maintenant? Après avoir savouré le crabe, il est maintenant temps de savourer ce crustacé sous toutes ses formes.

Chaque printemps, j’ai l’opportunité de cuisiner le homard gaspésien. Vous savez comment reconnaitre ces derniers? Grâce à leur petit médaillon bleu accroché à leur pince.

La pêche aux homards dans la péninsule gaspésienne au Québec, le long du littoral du golfe du Saint-Laurent, est certifiée durable. On s’assure de respecter des critères précis pour préserver la pérennité de l’espèce et minimiser l’impact sur l’environnement.

Et saviez-vous que depuis 2012, la traçabilité de vos homards est assurée, grâce au numéro inscrit sur le médaillon. Rendez-vous au monhomard.ca et vous y trouverez le nom de celui qui a pêché votre homard, et même parfois une vidéo pour le voir en action! Une belle façon de se rappeler du côté artisanal de ce métier.

Passons à table!


Le week-end dernier, j’ai savouré du homard gaspésien d’abord sous sa forme la plus simple, bouilli dans une eau bien salée, accompagné d’un peu de beurre à l’ail, avec une salade verte et un bon verre de Sauvignon blanc Attitude de Pascal Jolivet.

Puis, je n’ai pas résisté à l’appel du lobster roll. Ils sont mille fois meilleurs fait maison, parce qu’on contrôle la quantité d’homards qu’on y met! Et croyez-moi, je suis généreuse.


Ingrédients (pour 2 lobster rolls)

  • 2 pains style hot-dog
  • 2 homards cuits et décortiqués
  • 1 branche de céleri
  • 2 oignons verts
  • Mayonnaise maison épicée (au goût)
    • 1 jaune d’œuf (on conserve le blanc pour le déjeuner du lendemain!)
    • 1 cuil. à soupe de moutarde de Dijon
    • 1 cuil. à soupe de jus de citron
    • 2 gousses d’ail
    • Huile de canola
    • Sriracha (au goût)
    • Sel/poivre au moulin

Étapes

Pour la mayonnaise, mettre tous les ingrédients dans un bol, à l’exception de l’huile et la sriracha. Fouetter les ingrédients et incorporer graduellement l’huile de canola, en mince filet. Il vous est également possible de la faire au pied mélangeur, selon les mêmes instructions. (La quantité d’huile peut varier, selon la quantité de mayonnaise que vous souhaitez faire.) Une fois votre mayo montée, y ajouter la quantité souhaitée de sriracha. Goûter et rectifier l’assaisonnement au besoin.

Griller les pains. Les beurrer de mayonnaise. Ajouter la quantité souhaitée de homard, en prenant soin de laisser des gros morceaux de pince bien en vue! SAVOURER!

Garder toujours vos carcasses de homard au congélateur

Il vous sera possible de faire un excellent bouillon, en faisant simplement revenir carottes, céleris, oignons, ail, carcasse de homards, feuille de laurier, sel, poivre et d’y ajouter une dizaine de tasses d’eau. Ce sera excellent pour concocter un risotto ou faire cuire des pâtes!

Pour d’autres recettes mettant en vedette le homard, c’est par ici et !

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Recettes

Salade d’inspiration fattouche avec croustilles de lentilles

Je fais partie des gens chanceux qui vivent sans allergies alimentaires ou intolérances. Toute ma petite famille est exemptée de cette réalité, qui touche de nombreuses personnes. Heureusement, on vit dans une ère où de plus en plus d’entreprises et de restaurants arrivent à proposer des alternatives pour que les gens allergiques puissent manger savoureusement, sans avoir la perception de se restreindre.

En tant que blogueuse, je reçois à l’occasion des nouveaux produits à déguster. On ne me paye pas pour en parler, et les cadeaux ne m’obligent en rien à en traiter sur mon blogue. Je le fais quand j’aime et que ça se porte bien pour un article!

La compagnie Enjoy Life Foods m’a récemment fait découvrir leurs croustilles de lentilles Plentils, un produit qui m’était totalement inconnu.

plentilsElles sont à mi-chemin entre de véritables croustilles et des craquelins. Les Plentils sont croustillantes et un peu puffy! Plus riches en protéines que des craquelins et beaucoup moins grasses que des croustilles, elles sont une alternative aux fringales de soirée, un peu comme l’est du pop corn.

