L’Auberge des Glacis : petit coin de paradis en Chaudière-Appalaches

En novembre, j’ai été invité à prendre part à un petit « voyage de presse de blogueurs » à l’Auberge des Glacis, situé à L’Islet à moins d’une heure de Lévis. Déjà que l’invitation était tentante, elle était d’autant plus agréable car j’allais découvrir un nouveau coin de ma région, Chaudière-Appalaches. Comme j’habite sur la rive-sud de Québec – ce qui m’a valu le titre de correspondante à l’étranger par les autres blogueurs! – tout est un bon prétexte pour parler de mon coin de pays. Auberge des Glacis L’Auberge des Glacis, c’est un ancien moulin à farine converti en auberge à la fin des années 80. C’est aussi deux charmants propriétaires, dont notre hôte pour la soirée, Nancy Lemieux. Ancienne journaliste, Nancy a tout d’une bonne aubergiste : elle est accueillante et très sympathique. Et elle est une grande passionnée.

Auberge réconfortante

Une visite des lieux nous fait découvrir les chambres, les anciennes comme les plus nouvelles (dont une adaptée pour une personne en fauteuil roulant), toutes dotées de cachet. Nancy nous raconte que pour ses travaux et son mobilier, elle a fait majoritairement affaire avec des artisans et constructeurs de la région. Pour elle, l’économie locale est d’une importance capitale.

Une fois installée dans nos chambres, il est temps d’aller rencontrer le chef Olivier Raffestin avant de passer à table. Issu de Sancerre en France, il a oeuvré plusieurs années aux P’tits oignons de Lévis avant de joindre l’équipe de l’Auberge des Glacis. Grâce à son audace et son raffinement, la salle à manger fait bien régulièrement salle comble.

Auberge des Glacis de l'Islet

Festin aux saveurs locales

À notre arrivée dans la salle à manger, Nancy nous offre deux apéros : un superbe vin d’orange (recette secrète maison!) et la bière Glacis, une blanche aux arômes de poire et d’estragon, brassée en collaboration avec la microbrasserie Le Corsaire. Un simple coup d’oeil au menu et déjà, je suis en appétit. Raison supplémentaire d’être comblé? Une liste impressionnante de près de 75 producteurs de la région Côte-du-Sud et des environs. Pour l’Auberge, l’importance de mettre les produits du terroir est capitale. Si plusieurs établissements se targuent de le faire, ici, c’est plus que perceptible. Les produits locaux sont partout. Menu producteurs Côte-du-Sud L’Auberge propose plusieurs types de menus. J’opte pour le Design culinaire, un 7 services (à un coût de 89$, une aubaine!) dont plusieurs plats ont fait la réputation de l’endroit. Avec l’accord mets-vins, j’ai mangé comme une reine. En rafale, voici ce que j’ai dégusté :

  • une mise en bouche de terrine de bison avec confit d’oignons au gin québécois Piger Henricus
  • un potage courge butternut, pommes et érable
  • une première entrée combinant un feuilleté de canard à la Dark Mild du Corsaire, pleurotes et jus de cuisson ainsi qu’une cassolette d’esturgeon, de palourdines et de crevettes avec vin du Nordet
  • une seconde entrée de quenelle lyonnaise (un must de l’endroit, même si peu photogénique!)
  • un trou normand à base de thé Kusmi aux fraises et vodka
  • un filet mignon et escalope de foie gras, gratin de pommes de terre aux herbes salées de Retour aux sources et fromage fumé à l’érable le P’tit bronzé de la Fromagerie du Terroir, légumes grillés, pleurotes, sauce au vin rouge et au thé Lapsang Souchoung
  • une crème brûlée (qui manquait un peu de caramélisation) et une vernie combinant chocolat des Chocolats Favoris et Sortilège

Délicieux, bien exécuté, fait maison de façon bien traditionnelle : bref, une table très gourmande réalisée avec amour et attention.

Un brunch des plus savoureux

À mon réveil, je découvre la belle vue extérieure de ma chambre. En ce matin frais de novembre, je sors prendre quelques photos avant le déjeuner et découvre la jolie Rivière aux tortues qui alimentait le moulin à l’époque. Avis aux amateurs de plein-air : l’Auberge des Glacis est entourée de sentiers, parfaits pour la marche, la course et la raquette en hiver. Vue Auberge des GlacisJe rejoins mes collègues blogueurs en vue d’entamer le brunch, en me disant qu’officiellement, je suis encore bien remplie de la vieille! Voyant le buffet rempli uniquement de beaux plats maison et de produits locaux, l’appétit me revient soudainement. Rillettes, terrines, charcuteries, fromages, confitures maison, saucisses, frittata, crêpes, fruits frais, yogourt, céréales, croissants et pain de la Boulangerie Sibuet. Gros coup de coeur pour les fèves au lard à la volaille effilochée. Je me nourrirais à ça jusqu’à la fin des temps! Brunch Auberge des Glacis Offrir l’Auberge à Noël? Why not!

