La #PoutineWeek pour débuter février en force

Du 1er au 7 février, la troisième édition de la #PoutineWeek battra son plein dans plus de 60 restaurants de Québec. Un concept simple : chaque restaurant célèbre ce plat national en le réinventant, tout cela à un prix unique de 10 $. Une excellente raison de faire une entorse à nos bonnes résolutions..!

Si vous me suivez sur Instagram, vous aurez vu que j’ai déjà goûté à une douzaine des poutines à l’avance. Lucky me, j’étais parmi les chanceux qui avaient été invités à jouer les cobayes lors d’un rallye éclair de deux soirs. Voici quelques photos pour vous donner faim! Je vous livre également mon top 3 et celles que je risque d’aller manger dès lundi prochain.

Mes préférées :

  • Café du Temps perdu : poutine composée de frites maison, fromage en grains de la Fromagerie Victoria, délicieux morceaux de merguez, sauce cajun, oignons rôtis. Simple et vraiment efficace, comme on les aime!
  • Le fin gourmet : poutine composée de frites maison, fromage en grains de chèvre de l’Ile d’Orléans (miam!), d’oignons caramélisés, sauce aux lardons et aux deux poivres (des Dunes et rose). Petite mais complètement savoureuse.
  • Griendel : poutine galvaude inversée et complètement réinventée. Boule farcie de fromages en grains, pommes de terre, sauce poulet et petits pois, le tout frit et recouvert d’encore plus de frites, sauce, poulet et petits pois. Complètement bon, portion immense pour 10 $.

Celles que j’essayerai :

  • La Boîte à Malt : entre autres parce que ce n’est pas trop loin de chez moi… mais surtout pour les oignons enroulés de bacon et frits!
  • Versa : parce qu’elle est faite de gnocchis, d’osso bucco de veau et de mozzarella fraîche.
  • Bello Ristorante : parce qu’elle inclut une fondue style parmesan au 1608. Miam!

Régalez-vous!

Merci à la gang de RestoQuébec qui pilote l’organisation de l’Édition Québec de la Poutine Week de m’y avoir invité. 

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Sorties

Plat simple à partager pour bien débuter l’année

Salut 2016! Et surtout bonne année à tous les amateurs de bouffe qui suivent Harnois à la carte.

D’abord, je vous remercie d’être si nombreux à consulter mon blogue pour des idées de recettes, des découvertes ou des restos à visiter. Je vous souhaite également beaucoup de santé et de petits bonheurs bien simples, comme de bons moments autour d’une table remplie de plats délicieux à manger avec les gens que vous aimez.

C'est mimosa sans mousseux ce matin. Les tannants célèbrent 2016 en grand! #happynewyear

A photo posted by Marie-Hélène Harnois (@mhharnois) on

Comme première recette en 2016, je me fais plaisir – parce que pour moi, la bouffe, c’est vraiment une question de plaisir, tant à déguster qu’à cuisiner. Je vous propose un joli plat plein de couleurs, parfait pour être partagé en entrée ou dégusté en solo en plat principal.

Tomates, olives et Mozza di buffala

Il est possible de trouver de bonnes tomates même en hiver. Celles récoltées en serre regorgent de saveurs. Tant mieux, car je ne pourrais me passer de ce fruit!

Pour cette recette, j’ai utilisé le Tomatrio de Savoura, qui combine des tomates cerises rouges, orange et jaunes. Quand cette compagnie m’a envoyé une glacière remplie de tomates cet automne, j’ai été bien surprise – il me semblait qu’elle avait fermé ces portes. C’est que Sagami a acquis la marque, et investit plusieurs millions dans ses cultures. Une excellente nouvelle pour la production locale de bons produits d’ici.