J’ai choisi de les intégrer dans une salade d’inspiration fattouche. Et le résultat était fort concluant. Les croustilles de lentilles ajoutent un croquant très attachant! J’ai opté pour la variété Sel de mer, qui se mariait parfaitement avec mon plat (psst : préférez cette variété à celle Ail et parmesan, qui n’était pas du tout à mon goût!).

salade fattoucheSalade d’inspiration fattouche

J’ai utilisé ce que j’avais sous la main pour concocter ma salade d’inspiration fattouche, dans laquelle on retrouve généralement des morceaux de pitas grillés.

J’ai mélangé un reste de laitue iceberg avec de la roquette, des tomates, des poivrons, du concombre, des oignons verts, de la menthe, du basilic, et des croustilles de lentilles Plentils Sel de mer. Pour la vinaigrette, j’ai émulsionné de l’huile d’olive avec du jus de citron, du sumac, une touche de miel. J’ai salé et poivré le tout, et j’ai dégusté!

Cette salade est excellente en accompagnement. Pour l’option salade repas, j’incluerais une source de protéine supplémentaire, comme un peu de fromage feta, par exemple.

salade fattouche 2.JPGQuant aux produits Enjoy Life Foods, je vous recommande d’essayer leurs biscuits (n’importe quelle variété, sont tous bons). Ils sont aussi sans allergène et pleins de saveurs. Mes enfants ne jurent pratiquement que par eux!

Merci à Enjoy Life Foods pour les envois fréquents de produits. Les opinions réflétées ici sont les miennes. Aucune obligation de publication, ni rétribution liée à cet article.

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Découvertes, Recettes

St-Valentin : manger comme au resto dans le doux confort de sa maison

J’adore aller au resto. Mais il y a 1 soir sur 365 où je préfère de loin manger à la maison : le 14 février. L’amour se célèbre tellement mieux dans le doux confort de chez-soi!

Si vous cuisinez peu, vous serez tenté évidemment par le resto. Mais pour impressionner votre tendre moitié, je vous suggère deux options : concoctez lui un bon repas maison fort simple (fou comment une bonne pizza maison peut faire la job!) ou optez pour un repas de traiteur.

tête à tête restos plaisirs

J’ai eu la chance de tester la boîte Tête à tête conçue pour la St-Valentin par le traiteur du groupe Restos Plaisirs (les propriétaires du Paris Grill, Café du monde, Lapin sauté, Cochon Dingue, Ciel, Jaja). Et honnêtement, je vous le recommande fortement.

Concept simple et fort bien exécuté

Après avoir commandé en ligne votre repas 4 services pour deux personnes, vous le récupérez à l’espace Traiteur. Vous repartez avec votre jolie boîte, garnie de victuailles et accompagnée d’un court carton d’instructions. Les étapes sont si simples et bien illustrées, qu’il est impossible de râter votre coup! En le préparant, je me suis dit que même un enfant pourrait préparer le tout seul!

Les plats à servir chauds sont scellés sous-vide. Un chaudron rempli d’eau bouillante est le seul outil de cuisine qui vous sera nécessaire pour réchauffer le tout. En suivant les instructions, vous obtenez un repas digne des bonnes tables en un tournemain.

Qu’est-ce qu’on mange?

Nous avons testé le Menu Raffiné à 90$. Le repas a débuté par trois verrines par amoureux. Le temps de manger la petite salade de crevettes, mais et coriandre, le gravlax de truite et fenouil à l’orange ainsi que le magret de canard fumé, mousse de foie gras et confit d’oignons, notre eau avait eu le temps de bouillir pour réchauffer le potage.

verrines restos plaisirs

Le velouté de betteraves, gingembre, lait de coco et noix grillées fût un gros coup de coeur. C’est grâce à sa saveur fraîche des betteraves et ses petites garnitures fournies dans la boîte – un sirop de gingembre et des écorces de noix de coco grillées, donnant un petit croquant au velouté.

potage betterave

En plat principal, deux options vous sont offertes : le poisson ou la viande (il vous est possible de commander deux fois le même plat, ou comme moi les deux plats). Nous nous sommes délectés autant du flétan au beurre de crustacé, servi avec orzotto de homard et garniture d’orange et d’ail, que du superbe morceau d’osso buco de wapiti à la fève tonna, accompagné d’orzotto aux champignons et gremolata.

osso buco wapiti et orzotto

Les deux orzotto – le même principe qu’un risotto, mais avec des pâtes orzo – étaient parfaits, avec leurs gros morceaux de homard ou de champignons. Quant au flétan et à l’osso buco, leur cuisson et leurs assaisonnements étaient à se rouler par terre.

flétan et orzotto

Déjà sustentés, il restait les petits desserts : deux macarons, des croquants aux noisettes et un gâteau mousse au chocolat ont bien terminé le repas.

desserts restos plaisirs

Pour 90$, je trouve cette option tellement géniale pour un repas de St-Valentin dans le doux confort de chez-soi. Un bon morceau de flétan coûte facilement 10$ en poissonnerie, même chose pour l’osso buco de wapiti. Combinés avec le reste des ingrédients, et mariés au fait que c’est un clé-en-main, c’est même économique.