J’ai adoré mon séjour (trop court!) à L’Auberge des Glacis. Je me suis promis d’y retourner. Si vous êtes de ceux qui aimez offrir un forfait auberge-repas à vos proches à Noël, considérez l’endroit comme une bonne option. C’est à une heure de Québec, c’est sympathique, convivial, abordable. En consultant le site, j’ai même vu qu’en achetant un forfait d’ici Noël, vous courrez la chance de gagner un forfait pour 2 dans leur jolie suite. Une pierre, deux coups? À lire aussi sur le sujet, les résumés de mes amis Sylvie Isabelle, Miss Papila et Tranche de pain. Bonheur à l'Auberge des Glacis Merci à l’Auberge des Glacis et à Tourisme Chaudière-Appalaches pour cette charmante invitation. C’était un bonheur de découvrir un superbe endroit dans ma jolie région. Les opinions exprimées dans ce texte reflètent entièrement ma pensée.

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Découvertes, Sorties

Le Tournebroche : l’art de redéfinir la rôtisserie

En février dernier, je vous avais parlé du futur Tournebroche, une rôtisserie prometteuse qui allait ouvrir ses portes rue St-Jean. Il y a quelques semaines, un groupe de blogueurs a été invité à découvrir leur menu, qui ne cesse d’évoluer depuis l’ouverture. Résumé d’une superbe soirée dans un restaurant où bouffe de qualité se marie avec ambiance décontractée et conviviale.

Tournebroche

Comme notre hôte Guy Collin, propriétaire associé du Patriarche et du Tournebroche, est un passionné, inutile de préciser qu’il ne fait pas les choses à moitié. Il nous invite d’abord à faire un tour en cuisine, pour rencontrer la chef pâtissière Deborah. C’est elle qui se charge de créer les magnifiques crèmes brûlées, une spécialité du Tournebroche. Ce soir-là, elle nous montre comment cuisiner la crème brûlée érable et bacon.

Tranche de pain et moi avons même enfilé notre suit de cuisinier, question d’avoir l’air plus crédible. Qu’en pensez-vous?

Tranche de pain et Harnois à la carte

On a ensuite été invité à déguster un bon verre dans le salon de l’Hôtel du Vieux-Québec, dans lequel le Tournebroche niche. Cet hôtel a vécu une cure de rajeunissement dans les derniers mois et vaut la peine d’être redécouvert. Pour des événements corporatifs, par exemple, leurs salles de réunion combleront vos besoins.

Saucissons Fou du bio

Comme Stéphane Roth et Guy Collin aiment bien travailler avec des producteurs locaux, c’est l’occasion pour nous d’en rencontrer deux : la Vinaigrerie traditionnelle Cassis’Isle d’Orléans et les viandes Fou du bio. Je suis tombée sous le charme de leurs saucissons, disponibles à l’année au marché du Vieux-Port. On goûte également aux doigts de poulet frit du Tournebroche : délicieux! Ça augure bien pour la suite…

Passons à table!

Depuis l’ouverture, le Tournebroche a peaufiné et modifié quelques éléments de son menu. Il faut dire que le défi était grand : réinventer l’art de la rôtisserie, au centre-ville de Québec, en offrant des produits de qualité (presque tout est bio!) tout en restant abordable. Ils y sont arrivés.

Tournebroche : passons à table!

On nous sert d’abord une assiette Pic assiette, combinant salade de gésiers de canard, mousse de foie de volaille et poutine façon Tournebroche. C’est généralisé : la poutine vole littéralement la vedette. La sauce à poutine… j’en aurais bu une tasse! Et le pommes de terre en rondelles sont parfaitement cuites. On en redemanderait.

Poutine Tournebroche

En attendant le plat principal, on ne peut s’empêcher de grignoter le pain maison ou savourer la bière Tournebroche, brassée spécialement pour le restaurant en collaboration avec la Microbrasserie de l’Île d’Orléans.

Pain maison Tournebroche

En plat principal, on nous apporte un quart de poulet biologique de Charlevoix, cuit à merveille, d’une tendreté incroyable. Il est accompagné de sa peau de poulet style chips (décadent!), de leurs superbes pommes de terres, d’une céleri-rémoulade vinaigrette de Cassis’Isle et canneberges et de légumes grillés (non nécessaire selon moi). Et oui, la sauce servie au ramequin est un must, M. Collin! La type sauce que je suis vous le garantie.

Quart de poulet bio Tournebroche

En finale, on déguste la crème brûlée préparée un peu plus tôt, dont la texture est incroyable. Le goût de bacon surprend car très présent! J’aurais préféré que celui-ci soit un peu moins infusé longtemps, question qu’on distingue le goût de fumée, sans toutefois volé toute la vedette à l’érable. Ceci dit, ceux qui mangeraient du bacon matin, midi, soir étaient comblés!

Crème brûlée bacon et érable

À noter qu’on peut aussi dîner au Tournebroche, et pour pas cher en plus. Guy Collin nous a entre autres parlé de son parmentier de poulet, qui m’a fait saliver. S’adaptant à la demande, il propose également un tartare de saumon qui, semble-t-il vaut le déplacement.