Tomates Savoura

Tomates rôties, olives et mozzarella

Pour réaliser ce plat plein de couleurs et de saveurs, il vous faut :

  • Des tomates cerises
  • Des olives (les variétés que vous avez – j’aime les Kalamata et les olives farcies aux amandes)
  • Des lupins (super riches en protéines, salés, délicieux!)
  • De la mozzarella di Buffala
  • De l’huile d’olive
  • Du vinaigre balsamique (ou du coulis de vinaigre balsamique)
  • Du poivre en grains, du sel
  • Du basilic (facultatif)

Étapes

  1. Préchauffer le four à 350 degrés.
  2. Placer les tomates, les olives et les lupins sur une plaque allant au four. Enduisez-les d’huile d’olive et assaisonnez-les.
  3. Enfourner et cuire environ 20 minutes.
  4. Placer le tout dans une jolie assiette de présentation. Déchirer le fromage en gros morceaux et garnir l’assiette.  Arroser le tout de vinaigre balsamique. Si vous avez du basilic frais, ne vous gênez pas pour en ajouter!
  5. Déguster!

C’est quasiment trop simple pour en faire un billet… Mais vous verrez, vous vous régalerez! Et ça partira vos snacks de 2016 en beauté!

4 Commentaires

Classé dans Accueil

Encore des restes de dinde?

Noël est passé et il vous reste encore de la dinde? Soit vous avez choisi de donner un doggybag à tous vos convives, soit vous l’avez déjà mangé ou congelé. Ou peut-être pire : vous l’avez jeté car vous n’étiez plus capable d’en voir la couleur au frigo.

J’arrive un peu tard le 29 décembre pour vous suggérer quoi faire avec votre dinde, mais j’avais décidé d’hiberner un tantinet ces derniers temps. Les gens qui me connaissent seront surpris d’apprendre que je n’avais pas ouvert mon ordi personnel depuis plus de deux semaines, un exploit digne d’un immense X sur le calendrier. J’essaie d’en limiter l’accès aux kids, normal que je prêche par l’exemple.

Bref! À l’époque où j’écrivais pour le Voir, j’avais compilé quelques idées pour passer vos restes de dinde. Bouillon, mini-sandwich sucré-salé, salade de quinoa et dinde, riz chinois et mini hot-chicken font partie de mes passe-partout pour récupérer la dinde sans trop s’apercevoir qu’on mange la même protéine à tous les repas!

sandwich sucré-salé à la dinde

Pour voir ces idées, c’est par ici : Un petit dindon, 1000 recettes, sur le blogue Beau, bon, pas cher.

Poster un commentaire

Classé dans Recettes

Une bouchée parfaite pour le temps des Fêtes

Quand cet été, Exceldor m’a demandé de créer des recettes à partir de leurs poitrines de poulet marinées, je n’étais pas vraiment dans le mood Temps des Fêtes. N’en demeure pas moi que j’ai créé une bouchée simple et consistante, parfaite pour les apéros ou cocktails dînatoire de Noël.

bouchées poulet bocconcini

J’ai réinventé la traditionnelle bouchée bocconcini-tomates-basilic, en optant plutôt pour des tomates séchées et en bonifiant la bouchée d’un bon morceau de poulet mariné style Marinara. L’agencement des saveurs est parfait. Et toutes les étapes, excluant l’assemblage, se préparent à l’avance. Pratique quand la maison est bondée de monde!

bouchées poulet marinara

Pour la marche à suivre, je vous invite à consulter ma recette sur le site d’Exceldor. Tout y est – je serais folle de tout recopier ici! Bouchées de poulet marinara, tomates séchées, bocconcini et basilic.

poulet bocconcini basilic tomates séchées

Et si vous optez pour le cocktail dînatoire, consultez un article (archives) où j’y donne mes trucs pour organiser le tout efficacement.

Merci à Exceldor pour cette opportunité. J’ai apprécié avoir votre confiance pour la création de recettes qui me ressemblent.

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Recettes

Réinventer vos desserts de Noël avec Chocolats Favoris

Si vous me suivez sur Instagram, vous aurez constaté que mes enfants sont accro aux Chocolats Favoris, encore plus depuis que l’entreprise en a ouvert un à quelques minutes de chez-nous…! C’est là qu’on se bourre de crème glacée trempée dans le chocolat ou qu’on fait le plein de fondues pour emporter.

Alors que le temps des Fêtes se pointe à l’horizon (et oui, faut se rendre à l’évidence!), les Chocolats Favoris ont eu envie d’offrir une alternative aux desserts traditionnels des Fêtes… tout en faisant un joli clin d’oeil au plus célèbre d’entre eux : la bûche.