En plus, comme le 14 février tombe un soir de semaine, où le temps de cuisiner un 4 services nous manque assurément, cette boîte est d’autant plus à considérer. Ne vous restera qu’à vous procurer une bonne bouteille pour compléter le tout!

Bonne St-Valentin!

Merci au Groupe Restos Plaisirs de m’avoir invité à tester cette boîte Tête à tête. Les opinions présentées reflètent entièrement ma pensée.

1 commentaire

Classé dans Accueil, Découvertes

Salade Bangkok (recette parfaite pour vos résolutions!)

Que manger santé fasse partie ou non de vos résolutions, je vous propose une recette de salade Bangkok riche en saveurs.

Si vous êtes comme moi, vous êtes toujours intéressés à goûter à de nouvelles recettes de salades, qui contiennent une bonne portion de protéine.

 
A
vec la combinaison d’ingrédients sucrés-salés, mariés des saveurs thaïes, cette salade a tout pour vous plaire. Vous trouvez la liste des ingrédients un peu longue, surtout celle de la marinade? Adaptez le tout à ce que vous avez sous la main. J’ai toujours une tonne de bouteilles et contenants de produits asiatiques. Il vous manque un ou deux ingrédients à la recette? Ne vous empêchez surtout pas de la faire pour autant.

 
Quant aux ingrédients de la salade, rien ne vous empêche de remplacer les mandarines par des quartiers d’ananas ou de mangue, les épinards par une laitue de votre goût. Vous pourriez même remplacer le poulet par du porc, si le coeur vous en dit.

Vous trouverez les détails de la recette sur le site d’Exceldor, pour qui j’avais créé cette recette. Il y a même les étapes de la préparation en vidéo! Bon appétit!

 

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Recettes

On se fait un dindon sucré-salé pour Noël!

Après un automne à délaisser involontairement le blogue (rassurez-vous, j’ai mangé quand même!), je vous reviens en force, juste à temps pour vous proposer une bonne recette pour votre dindon de Noël!

Cuisinez-vous cette volaille comme repas traditionnel des Fêtes? Chez-nous, on n’est pas très nombreux le soir de Noël. Le dindon entier n’est pas systématiquement sur la table. Mais quand je le cuisine, je suis toujours étonnée de voir la quantité de viande incroyable et peu grasse qu’il y a sur cette « star de la nutrition ».

dindon sucré-salé

Sur le site ledindon.qc.ca, on apprend que le dindon a une chair aussi maigre que celle des poissons les plus faibles en gras, qu’il est évidemment riche en protéines, une excellente source de fer et non allergène (et ben!).

Un goût sucré-salé qui rompt avec la tradition

Quand le dindon du Québec m’a invité à cuisiner une dinde avant les Fêtes, j’ai tout de suite penser aux restes de viande que j’aurais. Ben oui, je suis bizarre de même. C’est en pensant à tout ce que j’allais pouvoir cuisiner une fois un premier repas de dindon mangé que m’est venu l’idée de cette recette.

J’ai réalisé que j’aimais mangé de la volaille en plat style asiatique : soupe thaï, macaroni chinois, riz frit, rouleaux de printemps, salade poulet-légumes-vermicelles, etc.

J’ai donc préparé mon dindon en l’arrosant à chaque heure d’une sauce maison cassonade-ail-soya, très similaire à celle que j’utilise pour préparer des spare ribs. Ça confère au dindon un petit goût sucré-salé délectable, tout en le gardant humide et en lui donnant une belle teinte couleur sauce soya.

Le bouillon qu’on en retire est déjà aromatisé et peut être utilisé autant dans le macaroni chinois que pour la soupe tonkinoise! Alors, #OnSeFaitUnDindon?