Bref, je vous invite à découvrir ou redécouvrir le Tournebroche, pour son menu original développé par le grand Stéphane Roth et pour l’ambiance sans chichi de l’endroit.

Vous pouvez lire les résumés de Sylvie Isabelle et Hungry Rachel, deux de mes collègues blogueurs avec qui, comme à l’habitude, j’ai bien du plaisir!

Sylvie Isabelle, Tastevino et Hungry Rachel, immortalisés par Tranchedepain

Merci à Guy Collin et Stéphane Roth pour la charmante invitation. Guy, votre passion est contagieuse et votre regard lucide de la restauration pourrait alimenter des heures de discussion. C’est toujours un plaisir de vous voir.

Les propos de cet article reflète le fond de ma pensée.

3 Commentaires

Classé dans Accueil

On vote Harnois à la carte!

Pour une deuxième année, Harnoisalacarte.com est en nomination aux MIB Awards, un concours récompensant les meilleurs blogues canadiens. Et j’ai besoin de vos votes pour m’aider à me tailler une place dans le peloton de tête!

La procédure pour voter est bien simple :

  • Cliquez sur chacune des badges ci-contre
  • Repérez le bouton +1 vote en bas à gauche et cliquez dessus!
  • Répétez cette action à partir de votre ordinateur de travail, votre téléphone intelligent, le iPad de votre conjoint, etc. : )

Vous pouvez voter dans chacune des 2 catégories où Harnois à la carte en est nomination :

Et profitez-en pour découvrir d’autres excellents blogues canadiens!

On récapitule

Vous aimez mes recettes et mes petits trucs en cuisine? On vote ici!

Vous lisez mes suggestions restos et elles vous aiguillent pour savoir où sortir manger? On vote là!


Merci à l’avance! Vous avez jusqu’au 26 novembre pour vous exécuter!

Poster un commentaire

Classé dans Accueil

Brunch de la chasse au Laurie Raphaël

Jusqu’au 16 novembre, le Laurie Raphaël célèbre les saveurs automnales grâce à son Brunch de la chasse. Inutile d’attendre un grand événement dans votre vie (anniversaire ou autre) pour découvrir cet établissement de Québec : profitez des quelques samedis et dimanches encore disponibles pour aller vivre cette expérience et simplement célébrer le bonheur d’être en congé et de bien manger!

Dans la dernière année, la petite famille derrière le Laurie Raphaël s’est creusée les méninges pour varier les expériences gastronomiques : les nouvelles formules de menus, le brunch de la cabane à sucre, les changements dans la déco, etc. On ressent l’heureuse combinaison entre l’influence des deux jeunes (Laurie et Raphaël) et l’énergie et l’expérience de Suzanne et Daniel. Malgré leur réputation sans tâche et leur clientèle bien établie, l’établissement ne lésine pas dans les démarches pour se surpasser, diversifier ses genres, aller chercher une nouvelle clientèle, sortir de la perception du grand restaurant gastronomique et offrir des trips culinaires inoubliables.

Dans le cas du Brunch de la chasse, on fait ressortir notre petit côté sauvage en nous présentant de la viande des bois et de bons poissons fumés maison. Dans tous les plats proposés, rien n’est laissé au hasard : tout est matière à impressionner, à se dépasser en cuisine. Et le résultat est concluant.

Mimosa Brunch de la chasse

Mimosa et lichen fumé

Comme le dit Sylvie dans son billet sur le même sujet, les show de boucane en cuisine, très peu pour moi. Mais le Laurie a choisi de nous offrir un Mimosa à l’orange et au sirop d’argousier, servi au-dessus d’un bol où une fumée de lichen est emmagasinée. Le résultat? Une fois qu’on a levé la coupe pour prendre une gorgée, une belle odeur de bois fumé s’échappe et on se croit littéralement plongé en forêt. Ça augure bien!

Entrées de toute beauté

Se succèdent ensuite trois entrées bien exécutées. D’abord une brouillade d’oeufs servie en coquille, dans lequel se marient des champignons sauvages et du cerf déshydraté. Léger, onctueux, délicieux.

Brouillade d'oeuf Brunch de la chasse

On poursuit avec un mini bénédictin à l’oeuf de caille poché, à la truite fumée et à la sauce hollandaise au thé des bois : une bouchée aussi cute que délicieuse (par contre, je ne suis pas arrivée à distinguer le goût du thé des bois ni le charme de l’oeuf de caille parce que le goût du fumé de la truite était dominant. Ceci dit, c’était excellent, mais un peu dommage pour ces excellents produits qu’on tentait de mettre en valeur).

Mini bénédictin Brunch de la chasse

Puis une soupe à la citrouille magnifiquement présentée, servie avec canard fumé et glace de chèvre au cèdre, qu’on a fait figer à l’azote liquide. Le mix est surprenant et réussi.

Soupe à la citrouille Brunch de la chasse

Place au bison!