Bûche Chocolats Favoris

L’illusion est en tout point parfaite : l’emballage de cinq fondues au chocolat de votre choix, d’une valeur de 39,95 $, ressemble vraiment à une bûche de bois! De quoi surprendre n’importe qui, si vous choisissez de l’offrir en cadeau – je pense aux cadeaux d’hôtesse ou ceux de professeurs. Le contenu? Votre choix de cinq fondues parmi la sélection du moment. Pour ma part, une bûche parfaite se compose entre autres des saveurs Blanc-Bec (favorite de Fiston), Biscuit et crème (favorite de Grande fille) et Café-crème (ma favorite).

Fondue Blanc-Bec Chocolats Favoris

Créons notre dessert!

Sans doute parce qu’ils savent que mes enfants et moi sommes des ambassadeurs-bénévoles de leur compagnie, les Chocolats Favoris nous ont approché pour un défi, à quelques semaines de Noël : celui de dépoussiérer la bûche et de créer un dessert en alternative à celle-ci, en utilisant leur chocolat fondu.

Défi Chocolats Favoris bûche

Défi accepté et activité du samedi soir trouvée : on allait se beurrer les doigts pour préparer des petits projets dignes de Pinterest, en prévision de les refaire avec tous les enfants de la famille au party du jour de l’An.

Fiston Chocolats Favoris

Mix sucré-salé

Pour la première gâterie, on a choisi un mix sucré-salé qu’on adore : les bretzels au chocolat. Réalisées en deux temps trois mouvements, ces petites bouchées sucrées seront parfaites pour vos invités qui ne sont pas trop dessert ou qui sont bien bourrés après le repas de Noël.

Grande Fille Chocolats Favoris

Une fois votre chocolat fondu (on plonge la conserve fermée de fondue Chocolats Favoris dans un chaudron d’eau bouillante pendant 20 minutes – la canne doit être 100 % sous l’eau!), on trempe les bretzels dans le chocolat et on dépose la bouchée sur un papier parchemin. On envoie le tout au frigo une vingtaine de minutes le temps que ça fige, puis on décore avec un gel scintillant rouge du commerce et des cristaux de sucre. Ces desserts se conservent quelques jours au frigo… mais vous essayerez de vous en retenir de ne pas tout les manger!

bretzles au chocolat Chocolats Favoris

Bonhommes de neige Oreo/Blanc-Bec

La seconde suggestion a tout pour charmer les petits (et les grands!). Elle combine un incontournable de ma jeunesse et un must de la jeunesse de mes enfants : les biscuits Oreo et la fondue Blanc-Bec des Chocolats Favoris. L’idée de faire des petits bonhommes de neige en Oreo m’est venue en cherchant sur Pinterest. Je les ai trouvés irrésistibles; j’ai donc décidé de les reproduire avec l’aide de mes petits marmitons.

Bonhommes de neige Oreo-Chocolats Favoris

Pour ce faire, ça vous prend des biscuits Oreo double crème – important si vous voulez que les bâtons tiennent au centre, de la fondue Blanc-Bec, des bonbons Nerds orange, du gel noir, des bâtons à suçons, des petits rubans rouges (facultatif).

IMG_1959

Dans la fondue, on trempe un côté du biscuit Oreo qu’on dépose ensuite sur un papier parchemin. On laisse figer le tout environ 15 minutes au frigo. On décore ensuite en plaçant le nez orange et les yeux/sourire avec le gel noir. Doucement, on insère le bâton et on s’assure que ce soit solide avant de fixer le ruban et de placer bien en vue au centre de la table. Amusant à réaliser avec les enfants, ce dessert vous demandera quand même un peu de supervision artistique!

Bonhomme de neige Chocolats Favoris et Oreo

Les possibilités sont infinies pour faire de ce temps des Fêtes une période créative où vous réinviterez les traditions et les desserts habituels. Et ne vous en faites pas… La bûche s’en remettra!

Pssst : serez-vous game de vous en procurer une corde? ;)

Merci aux Chocolats Favoris de m’avoir approché pour réaliser ce défi culinaire amusant avec les enfants. Les opinions exprimées dans ce billet reflètent entièrement ma pensée.