Ingrédients

Pour la sauce/pré-bouillon

  • 2 1/2 tasse d’eau
  • 1 tasse de sauce soya
  • 1 1/2 tasse de cassonade
  • 2 cuil. à soupe de miel
  • 4-5 gousses d’ail, émincées

Pour le dindon

  • 1 dindon congelé Exceldor (qui se cuit au four sans décongélation requise – magie!)
  • 2 carottes, coupées en tronçons
  • 2 céleris, coupés en tronçons
  • 1 oignon, émincé
  • 1 1/2 à 2 cuil. à thé de Cinq-épices chinoises

Étapes

  • Mettre tous les ingrédients de la sauce dans une poêle à haut rebord et cuire à feu moyen-doux pendant 45 minutes, afin qu’elle épaississe. Ajuster le goût au besoin (en ajoutant un peu de miel, par exemple, pour un goût plus sucré).
  • Cuire le dindon selon les instructions sur l’emballage – ajuster le temps de cuisson selon le poids et la rôtissoire que vous avez.
  • Après la première heure de cuisson, ajouter les légumes en tronçons dans la rôtissoire et arroser une première fois d’une louche ou deux de sauce.
  • À chaque heure, ajouter quelques louches de sauce pour arroser la dinde. À la dernière heure, vous devriez être à court de sauce : arroser avec le bouillon abondant dans la rôtissoire.
  • Laisser reposer une quinzaine de minutes avant de servir.

légumes et vermicelles

Alors que la dinde repose, vous pourrez préparer vos accompagnements. Je vous suggère de faire un repas de Noël différent all the way – exit les pommes de terre en purée et les atoka! Servez plutôt votre super dindon sucré-salé avec des vermicelles de riz (moins de 3 minutes de préparation!) et des légumes revenus dans l’huile de sésame et dans une louche de bouillon chaude de dindon. Un peu de graines de sésame, de coriandre et d’oignon vert et vous obtiendrez un repas tout simplement délicieux!

dindon, légumes, vermicelles

Bon Noël à tous, chers fidèles lecteurs!

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Recettes

Prolonger l’été en redécouvrant Cassis Monna & Filles

À quand remonte votre dernière visite sur l’Île d’Orléans? Chaque été, j’y vais trois fois plutôt qu’une. À moins de 20 minutes de Québec, c’est l’endroit le plus près de chez-moi où je me sens en vacances. Je décroche dès que je traverse le pont de l’Île!

cassis monna

Ma plus récente visite m’a amené à redécouvrir Cassis Monna & Filles, alors que la 5e génération de liquoristes est à compléter des rénovations majeures, question d’amener l’entreprise un cran plus loin. Comblée j’en suis revenue!

Voici pourquoi.

cassis monna et fillesPour l’histoire familiale derrière Cassis Monna & Filles

Impossible de faire abstraction de l’héritage familial de l’entreprise. Bernard Monna (4e génération) est le premier producteur de vins et crème de cassis au Québec. Cultivant ce fruit bourré d’antioxydants, aussi appelé la gadelle, il a su transmettre son expertise à ses filles, impliquées dans la business familiale depuis les débuts, au temps où tout se passait dans les champs et dans un kiosque bien modeste de vente.

Anne Monna

C’est maintenant Catherine et Anne qui assurent la relève dynamique, créative et dotée de bien de la vision. Voir et entendre Anne Monna parler avec passion de son commerce nous fait immédiatement (re)tomber sous le charme de l’endroit.

Pour la magie des lieux

Quand Anne et Catherine Monna ont décidé de réinventer leurs infrastructures, c’était pour révéler le plein potentiel de leurs terres et de leur héritage familial. Et croyez-moi, les changements sont majeurs et 100% réussis.

Après des visites dans plusieurs vignobles californiens, les soeurs ont une idée bien précise du look and feel qu’elles veulent donner aux lieux. Le bois et le béton contrastent à merveille avec les couleurs vives des espaces fleuris et le paysage.

L’ancienne petite terrasse s’est transformée en lounge/salle de jeux familiale, où table de babyfoot voisine divans et jouets pour enfants. « On voulait que les gens se sentent comme chez-soi, comme si on les invitait chez-nous », affirme Anne, fierté dans les yeux.

lounge cassis monna et filles

Une terrasse d’une trentaine de places offre une belle vue sur le fleuve. Et si le soleil laisse place à la pluie, comme le soir où nous y étions, aucun problème! Les chauffe-terrasses s’allument et les toiles imperméables se déploient.