En plat principal, j’ai opté pour la bavette de bison, servie avec purée et morceaux de betteraves, kale frit, autres légumes et poudre de charbon d’oignons. Si l’assiette est spectaculaire, alors que le plat repose sur une vitre accotée sur de belles feuilles d’automne, les saveurs le sont tout autant. Ça fond en bouche. Mention spéciale au service de la sauce dans un os de moëlle. Un beau wow.

Bavette de bison Brunch de la chasse

Juste avant le dessert, on nous a proposé une pommette de tire farcie au foie gras. Sérieusement, une des meilleures choses que j’ai mangées EVER!

Pommette foie gras Brunch de la chasse

Comptoir des desserts à se rouler à terre

Comment faire retomber une salle complète de clients en enfance? Leur proposer un bar à desserts. Guimauves maison au citron, barbapapa à l’érable, jello au sirop d’argousier, chou à la crème praliné, tarte tatin… Tout est délicieusement préparé par le pâtissier maison et présenté de façon impeccable.

Desserts Brunch de la chasse

Réservez dès maintenant pour profiter des dernières dates d’ici le 16 novembre!

Merci au Laurie Raphaël pour la belle invitation. Une fois de plus, je me suis régalée et j’ai eu bien du plaisir. Même si on m’a invité, les opinions exprimées sont 100 % les miennes.

 

2 Commentaires

Classé dans Accueil

Keurig 2.0, un nouveau système testé et approuvé

Quand Keurig Canada m’a offert la possibilité de tester leur nouveau système d’infusion 2.0, je n’ai pas hésité. Il y a environ 4 ans, je m’étais procurée une Keurig après avoir magasiner les différentes machines d’infusion à dosettes. Question coût/qualité du café – et vivant à l’époque avec quelqu’un qui ne buvait pas d’espresso, la Keurig était sortie grande gagnante. Et je l’ai toujours appréciée. Polyvalente, simple à utiliser, elle a su être rentabilisée.

Voici Keurig 2.0

Pour la nouvelle #KeurigInnovation, on m’a d’abord teasé en m’envoyant certains indices sur l’un des grands changements accompagnant le système 2.0. De plus grandes capsules qu’à l’habitude? Puis une carafe?

K-Carafe

Oh! La nouvelle Keurig offrira la possibilité d’infuser en plus grand format? Intéressant! Car avouons-le, si les dosettes sont bien pratiques quand on est seul, elles le sont moins quand on reçoit plusieurs personnes à la maison.

Keurig 2.0

Bonjour jolie machine

Quand la #keurig2point0 a été livrée à la maison, j’ai d’abord remarqué son format et son look, versus mon précédent modèle.

Mes 2 Keurig

Le modèle reçu, la Keurig 2.0 K500 (d’une valeur de 189,99$), comporte un réservoir d’eau illuminé de 2,36 litres (80 oz) – le plus grand de la gamme Keurig, ainsi qu’un grand écran tactile, couleurs, avec fond d’écran personnalisable. Le plus adorable? Keurig Canada a pensé personnaliser ma machine avec un Accent de couleur confectionné spécialement pour ma petite famille et moi. Adorable. Et du coup, les enfants veulent s’improviser barrista.

Ma Keurig 2.0 personnalisée

Que retenir de cette #KeurigInnovation?

Je vous entends me demander si cette belle innovation en vaut la peine. Pour l’utiliser quotidiennement depuis plus d’un mois, je peux vous dire que c’est une machine hyper pratique et d’une simplicité déconcertante d’utilisation. Je l’apprécie pour :

  • Son mode d’économie d’énergie et son réglage pour s’éteindre seule (après une période de temps souhaitée et programmée) : elle complète mon petit côté lunatique qui oubliait régulièrement de fermer sa cafetière
  • Ses alertes d’entretien : elle saura me rappeler qu’il est temps que je m’occupe d’elle (les autres électro-ménagers de la maison devraient prendre des notes!)
  • Ses commandes programmables, tels que l’infusion à l’heure de réveil, les réglages de favoris pour infuser des boissons totalement à notre goût, la minuterie de l’éclairage de la machine, etc.
  • Son look : on peut choisir la couleur de lumière du réservoir d’eau (vert dans mon cas!) et son fond d’écran

IMG_1480

On s’entend que mis à part tous ces gadgets, le plus grand avantage de la machine est la modification des modes d’infusion. Avec ma précédente machine, je pouvais infuser 3 formats de tasse. Avec la Keurig 2.0, c’est 10 formats, allant de 118 ml (4 oz) à 0,88 litre (30 oz). Simplement pour la carafe, nous avons la possibilité d’en infuser pour 2-3 tasses, 3-4 tasses ou 4-5 tasses. On peut également choisir entre une infusion au goût fort ou régulier. Bref, des petits plus bien intéressants.

Les fameuses dosettes

Puis, en navigant sur la page Facebook de Keurig, j’ai trouvé plusieurs commentaires moins positifs à propos des dosettes. En effet, le système 2.0 est doté d’une technologie permettant à la machine de régler les paramètres en fonction de la reconnaissance de la dosette insérée, garantissant le meilleur goût possible. La machine doit donc reconnaître les dosettes, ce qui veut dire que nous devons choisir uniquement les dosettes spécialement identifiés K-Cup ou K-Carafe de marques Keurig. Contraignant? Oui et non.