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Recettes

Party d’huîtres, de pétoncles et de moules du Québec

Vous êtes amateurs d’huîtres? Moi oui! Mais j’ignore pourquoi, je m’en prépare très rarement à la maison, contrairement à pleins d’amis qui se font des gros party d’huîtres régulièrement. Je les enviais, mais je n’osais pas. Faut dire que la peur de m’ouvrir une main au lieu d’ouvrir l’huître me hantait légèrement.

Je finissais donc par en déguster à l’occasion, au resto, comme si les huîtres étaient synonyme de grands événements ou de sorties spéciales. C’était jusqu’à ce que je me vois offrir un beau paquet cadeau rempli d’huîtres, de pétoncles vivants et de moules en saumure, tous des produits du Québec. Impossible de refuser. Et une bonne excuse pour organiser mon premier party d’huîtres – en par ricochet mon baptême d’ouverture d’huîtres (emoji de bonhomme affolé)!

Pétoncles, huîtres et moules du Québec

Les particularités des mollusques du Québec

Déjà que l’huître est un aliment faible en calories et nourrissant, qui contient des oméga-3 et est une source de vitamines A, B12, B2, B3, de phosphore, fer, zinc, cuivre, sélénium et manganèse, on en trouve d’excellentes au goût, cultivées dans nos eaux, aux Îles-de-la-Madeleine. Vendues en petite caisse de boîte de 18, les huîtres Trésor du large sont savoureuses et délicates. Contrairement aux huîtres en provenance des Maritimes, elles ne sont pas élevées dans des baies, mais bien au large, en haute mer, en eau pure et salée, ce qui favorise son goût plus raffiné et bien équilibré.

Huîtres Trésor du large

Ces huîtres, de même qu’une variété de moules ou de pétoncles québécoises, sont issus de la mariculture, c’est-à-dire la culture en mer d’organismes aquatiques, une forme d’aquaculture mais en eau salée. On ne va pas à la pèche, on cultive ces mollusques, on en fait l’élevage – de l’ensemencement périodique à l’alimentation, en passant par la protection contre les prédateurs. Si la mariculture québécoise se pratique depuis plus de 40 ans, elle est présentement en plein essor.

On les ouvre! 

Voici l’étape que je redoutais – l’ouverture! D’abord les huîtres. Je n’ai pas pris de chance, j’ai mis des gants et je les ai recouvertes d’un linge propre! J’ai déposé la pointe du couteau à huîtres sur le bout pointu de celle-ci, puis fais un petit twist de la main pour l’ouvrir. Ensuite, après avoir essuyé la pointe du couteau, j’ai détaché le muscle du mollusque, et tout s’est ouvert par magie. Puis j’ai répété, et je suis rapidement devenue excellente! (Tuto ici!)

Ouvrir une huître

Je les ai déposées sur de la glace – on recommande la glace quand on sert les huîtres froides et le gros sel quand elles sont servies chaudes – je les ai assaisonnées avec un peu de jus de lime et de la coriandre. Tout simplement. Et elles étaient délicieuses. Vous pouvez créer une tonne de mignonnettes pour les accompagner. Moi j’ai opté pour la simplicité! Pour la blogueuse Sylvie Isabelle, l’idéal est de les arroser de vinaigre de vin rouge et échalote française émincée. Je me suis promis d’essayer cela la prochaine fois.

Huîtres, lime, coriandre

Quant aux pétoncles, là, ça été plus de fous rires que de peurs! C’est que les pétoncles en coquille se referment lorsqu’on tente de les ouvrir – mécanisme de défense! C’est d’ailleurs un signe de fraîcheur. Je vous mets au défi de ne pas faire le saut lorsque la coquille du pétoncle se referme et que votre couteau en est prisonnier!