L’étage inférieur dévoile une cave à vin et une boutique, bien plus grandes qu’avant les rénovations. C’est invitant et tellement convivial!

produits Monna et fillesEn nous faisant faire le tour du propriétaire, Anne Monna nous parle des autres rénos à venir. Car le travail ne s’arrêtera pas là. Les deux soeurs ont pleins de projets. Elles n’ont pas finies de réinventer l’entreprise et leurs installations!

terrasse Monna et filles

Pour la bouffe (évidemment!)

Un repas au coin gourmand La Monnaguette est un must quand on est sur l’Île! La force du menu? Arriver à mettre en vedette, dans tous les plats et cocktails, les produits du Cassis Monna & Filles.

Commencez d’abord par un gin tonic avec crème de cassis ou une sangria avec le vin fruité de la maison. Ou faites comme moi et optez pour la slush au cassis rehaussé d’un peu de rhum Malibu. Impression de vacances fort réussie!slush cassis et rhum malibu

Puis, commandez une entrée de Paillaison des Fromages de l’Isle d’Orléans, avec gelée de vin de cassis et marmelade cassis, poire et pommes.paillaison de l'île et gelée de cassis

Et surtout, ne passez pas à côté de l’entrée de poulet pop corn, avec miel baratté au cassis de la Miellée de Morphée. WOW! C’est d’ailleurs une option offerte dans le menu pour enfants. J’imagine déjà les miens en recommander une deuxième portion chacun.

poulet pop corn et miel au cassis

En plats principaux, nous avons beaucoup hésité – comme tout nous tentait!

Nos choix se sont portés sur le sandwich au poulet et tapenade d’olive, cassis et canneberges, servi avec frites et salade (vinaigrette au cassis!) – une portion si copieuse que j’ai ramené la moitié de mon sandwich à la maison! – et la poutine au confit de canard avec sauce au vin de cassis le Capiteux – si vous réussissez à manger toute cette portion, vous serez mon héros!

Un arrêt chez Monna & Filles ne serait pas complet sans faire un tour du côté de la crèmerie. Outre les 18 saveurs de gelato, je vous recommande la crème glacée molle artisanale vanille et cassis. Gros coup de coeur!

sirop cassis Monna et eau pétillantePour faire le plein de produits

Finalement, on va chez Monna pour dévaliser la boutique et faire le plein de produits! Maintes fois médaillée, la crème de cassis est un incontournable. Elle sera parfaite dans vos kirs ou autres cocktails, et même à boire sur glace en apéro ou digestif.crème de cassis Monna

Mes autres must sont : le vin Fruité, la base d’une excellente sangria; la marmelade poire, pommes et cassis; la confiture framboises et cassis, le sirop de cassis (super dans les drinks, smothies, crêpes!) et le miel!

 

Prolongez donc l’été un peu, en allant du côté de l’Île. Ensuite, faites comme moi : aromatisez votre eau pétillante avec de la menthe et du sirop de cassis, en vous rappelant qu’un petit coin de paradis se trouve pas très loin de chez-vous.

eau pétillante et sirop de cassis

Pour lire d’autres comptes-rendus de visite, consultez les blogues de Sylvie Isabelle ou Tranche de pain!

Merci à Anne Monna et toute l’équipe de Cassis Monna & Filles pour l’invitation à visiter vos nouvelles installations. C’était tout simplement magnifique. L’étincelle dans les yeux d’Anne (et surement dans ceux de Catherine aussi!) y sont pour beaucoup.

2 Commentaires

Classé dans Accueil, Découvertes, Sorties

Séjourner au Camping de la Rivière Nicolet et s’amuser aux Vélorails de Beaulac-Garthby

Il y a de ces fins de semaine qui font décrocher et se sentir en vacances. C’est le sentiment qu’on a eu, ma petite famille et moi, lors d’un week-end de juin, grâce à une charmante invitation, combinant un séjour au Camping de la Rivière Nicolet et une balade en vélorail à Beaulac-Garthby.

Petit chalet, grande quiétude

Direction Wotton en Estrie pour découvrir le Camping de la Rivière Nicolet, un endroit familial, dont le territoire immense nous permet de se connecter rapidement avec la nature, et où les campeurs, à bonne distance entre eux, trouvent la quiétude qu’ils recherchent (j’ai vu trop de campings déboisés, où chaque spot est collé l’un sur l’autre – ce n’est pas le cas à cet endroit!).

le fanal

 

L’endroit compte 17 emplacements de camping et 10 chalets, de format différent. Notre refuge pour deux nuits était le Fanal, un petit chalet comprenant deux lits doubles, une table, un poêle électrique à deux ronds, un frigo, une salle d’eau et le nécessaire pour cuisiner. Un tout inclus quoi!