K-Cup et K-Carafe

Non dans la mesure où il y a du choix : plus de 125 variétés de cafés, thés, chocolats chauds, etc. de près de 20 marques différentes existent, ce qui inclut Van Houtte, Starbucks, Timothy’s World Coffee, Green Mountain Coffee, Lipton, Folgers et Laura Secord. De quoi y trouver son compte.

K-Cup et K-Carafe Keurig

Oui parce que les capsules que j’utilisais avec ma précédente Keurig ne fonctionnent plus. Quelles soient Van Houtte/Keurig ou d’une autre marque, elles ne sont pas détectées par le nouveau système. Un peu tannant si on en a fait des réserves. Mais moins grave si, comme moi, vous refilez votre ancienne machine à quelqu’un de votre entourage, et pouvez du coup lui donner vos dosettes.

J’ai remarqué que les épiceries près de chez-moi n’ont pas commencé à vendre des dosettes K-Carafe. Je passe donc ma première commande en ligne aujourd’hui même. Livraison gratuite à l’achat d’une certaine quantité de boîtes et plusieurs autres rabais sont offerts.

À retenir : Si comme moi, vous êtes une poule pas de tête le matin, pressée et ayant besoin d’un café vite fait bien fait pour vous réveiller, si vous aimez le principe des dosettes et que l’idée de pouvoir infuser une tasse ou un carafe avec le même appareil vous plait, la Keurig 2.0 comblera vos attentes.

Harnois Keurig

Merci à Keurig Canada de m’avoir offert ce nouveau système d’infusion. Toutes les opinions exprimées dans ce billet sont les miennes et représentent le fond de ma pensée.

1 commentaire

Classé dans Accueil, Découvertes

Dix livres de recettes que j’adore

Au moment où les défis se succèdent sur les réseaux sociaux, ma soeur Caroline m’a nominé au BOOK challenge. Mon défi? Nommer 10 livres qui m’ont marqué. Du coup, j’étais démasquée. Je fais partie de la catégorie de gens qui ne lisent plus beaucoup de romans. Sans vouloir me trouver des raisons (ok oui, j’essaie de me justifier), je lis beaucoup pour la job. Et dans mes temps libres, je lis des articles, des blogues, des revues (petit bonhomme gêné)…

Ça fait belle lurette que je n’ai pas pris la peine de lire un roman. La dernière fois, j’ai dévoré deux bouquins de Stéphane Dompierre et tous les Stéphane Bourguignon. Les autres que j’ai tenté de lire, je me suis endormie dessus. Pas qu’ils étaient mauvais, mais je m’endors facilement. Et le soir, c’est pas mal le seul moment que j’ai pour lire. Pis au lieu de lire, j’écris.

Bref (sujet posé), je m’aperçois que j’achète beaucoup de livres… de recettes! En êtes-vous étonnés? Plutôt que de me m’avouer vaincue face au défi, j’ai choisi d’en faire un billet! Voici donc les 10 livres de recettes (et oui!) qui m’inspirent et/ou m’ont marqué.

10. Le Garde-Manger de Chuck Hugues

Bien avant d’avoir mon blogue, je lisais Tranche de pain (je rêvais de te rencontrer Francis, ben oui!) et ce livre était un de ses préférés. Quand j’avais vu la recette de crevettes croustillantes au miel épicé, je me le suis procuré. C’est une intrusion dans l’univers du resto Le Garde-Manger, avec quelques incontournables de leur carte, dont la fameuse barre Mars frite.

Le Garde-Manger

9. Les Touilleurs

Ce livre est simplement splendide. Les recettes sont divisées en section, selon le type de cuisson ou façon d’apprêter. Une recette, une page de photo, une foule d’indication plus technique question d’éduquer et de transmettre du savoir tout en donnant le goût de cuisiner.

Les Touilleurs

8. Grand Soulard de la cuisine

À l’inverse du précédent, aucune image ne ponctue ce livre. Aucune. Nada. Dans la tradition des plus anciens livres de recettes, celui de Jean Soulard est bourré de recettes, parfois 3 par pages. On sent qu’il a voulu transmettre son savoir. On retrouve nos bases et un peu de tout. C’est simple et efficace.

Jean Soulard7. Les desserts de Patrice et La carte des desserts

Ah Patrice. Pour l’avoir vu deux fois en conférence (FoodCamp 2014 et Omnivore World Tour 2014), je suis quasiment déçue que ses livres ne soient pas comme les livres d’histoire d’enfants d’autrefois, accompagnés d’un mini-disque. Patrice Demers vulgarise si bien son savoir que tout ce qu’il fait a l’air d’une job de bébé lala. Ses livres sont une source d’inspiration incroyable.

Les desserts de Patrice

6-5. 150 plats végé savoureux/Les Carnivores infidèles

Mes 2 bibles de bouffe végé. Parce que je ne suis pas du tout végé mais que ces ouvrages proposent de belles alternatives simples et réalisables.