Pour les ouvrir, on place la coquille la plus creuse vers le bas, et on passe un couteau rond sur le haut de la coquille. C’est ainsi qu’on peut décoller le muscle et ouvrir la coquille facilement. Pour l’apprêter, je l’ai placé 5 minutes au four à 375 avec un peu de vin blanc dans chacune, quelques gouttes de jus de citron, des grains de poivre rose et une feuille de basilic. Chaud, délicieux : c’était complètement fou! Le goût est fin et délicat, et à la fois riche en saveurs. Un coup de coeur!

pétoncles québécois

Il ne me reste que les moules en saumure à goûter. Je me suis promis de les ajouter à une salade ou à des pâtes. Le produit reçu, dont je vous reparlerai, est unique au Québec. Issues de la Côte-Nord, ces moules sont conservées dans une saumure naturelle, faite à partir d’eau de mer salée dans laquelle elles ont été élevées. Je salive en l’écrivant!

Je vous encourage à demander les produits issus de la mariculture québécoise à votre poissonnier et votre épicier. En plus d’avoir un impact positif sur l’écologie, ce sont des produits riches en protéines, faibles en gras et surtout accessibles à tous!

Je remercie le Regroupement des mariculteurs québécois de m’avoir fait parvenir de si beaux produits par l’entremise de Marie Morneau communication. Les opinions exprimées reflètent entièrement mes pensées. Vous avez de beaux produits qui gagnent à être connus et consommés. 

Psssst : mon amie Sylvie Isabelle a préparé un tutoriel pour l’ouverture des huîtres. On l’écoute ici!

Ouverture d'huîtres par Sylvie Isabelle

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Découvertes, Recettes

Soupe à l’orge et… à la viande à fondue

L’automne, c’est les arbres multicolores, les journées qui rapetissent et le froid qui s’installe. C’est aussi le retour attendu de la fondue chinoise, ce souper réconfort qu’on a délaissé (avec raison!) pendant la saison chaude.

Qui dit fondue dit restant de viande à fondue. On la cuit une fois le souper terminé? On la garde au frigo non cuite? Que fait-on avec la viande qui nous reste? Il y a certainement des centaines de façons de passer ses restes de viande à fondue. Moi, celle que je préfère, c’est en soupe-repas!

Je me suis inspirée d’une recette du deuxième tome de Cuisine futée pour vous proposer ma version de soupe à l’orge. Cette céréale riche en fibres gagne à être consommée davantage. Exit la pensée que le barley, c’est pâteux et sans saveur. C’est un super ingrédient économique qui nous fera éviter de gaspiller!

Soupe à l'orge et à la viande à fondue

Ingrédients

  • 1 petit oignon, haché
  • 1 blanc de poireau, haché (si vous n’en avez pas, ajouter plus d’oignon)
  • 2 carottes, en cubes
  • 3 céleris, en cubes
  • 1 tasse d’orge perlé
  • 4 tasses de bouillon de légumes (maison ou du commerce) ou de boeuf
  • 2 tasses de bouillon à fondue
  • 2 tasses d’eau (mettre plus d’eau s’il ne vous reste pas 2 tasses de bouillon à fondue)
  • 1 boîte de tomates en dés (avec le jus)
  • 2 tasses de viande à fondue cuite, tranchée finement (boeuf, porc, veau et/ou poulet)
  • Huile, sel, poivre, thym séché

Étapes

  • Dans un peu d’huile, faire suer les oignons et le poireau environ deux minutes. Ajouter les légumes et faire cuire quelques minutes.
  • Ajouter l’orge ainsi que le bouillon de légumes ou boeuf, le bouillon à fondue et l’eau. Saler, poivrer et ajouter un peu de thym. Laisser mijoter une trentaine de minutes ou jusqu’à ce que l’orge soit tendre au goût.
  • Incorporer les tomates et la viande (que vous aurez fait cuire tout de suite après votre repas de fondue à même le bouillon). Cuire une dizaine de minutes. Assaisonner de nouveau.

Cette soupe très consistante s’épaissira une fois conservée au frigo. Libre à vous d’ajouter un peu d’eau ou de bouillon lorsque vous la ferez réchauffer.