camping rivière nicolet 10

Je dois avouer que j’adore l’esprit du camping, son contact avec la nature, sa simplicité, sa capacité à nous faire décrocher. Mais je n’ai pas de roulotte, et en vieillissant, je ne suis plus du type tente. Bref, je ne jure que par les campings qui offrent la location de chalets. Et celui de la Rivière Nicolet répondait à mes attentes.

camping rivière nicolet 2

camping rivière nicolet 3

Mes enfants et moi sommes aussi tombés en amour avec la rivière, qu’on a pu descendre en chambre à air, jusqu’à la petite plage naturelle où on s’est prélassé toute la journée. On a ri, on a attrapé des menés… et j’avoue que le bière en canette les pieds dans l’eau était 100 fois meilleure que d’habitude.

camping rivière nicolet plage naturelle

camping rivière nicolet chalet

Offerts à bon prix, les emplacements de camping et les chalets sont disposés de façon à ce que tout soit facilement accessibles. Prendre son café sur le bord de la petite rivière, être proche du petit parc de jeux avec le mur d’escalade, être tout près de la plage, en masse de terrain pour voir les enfants courir et jouer, alors que je peux boire un verre de vin en faisant mes mots croisés : c’était ça que ça nous prenait pour décrocher au max!

IMG_7089

« Qu’est-ce qu’on mange? »

Si les pâtes et les salades font habituellement fureur quand on campe, on a troqué nos repas traditionnels de camping pour goûter à la pizza du restaurant Le P’tit bonheur de Ste-Camille, non loin de Wotton. La pizza ne fait pas partie des plats que je cuisine en camping, mais nous n’allions pas passer à côté de l’opportunité de manger « local »! ; ) Sinon, dans mes incontournables de camping, le traditionnel déjeuner oeuf bacon s’est transformé en petit sandwich bien simple, encore à déguster devant la rivière.

Prenez le temps de piquer une jasette avec la petite famille propriétaire de l’endroit! Très sympathiques, ils vous feront découvrir leur site et vous donneront quelques idées sur les activités à faire tant dans la région.

Direction Beaulac-Garthby pour découvrir le Vélorail!

Dimanche matin, nous avons repris la route direction Beaulac-Gartby, une municipalité bordée du Lac Aylmer, située au sud de Chaudière-Appalaches (disons plus près de l’Estrie que de Lévis!). C’est là que l’on retrouve une activité unique, les Vélorails de Beaulac-Garthby!

Un vélorail? C’est une plate-forme sur laquelle sont attachées deux vélos, qui circule sur une ancienne voie ferrée et qui se déplace grâce à la force musculaire des voyageurs. Conçu pour accueillir deux adultes et un ou deux enfants, le Vélorail permet de faire une sympathique promenade à la campagne, avec des points de vue bucoliques.

vélorails 2

Chaque pédaleur enfourche donc son vélo et pédale fort pour faire avancer la nacelle. Quant aux enfants, qui ne peuvent pédaler, ils s’assoient au centre sur un siège et profitent du paysage.

Mais petit bémol pour notre famille : vous savez que je voyage généralement seule avec mes deux enfants….! Ce que je n’avais pas mentionné lors de l’invitation. Petit problème! 🙂 Car deux grandes personnes sont absolument requises pour faire avancer le tout.

Du haut de ses 9 ans, Grande fille a donc pris la place d’une grande personne et pédalé, sous un soleil de plomb, aux côtés de sa mère, pendant que Fiston, lui, se la coulait douce!

vélorails de beaulac-garthby

L’activité est sympathique et nous fait découvrir un lieu de façon inusité et paisible. Pas besoin d’être un cycliste pour y participer, mais l’activité demeure sportive. Les trajets sont de 10 ou 20 km, et coûtent entre 25 et 35 $ pour une famille de 4 : une activité fort abordable pour amuser toute la famille.

garthby-beaulac

Pour éviter d’y aller un jour de canicule comme moi, je recommande une ballade en septembre, alors que le temps sera un peu plus frais et que le paysage à couper le souffle.

Un beau road trip en toute simplicité qui nous a fait décrocher et visiter une attraction inusité. À refaire!

Merci au Camping de la Rivière Nicolet pour l’accueil et l’agréable séjour. Et merci à Marie-Josée Binette, employée des Vélorails – un OSBL, pour l’organisation du séjour et la charmante invitation. Les opinions émises reflètent ma pensée.

1 commentaire

Classé dans Accueil, Découvertes, Sorties