4. Quand Katie cuisine

Un super livre d’une blogueuse australienne, styliste culinaire et photographe. Cette oeuvre est graphiquement incomparable. Toutes les recettes réalisées et inspirées de ce livre ont été de véritables succès. Je ne me tanne pas de le feuilleter encore et encore.

Quand Katie cuisine

3. Jamie Oliver 30 minutes chrono/Jamie en 15 minutes

Dans ces deux ouvrages, le beau et dynamique chef britannique Jamie Oliver propose des méthodes pour préparer des menus en un minimum de temps. Si je n’ai pas testé la technique chronomètre à la main, les recettes et le style de plating de Jamie me font tripper. Son style bonne franquette m’inspire beaucoup.

Jamie

2. Famille futée/Les lunchs de Geneviève/Bonne bouffe en famille

J’adore la façon simple avec laquelle Geneviève O’Gleman nous parle de bouffe familiale. C’est santé mais goûteux, c’est rapide, pratique et efficace. Les thèmes et les recettes sont variés. J’étais déjà accro à ses ouvrages avant même que l’émission Cuisine futée ne débute. Ces livres sont parfaits pour la planification des repas, lunchs, plats à congeler, etc.

Cuisine futée

1. L’oeuvre entière de Ricardo

Ah Ricardo, Ricardo. Comment aurais-pu finir un top 10 sans y inclure Ricardo? J’aime Ricardo d’amour, vous le savez. Son livre sur la mijoteuse a fait de cet accessoire de cuisine peu raffiné pratiquement un must dans une cuisine. Il a su démontrer qu’on peut faire autre chose que des plats en sauce qui goûtent tout pareil dans cet appareil pratique. Et même si je n’ai pas réalisé des tonnes de recettes de Parce qu’on a tous de la visite, la conception graphique et les images font que je ne me tanne pas de le regarder (le livre là, pas Ricardo! Quoi que…!).

Ricardo

 

Quels sont vos livres coup de coeur? Je cherche toujours à me ressourcer!

3 Commentaires

Classé dans Accueil, Découvertes

Cuisinez St-Roch et redécouvrez le coin

Le 6 septembre dernier avait lieu la deuxième édition de Cuisinez St-Roch, une occasion en or pour 25 commerces du coin de faire goûter leurs produits aux curieux venus découvrir (ou redécouvrir) le quartier. Les organisateurs de l’événement m’ont invité à joindre Marjorie Maltais et Sébastien Laframboise, deux concurrents des Chefs, pour former un super jury.

Cuisinez St-Roch fait la promotion de la diversité de l’offre alimentaire et des spécialités de St-Roch.

C’est également l’occasion pour des entreprises du quartier de faire équipe avec des restos du coin et de s’affronter dans une compétition culinaire mettant en vedette des produits des commerçants de la rue St-Joseph. Ces démos culinaires amicales nous rappellent que la bonne et belle cuisine est accessible à tous, en autant qu’on cultive une certaine passion pour la cuisine!

Il y a aussi le porte-parole de l’événement, Bob le Chef - un super bon jack! – qui a démontré qu’en 45 minutes, on pouvait cuisiner un repas 5 services très économique. Je retiens les huîtres « St-Rockfeller » avec porc effiloché et je teste sous peu le tiramisu crème sure et fromage à la crème!

Bob le chef à Cuisinez st-Roch

Malgré la température bien incertaine (il mouillait, il mouillait pu, il mouillait, il faisait beau), l’événement fût une fois plus couronné de succès. Fallait voir la rue St-Joseph remplie de curieux foodies aussi attentifs aux démos culinaires qu’aux dégustations des commerçants.

Du monde à messe à Cuisinez St-Roch

Je ne saurais passer sous le silence les gagnants de la compétition amicale, l’entreprise iXmédia et Le Clocher Penché, dont le mi-cuit de thon Albacore avec tartare de pétoncles fraises et jerky a su ravir le coeur des juges (on clique ici pour la recette).

Des autres démos, je retiens :

  • Le Versa et Kabane pour les super dumplings
  • Les Sales gosses et Crakmedia pour les raviolis et la purée de carottes
  • Le tartare de légumes et le rub à pétoncles d’Ateliers et Saveurs et de la Barberie
  • Le super burger avec relish et ketchup maison (extra foie gras) et la panure au thé et panko des pogos maison du Cercle et de Relèvénement

J’ai bien aimé ma journée, les gens rencontrés étaient géniaux, l’ambiance était bonne malgré la température. Vraiment, un super événement à ne pas manquer l’an prochain!

Crédit-photo Les Festifs

Crédit-photo Les Festifs

P.S. Pour une super galerie-photo signée Les Festifs, cliquez ici!

P.S.S. La fille de comm a laissé les garçons faire les calculs pour déterminer les gagnants… Les résultats étaient si serrés en plus!