2 Commentaires

Classé dans Accueil, Recettes

Un pari réussi pour La Bûche

Ouvrir une cabane à sucre en plein coeur du Vieux-Québec, je me demande pourquoi personne n’y avait pensé. C’est l’endroit par excellence pour attirer les touristes sans même les faire sortir de la ville. Mais ouvrir une cabane à sucre réinventée qui ne fait pas « attrape-touristes » et qui réussit à attirer les locaux en plein coeur du Vieux-Québec? Ça, c’était un défi de taille. Et La Bûche y est parvenue.

La bûche rue St-Louis

Après le Savini et le Bello, Yannick Parent s’est donné comme pari de réinventer nos traditions, sans toutefois les dénaturer. Dans un décor rustique à l’ambiance hyper chaleureuse, La Bûche rue St-Louis allie autant tradition que modernité, alors que la musique d’un violoneux côtoie les mojitos au sirop d’érable. Si ça semble inusité (je sais, j’étais sceptique aussi au début), croyez-moi, ils arrivent à faire rimer le tout à merveille.

À table!

Divisé en deux, le restaurant est meublé d’un côté de tables individuelles, et l’autre de tables en bois massif qui rappellent les grandes tablées des cabanes à sucre. Peau de vache sur les bancs de bar, doudous sur certaines banquettes; on sent que l’équipe n’a pas lésiné sur les détails point de vue déco. Jusqu’aux salles de toilette qui valent le détour!

Au menu

S’il est possible de commander des plats pour vous seul, je vous conseille fortement d’aller à La Bûche en gang, afin de maximiser l’expérience et de passer une commande à partager. Lors de notre passage, c’est ce qui nous attendait. Accompagnés de bons vins canadiens (j’aime l’audace d’une carte des vins entièrement canadiens – bravo!), les plats se sont succédés, tous meilleurs que les autres.

À commencer par leurs tartares. Du tartare dans une cabane à sucre? Si on choisit de la réinventer, pourquoi pas. Vous le savez, je me vante de faire les meilleurs tartares de saumon et de boeuf au monde. Et j’en commande rarement au resto, de peur d’être déçue. Si leur tartare de cerf est excellent, celui au saumon vaut la peine d’être commandé en assiette. Légèrement sucré au sirop d’érable, il était bien relevé, juste assez.

Puis, les oreilles de christ ont suivi. Pas celles des cabanes où on risque littéralement d’y laisser une dent en y croquant! Non! Elles sont fluffy, croustillantes, pas trop grasses – étonnamment!

oreilles de christ la bûche

Se sont ensuite succédés marinades, pains maison, et saumon fumé, accompagné de crème fraiche et oeuf cuit dur fumé (malade!). Ont suivi les ailes de lapin et les pâtés à la viande frits servis avec salade de chou et ketchup aux fruits – j’ai adoré! Pour couronner les entrées – ben oui, on n’était pas rendu aux plats principaux! – on a goûté à la soupe aux pois. Que serait un repas des sucres sans soupe aux pois? Celle de La Bûche est davantage une crème de pois, avec lardons et pois chiches frits. Bien équilibrée, bien bourrante!

Comme plats de résistance, on a eu droit à quelques merveilles, comme la poutine à l’érable et au bacon (two thumbs up pour la sauce!), la tourtière, les fèves au lard (que serait-ce une cabane sans fèves au lard!) et le ragoût de pattes de cochon (fait avec de l’osso buco, rien de moins!). Gros coup de coeur pour l’immense pièce de jambon à la bière, un de leurs mielleurs vendeurs. Oui, l’assiette est à 28 $… Mais la portion! Nous l’avons dévoré à 7, alors que c’est l’assiette individuelle qu’on nous a servie, pour vous dire!

IMG_1045

Finale sucrée

Et comme si on avait encore faim rendu là, on nous a achevé avec le meilleur pouding chômeur que j’ai mangé de ma vie. Il a fait l’unanimité à la table! C’est un incontournable si vous y mangez – gardez-vous de la place! En guise de conclusion au repas, comme dans toutes bonnes cabanes, on propose la tire sur neige, à même le restaurant – dans un bar à neige ouvert à l’année.