Bob le Chef et Sébastien Laframboise

On le sait, ce coin de la basse-ville, tout comme St-Sauveur, s’est bien transformé au cours des 10 dernières années. Les deux coins sont devenus des incontournables de la scène culinaire à Québec. Dans ces quartiers, quels sont vos commerces préférés, vos incontournables?

1 commentaire

Classé dans Accueil, Découvertes, Sorties

La Laiterie Charlevoix : l’arrêt bouffe de nos vacances

Vous avez passé de belles vacances d’été? Si comme moi, elles sont terminées depuis belle lurette, j’espère qu’elles ont été à la hauteur de vos attentes. Mes enfants et moi avons trotté ici et là, près de Québec, avant de mettre le cap sur Granby pour l’incontournable Zoo et sur Baie-Saint-Paul.

Évidemment, certaines de nos activités ont tourné autour de la bouffe. Vous avez remarqué à quel point l’agro-tourisme prend de plus en plus d’ampleur? Vous êtes plusieurs à planifier vos voyages dans le but de goûter aux saveurs d’une région ou d’un pays.

Bref, j’ai eu envie de vous faire découvrir un endroit que j’affectionne particulièrement, que je redécouvre à chaque fois que je vais dans le coin de Baie-Saint-Paul, soit la Laiterie Charlevoix. Si vous n’y êtes pas déjà allés, j’espère que ce billet vous donnera envie d’y planifier un arrêt prochainement (en automne, la région est superbe!).Laiterie Charlevoix

Superbe Laiterie Charlevoix

S’il existe un arrêt bouffe incontournable de Charlevoix, c’est bien la Laiterie Charlevoix. Aux portes de Baie-Saint-Paul (si près de Québec!), l’établissement de la famille Labbé est un must pour tous les trippeux des produits du coin. À toute heure du jour, des bus de touristes et des visiteurs de tous les coins de pays s’y arrêtent, question de bien s’approvisionner.

Laiterie Charlevoix 4

Ma fille et moi sommes complètement vendues aux Fromages d’ici, et bien particulièrement à ceux de la Laiterie Charlevoix. Quand j’ai dit à Grande fille que nous pouvions aller visiter l’endroit même où le Hercule, le 1608, le Fleurmier et l’incroyable Origine sont produits, elle ne se pouvait plus!

Vaches canadiennesSur place, nous avons pu observer deux vaches canadiennes, de la lignée originale de 1608 (le fromage 1608 est fait uniquement de lait de ces vaches!). En plus de pouvoir vous approvisionner en produits de la région – ils ont de tout en boutique situé sur le boulevard Monseigneur-de-Laval – il vous ait aussi possible d’en apprendre davantage sur leurs produits grâce à leur Économusée du fromage.

Fiston à la Laiterie Charlevoix

Virant folles, nous avons acheté un peu de tout. Les produits de la région allaient devenir notre parfait snack pour nos quelques jours en camping au Génévrier, tout près de la Laiterie. Dans notre assiette, on y retrouvait autant des charcuteries des Viandes biologiques de Charlevoix, des pleurotes marinées à l’huile et aux fines herbes des Champignons Charlevoix que les délicieux fromages de la Laiterie Charlevoix.

Fleurmier de la Laiterie Charlevoix Bouffe charlevoisienne

Voici la suite de notre périple en quelques photos. Nos autres arrêts à Baie-Saint-Paul ont été la Cidrerie Pedneault et l’Hôtel La Ferme (dont je vous ai déjà parlé ici), dont le Café de la Gare regorge également de produits intéressants. Leur latté est d’ailleurs un pur délice!

Quel est votre découverte bouffe de l’été? Quel est votre arrêt incontournable que vous aimeriez faire découvrir?

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Découvertes, Sorties

Le wok à BBQ, vous connaissez?

Sans doute la plus belle invention du présent siècle – quasiment sans exagération – le wok à BBQ est mon outil indispensable pour le barbecue. Vous avez été quelques-uns à me poser des questions sur mes plats de légumes; ce bref billet est pour vous!

légumes et patates grelots sur le BBQ

Le wok à BBQ se trouve un peu partout – boutiques spécialisées à BBQ, quincailleries et grandes surfaces – en format rond ou rectangulaire. Les prix varient, mais dites-vous que je n’ai jamais payé plus de 10$ pour l’un des miens (j’en ai 3, j’en suis folle!)

légumes et côtelettes de porc

À la maison, je privilégie la cuisson des légumes par cette méthode. Ça leur donne un goût de « BBQ » difficile à décrire, sans doute caractérisé par le contact avec les flammes à l’occasion. Bref, ce goût fait tout leur charme. À la différence de la papillote, qui est également une bonne méthode, les légumes au wok vont rôtir, au lieu de cuire à la vapeur en baignant dans l’huile.

Le secret pour bien les réussir : l’assaisonnement et la cuisson.

L’assaisonnement

Une fois les légumes coupés, je les assaisonne avec un peu d’huile d’olive, gros sel, poivre en grains et herbes de Provence. Vous pourriez remplacer les herbes par des épices à BBQ, mais les herbes de Provence, c’est mon dada pour les légumes. Ça les parfume à merveille.

La cuisson

Il ne faut pas mésestimer le temps de cuisson des légumes, afin qu’ils soient al dente. La plupart des légumes prendront une vingtaine de minutes à cuire au wok à BBQ. Je dis la plupart, car si vous faites uniquement un plat de courgettes, ça en prendra moins.

saucisses et légumes BBQ

Si comme moi, vous mixer une bonne partie des légumes de saison, il vous faudra penser à en blanchir quelques uns, pour s’assurer que leur temps de cuisson soit similaire aux légumes qui cuisent plus vite.

Un exemple? Je fais cuire à la vapeur au micro-ondes les asperges, brocolis, chou-fleurs et carottes une petite minute avant de les mixer aux courgettes, oignons, poivrons et champignons. Ça fait ressortir leur belle couleur et ça évite qu’ils soient trop croquants en comparaison aux autres.

20140720-095002-35402534.jpg

Une fois sur le wok, utilisez les pinces pour les remuer à quelques reprises, tout en refermant le couvercle à chaque fois.

Ne pas oublier les pommes de terre grelots!

Un dernier dada d’été réside dans les jolies petites pommes de terre grelots que l’on retrouve en profusion. Après les avoir coupé en deux ou en quatre, je les fais bouillir environ 10 minutes. Je les égoutte, les assaisonnent à la manière des légumes, et les place sur un wok à BBQ – pas le même que les légumes. Elles prendront une bonne dizaine de minutes à finir leur cuisson et à devenir légèrement crispy de l’extérieur.

Bavette de boeuf et légumes BBQ

Pour le service

Pour amener les légumes à la table, je m’aperçois que la méthode de service Jamie Oliver plait et épate toujours! L’idée est de prendre un plateau de service ou une grande assiette, de disposer les légumes tout autour et la viande au centre. Ça rime avec l’ambiance festive et conviviale qui règne tout l’été, vous ne trouvez pas?

Bon BBQ à tous!

 

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Recettes

Des légumes surgelés même en été? Oui, ça se peut!

Des invités restent à souper, vous n’avez pas fait votre marché mais souhaitez leur servir des légumes au BBQ? Vous partez en camping et chercher une idée simple pour un repas? J’ai une solution pour vous.

Il y a quelques semaines, on m’a demandé de tester une variété de légumes surgelés Arctic Gardens. Déjà bien populaires chez-moi, ces produits m’ont sauvé la vie à maintes reprises. L’épicerie pas faite, un souper équilibré à préparer, ces légumes sont un excellent dépanneur.

Mais avouons-le, en été, on préfère manger local et frais, alors que les marchés regorgent de légumes de saison. Drôle de timing donc pour écrire sur des légumes en sac, vous me direz. Pas tant que ça!

D’abord parce que les légumes sont bien d’ici. Je vous invite à consulter ce petit clip, bien intéressant (vraiment!) pour voir comment fonctionne l’envers du décor.

Parmi les produits Arctic Gardens, on retrouve le mélange à BBQ, un mix de pommes de terre, fèves vertes, carottes, poivrons et champignons, aromatisés à l’ail et au romarin. Moi qui adore les légumes au BBQ, j’avais hâte de voir s’ils allaient rivalisé avec mes papillotes.

Arctic Gardens Grill

J’ai choisi d’amener ce sac de légumes en camping. Côté pratique : les légumes sont déjà coupés et aromatisés. Ils contribuent également à garder la glacière bien froide! Je les ai cuisinés le premier soir de mon séjour dans le bois, afin de ne pas les laisser trop décongelés.

Arctic Gardens grill

Je n’ai eu qu’à les mettre en papillote dans du papier d’aluminium, ajouter un peu d’huile d’olive, mettre le tout sur le bbq de camping préchauffé à 400, pour environ 15 minutes. Le légumes étaient bien cuits, la texture était très bonne et l’assaisonnement était positivement surprenant!

Légumes Grill Artic Gardens

Un jeu d’enfants

Si vos mousses sont comme les miens, ils adorent les légumes cuits mais encore bien croquants. Les légumes vapeur sont bien populaires par chez-nous! Ma fille adore les cuisiner, en les plaçant simplement dans un moule pour cuisson vapeur avec un peu d’eau. Cette fois-là, elle était bien fière d’avoir cuisiner ce qui allait accompagner les beaux poissons qu’elle avait pêché avec le service de garde.

Comme les vacances sont assez difficiles pour mon body mais que ma dent sucrée ne disparaitra jamais, je me promets de cuisiner prochainement des desserts des Créations LesGumes. Comme certains d’entre eux nécessitent de la macédoine de légumes, je sais vers quel produit je me tournerai pour concocter le tout.

Et vous, consommez-vous des légumes surgelés? Font-ils partie de vos ingrédients dépanneur comme c’est le cas chez-moi? Avez-vous besoin d’idées de recettes pour les cuisiner?

Merci à Arctic Gardens pour m’avoir demandé de tester certains de leurs produits. Tous les propos de ce billet reflète ma pensée.

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Découvertes, Recettes