Un vraiment, vraiment, VRAIMENT bon pouding chômeur! #labuche

A photo posted by Sylvie Isabelle (@sylvie_isabelle) on

Si vous n’entendez que des bons mots comme les miens sur La Bûche de la part des autres blogueurs (Sylvie Isabelle, Tranche de pain, Entre deux bouchées), sachez que c’est mérité. De un pour l’originalité du concept – mettre à la page de la bouffe de grand-mère sans tomber dans la cuisine-trop-fusion, mais aussi pour l’accueil chaleureux, mais surtout pour les plats, riches en saveurs et en qualité (menu). Pour l’expérience en général aussi – moi, chanter une toune des BB en mangeant des pâtés à la viande frits, je trouve ça cool, je l’avoue!

Je vous recommande spécialement de visiter La Bûche en gang, en famille ou entre amis, ou encore pour un party de bureau! Peut-être pas l’endroit pour un souper romantique… quoi que pour une première date, l’ambiance peut aider à combler les silences! ; )

Je garde aussi l’endroit en tête pour un éventuel brunch – l’omelette de la grand-mère ou la cassolette du bûcheron doivent être copieuses à souhait! (Psst : ils ont même un spécial All you can drink sur le Mimosa entre 10h et 11h!). Ah et si vous êtes un vrai barbu, vous mangez gratuitement ces jours-ci! Garochez-vous!

Merci à La Bûche, spécialement à Yannick Parent, pour l’accueil chaleureux et le festin. Merci aussi à Sylvie et Josée pour l’invitation. Même si j’ai été invitée, les propos de ce billet reflète de toute part mon opinion.

2 Commentaires

Classé dans Accueil, Découvertes, Sorties

Parce que tout le monde raffole de la croustade aux pommes

L’automne est si beau cette année! Mais, mine de rien, ça sentira bientôt l’hiver. Et le temps des pommes sera de l’histoire ancienne. En avez-vous profité?

Les pommes, c’est de loin mon fruit préféré à cuisiner. On peut l’utiliser sous toutes ses coutures, sans même risquer l’overdose. Riche en vitamine C, la pomme est polyvalente. Goût de salé? On la mange en salade. Ou encore en sauce pour accompagner un filet de porc. Envie de sucré? Facile. Galettes, tartes, compote, beurre de pommes au sirop d’érable, alouette.

meilleure croustade au monde

Mais pour moi, il y a un dessert indétrônable : la croustade. Ce plat se trouve sans hésitation dans le top 10 des choses que je pourrais manger matin, midi, soir pour le reste de ma vie. Gruau, beurre, cassonade, farine, cannelle et pommes. Goûteux, peu coûteux et pas si complexant en terme de calories : la vie parfaite servie dans un pyrex.

C’est aussi un excellent moyen de « passer » nos pommes moins cute, moins croyantes, qui ne se placent plus dans la boîte à lunch des enfants. Pas de gaspillage, allez hop, dans la croustade.

Mes enfants aux pommes l'an passé. Et non, je ne leur avais pas demandé de poser… Visiblement, c'est leur naturel!

Mes enfants aux pommes l’an passé. Et non, je ne leur avais pas demandé de poser… Visiblement, c’est leur naturel!

La recette que je vous propose marie pommes et fraises. La température a fait que cet automne, on trouve encore de belles fraises fermes et savoureuses. Comme j’en ai fait des réserves au congélateur, j’ai décidé d’en faire profiter ma croustade. Je donne donc les deux alternatives – avec ou sans fraises!

croustade pommes et fraises

Croustade aux pommes (et fraises!)

Ingrédients

Croquant

  • 1 1/3 tasse de gruau à cuisson rapide
  • 1/3 tasse de beurre ramolli
  • 1/3 tasse de cassonade
  • 1/3 tasse de farine

Fruits

  • 6 grosses épluchées et coupées en dés (ou 5 pommes et 1 tasse de fraises entières congelées)
  • 1/2 tasse de cassonade
  • 1 cuil. à thé de cannelle
  • Un peu de jus de citron (facultatif)

Étapes

  • Préchauffer le four à 350 degrés.
  • Éplucher et couper les pommes. Les placer dans un pyrex (avec les fraises si désiré). Les recouvrir de cannelle et de cassonade et bien mélanger.
  • Tout mélanger les ingrédients du croquant dans un bol.
  • Recouvrir les fruits du croquant et enfourner pour environ 50 minutes.

J’aime le servir avec de la crème glacée (évidemment!) mais également avec du yogourt à l’érable!

Poster un commentaire

Classé dans Recettes

Virée à Magog pour célébrer la Fête des vendanges

Mon été 2015 aura été celui des découvertes vinicoles québécoises. De l’Île d’Orléans à la Mauricie, en passant par le Centre du Québec et les Cantons-de-l’Est, on produit d’excellents vins à prix compétitifs dont il faut être fier! C’est pour en découvrir davantage que j’étais de passage dans ma région natale, l’Estrie, le weekend dernier, à la Fête des vendanges, qui se poursuit les samedi 12 et dimanche 13 septembre prochain… Si jamais vous n’avez pas de plan pour les prochains jours!

IMG_0049

Sur le site paradisiaque du parc Perry de Magog, avec une vue extraordinaire sur le lac Memphrémagog, c’est plus de 45 000 personnes qui ont découvert pleins de produits ici les 5-6-7 septembre. La liste des artisans est longue, bourrée de producteurs et de viticulteurs d’un peu partout, près à vous parler de leur fierté.

IMG_0207

Bouffe et vins

Outre les dégustations de vins, mousseux, cidres, rilettes, foie gras, charcuteries, fromages, vinaigres dans la tente principale, des démonstrations culinaires sont données par des chefs bien connus. Les Pasquale Vari, Jonathan Garnier et Patrice Demers sont parmi ceux qui ont transmis leur savoir. Accessibles et talentueux, ces chefs savent mettre de l’avant des produits et des vins disponibles sur place.

IMG_0217

Parmi mes découvertes, je note entre autres le mousseux brut de l’Orpailleur et le Saint-Pépin du Vignoble Coteau Rougemont. Plus tard, je suis tombée dans le cidre comme Obélix dans la marmite (mais avec modération of course). Mon coup de coeur de tous le temps demeure le Cidre de feu d’Union libre – je pourrais en boire matin, midi, soir!

IMG_0204

Finalement, du côté de la Face cachée de la pomme, j’y ai découvert leur nouveau Gin de Neige, élaboré à partir de grains 100% canadiens et d’aromates québécois, dans lequel ils ont ajouté de l’eau de pomme récupérée de la fabrication du cidre de glace… Wow. Détaillé en SAQ à 30,50 $, n’hésitez pas! La Face cachée de la pomme n’a d’ailleurs pas fini d’innover et surprendra sous peu les consommateurs avec un autre beau produit.

Deux Harnois pour le prix d’une!

Impossible de vous cacher mon appréhension de rencontrer la sommelière grâce à qui j’ai de moins en moins besoin d’épeler mon nom de famille. Porte-parole de l’événement, la sympathique et drôle Jessica Harnois animait des dégustations Vegas, un concept alliant dégustation à l’aveugle et gambling, un jeu à la fois éducatif et de party.

IMG_0206J’ai trouvé cette super vulgarisatrice du vin tout simplement pétillante et charmante (ça doit être de famille enh…!). Nous ignorons si nous avons des liens de parenté… mais force est d’admettre que son père a clairement des traits similaires au mien. Un peu surréel!

IMG_0095

Je vous suggère fortement une virée dans ce joli coin de pays les 12 et 13 septembre prochain. Faites comme moi et profitez-en pour vous approvisionner en produits du terroir délectables et abordables. Vous trouverez toutes l’information sur le fetedesvendanges.com.

Tant qu’à être dans le coin…

Comme on avait déjà les pieds en Estrie, on est revenu tranquillement vers Québec en s’arrêtant dans pleins de jolis endroits des Cantons-de-l’Est.IMG_0105

Un arrêt à Orford, North Hatley et à la Fromagerie La Station de Compton m’ont encore une fois fait prendre conscience qu’il me reste tant d’endroits à découvrir au Québec, des lieux magnifiques et insoupçonnés à voir.

Consommez-vous des vins ou spiritueux québécois? Lesquels? Je veux connaître vos coups de coeur!

Merci de l’invitation média à la Fête des vendanges.

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Découvertes, Sorties